Avertir le modérateur

syrie

  • Syrie: Kofi Annan a démissionné de son poste de médiateur !

    Syrie: Kofi Annan a démissionné de son poste de médiateur !

    Kofi Annan a donné sa «démission» de son poste de médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe en Syrie, a annoncé jeudi le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon dans un communiqué.

    Kofi Annan a démissionné de son poste de médiateur de la Syrie. Photo Réveil FM, archives

    Réaction suisse La Suisse a «pris note» jeudi de la décision de Kofi Annan de ne pas renouveler son mandat de médiateur pour la Syrie à la fin août. Elle salue ses efforts dans la recherche d'une solution politique négociée à la crise syrienne et estime que ces efforts doivent être poursuivis par son successeur.

    «Seule une solution politique, négociée d'entente avec toutes les parties et répondant aux aspirations légitimes de la population syrienne, permettra de résoudre la crise qui secoue la Syrie et qui fait chaque jour de nombreuses victimes», indique le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) dans une prise de position. Kofi Annan n'entend pas renouveler son mandat quand il expirera le 31 août. Kofi Annan Annan avait été nommé le 23 février dernier mais son plan de paix en six points pour régler le conflit en Syrie, prévoyant une cessation des combats entre gouvernement et opposition armée et une transition politique, n'a jamais pu être appliqué. Kofi Annan a justifié sa démission jeudi à Genève en estimant ne pas avoir été assez soutenu. «Je n'ai pas reçu tous les soutiens que la cause méritait. (...) Il y a des divisions au sein de la communauté internationale. Tout cela a compliqué mes devoirs», a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse annoncée à la dernière minute par l'ONU.

    «Très profonde gratitude»

    Ban Ki-moon a exprimé sa «très profonde gratitude (à Kofi Annan) pour ses efforts courageux et déterminés» et son «profond regret» de le voir partir. L'ONU «reste impliquée dans des efforts diplomatiques pour mettre un terme à la violence» en Syrie, a-t-il souligné.

    Mais il a déploré le fait que «les divisions persistantes au sein du Conseil de sécurité sont devenues un obstacle à la diplomatie, rendant le travail de tout médiateur beaucoup plus difficile».

    Il faisait référence implicitement au blocage au Conseil de trois résolutions sur la Syrie par un veto de Moscou et Pékin depuis le début de la crise syrienne en mars 2011.

    Ban Ki-moon a regretté que l'occasion de régler la crise syrienne offerte par le plan Annan «n'aie pas été saisie, même si elle reste le meilleur espoir pour le peuple de Syrie».

    «Tragiquement, la spirale de la violence continue en Syrie», a constaté Ban Ki-moon. «Le gouvernement et les forces de l'opposition continuent de montrer leur détermination à accroître la violence».

    Trois fois en Syrie

    Kofi Annan, un diplomate ghanéen de 73 ans, prix Nobel de la Paix 2001 et ancien secrétaire général de l'ONU (1997-2006), avait été nommé envoyé spécial de l'ONU et de la Ligue arabe en Syrie le 23 février.

    Il s'est rendu depuis lors trois fois sur place, en mars, mai et juillet derniers, pour y rencontrer notamment le président syrien Bachar al-Assad mais sans pouvoir faire avancer les objectifs de son plan de paix.

    La mission d'observateurs mis en place en Syrie par l'ONU depuis avril dernier vient d'être réduite de moitié, à 150 hommes seulement.

    Le Conseil de sécurité a prolongé son mandat d'un mois jusqu'au 19 août mais en avertissant que la mission serait retirée à cette date si les conditions de sécurité et les circonstances politiques ne s'amélioraient pas très nettement en Syrie d'ici là.

    «Tâche terriblement difficile»

    La Russie regrette la décision de Kofi Annan de démissionner, a déclaré jeudi l'ambassadeur russe à l'ONU Vitali Tchourkine.

    «C'est sa décision, nous regrettons qu'il ait choisi de le faire (...) nous avons soutenu ses efforts», a déclaré à la presse Vitali Tchourkine.

    Il a aussi salué la décision de l'ONU et de la Ligue arabe de lui trouver un successeur pour cette «tâche terriblement difficile».
  • Syrie: le Chemin de Damas est étroit !

    Syrie: le Chemin de Damas est étroit !

    Un accord sur les principes d'une transition en Syrie a été obtenu samedi à Genève au cours de la réunion du Groupe d'action sur la Syrie, n accord sur les principes d'une transition en Syrie a été obtenu samedi à Genève au cours de la réunion du Groupe d'action sur la Syrie, ouvrant la voie à l'ère "post-Assad" selon les Etats-Unis alors que la Russie et la Chine ont réaffirmé qu'il revenait aux Syriens de choisir leur avenir. La réunion de Genève a "ouvert la voie à l'ère post-Assad" et les Etats-Un juin dernier le Conseil de sécurité de l'ONU pour lui soumettre cet accord, a déclaré la secrétaire d'Etat Hillary Clinton dans une conférence de presse. Hillary Clinton : "Les états qui ont de l'influence sur le gouvernement syrien doivent tout faire pour qu'Assad cesse les violences".

    30 juin, Kofi Annan lors de la conférence de presse à l'Onu. Photo Réveil FM

    Ahmad Fawzi, porte-parole de Kofi Annan et Kofi Annan, émissaire conjoint de l'ONU et de la Ligue arabe en Syrie. Photo Réveil FM

    Kofi Annan et la caméra de Réveil FM International. Photo Réveil FM

    L'accord prévoit notamment que le gouvernement de transition puisse inclure des membres du gouvernement actuel, M. Annan précisant ensuite qu'il doutait que les Syriens choisissent pour les diriger des personnes "qui ont du sang sur les mains".

    "L'organe de gouvernement transitoire exercera les pouvoirs exécutifs. Il pourra inclure des membres du gouvernement actuel et de l'opposition et d'autres groupes et doit être formé sur la base d'un consentement mutuel", a indiqué M. Annan, émissaire spécial des Nations Unies et de la Ligue arabe pour la Syrie.

    "Je doute que les Syriens choisissent des gens ayant du sang sur les mains pour les diriger", a-t-il précisé dans une conférence de presse.

    Interrogé sur l'avenir du président syrien Bachar al-Assad, il a souligné que le "document est clair sur les lignes directrices et les principes pour assister les parties syriennes alors qu'elles (...) établissent un gouvernement de transition et effectuent les changements nécessaires". L'avenir de Bachar al-Assad "sera leur affaire", a-t-il dit.

    Pour Hillary Clinton, "Assad doit partir".

    "Personne ne peut forcer aujourd'hui Bachar al-Assad à quitter le gouvernement".

    Côté russe et chinois, le propos était différent même s'ils ont accepté le plan. Une transition du pouvoir en Syrie doit être décidée par les Syriens, a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, ajoutant qu'aucun groupe ne devait être exclu du processus.

    "La manière précise dont le travail de transition (...) est mené sera décidée par les Syriens eux-mêmes", a-t-il déclaré, précisant que la Russie avait convaincu d'autres grands pays qu'il serait "inacceptable" d'exclure un quelconque groupe du processus.

    Même tonalité pour la Chine: un plan de transition "ne peut qu'être dirigé par les Syriens et être acceptable pour toutes les parties importantes en Syrie. Des personnes de l'extérieur ne peuvent pas prendre des décisions pour le peuple syrien", a souligné le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi.

    Le Groupe d'action sur la Syrie, constitué par M. Annan, rassemble des chefs de la diplomatie des cinq membres permanents du Conseil de sécurité - Etats-Unis, Chine, Russie, France et Grande-Bretagne -, de pays représentant la Ligue arabe, Irak, Koweït et Qatar, de la Turquie et les secrétaires généraux de la Ligue Arabe et de l'ONU ainsi que la Haute représentante aux Affaires étrangères de l'Union européenne.

    Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères : "Il s'agit d'une transition dirigée par la Syrie."

    En plus de 15 mois de révolte, la répression et, depuis quelques mois, les combats entre armée et rebelles ont fait plus de 15.800 morts, en majorité des civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

    Kofi Annan, l'initiateur de cette réunion au format inédit, avait mis en garde les membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, les exhortant à l'unité pour trouver un accord sur la transition en Syrie, faute de quoi "l'histoire nous jugera sévèrement".

    Devant l'impasse entre Occidentaux, Russes et Chinois, il avait adressé une sévère mise en garde aux participants dans son discours d'ouverture. En cas d'échec, les Syriens "seront les plus grandes victimes, et leurs morts ne seront pas seulement la conséquence d'actes de tueurs, mais aussi de votre incapacité à surmonter vos divisions", avait-il dit.

    Les discussions butaient entre Russes et Occidentaux sur le sort du président Assad. Les Etats-Unis réclament son départ alors que la Russie, un allié de longue date du pouvoir syrien, estime que les puissances étrangères ne doivent pas décider des résultats de la transition en Syrie.

    Sur le terrain, une ONG syrienne a lancé un appel au Comité international de la Croix rouge (CICR) pour envoyer des équipes médicales dans la ville de Douma, près de Damas, théâtre d'opérations militaires d'envergure depuis le 21 juin.

     

    A Douma, située à 13 km de la capitale, où des dizaines de personnes ont été tuées et des centaines blessées, la situation humanitaire est "catastrophique à tous les niveaux", a indiqué l'OSDH.
  • Syrie: Accord à Genève sur les principes d'une transition politique !

    Syrie: Accord à Genève sur les principes d'une transition politique !

     

    Comme pour chaque Sommet international, il faut être très patient lorsqu'on est journaliste accrédité pour couvrir l'événement. Le samedi 30 juin dernier pour le Sommet sur la Syrie où cinq ministres des Affaires étrangères des pays membres du Conseil de Sécurité de l'ONU étaient présents, il ne fallait pas compter son temps. Journée historique pour un événement historique qu'est-ce qui va se décider sur l'avenir de la Syrie ? Arrivée à 9 h, nous sommes plusieurs à avoir quittés le Palais des Nations après 22 h. À l'issue d'une réunion à Genève du Groupe d'action sur la Syrie, un accord a été trouvé samedi sur les principes d'une transition politique, avec la formation d'un gouvernement d'union nationale qui pourrait inclure des membres du régime d'Assad. Nous vous proposons quelques reportages sur cette journée du 30 juin.

    Genève, samedi 30 juin, les journalistes accrédités attendent au Palais des Nations l'arrivée des membres du Groupe d'Action sur la Syrie. Photo Réveil FM

    Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU

    Monsieur Yang Jiechi, ministre des Affaires étrangères de la République populaire de Chine. Photo Réveil FM

    Monsieur William Hague, Ministre des Affaires étrangère du Royaume-Uni. Photo Réveil FM

    Monsieur Sergey V Lavroy, Ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie. Photo Réveil FM

    Monsieur Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères de la République française. photo Réveil FM

    Madame Hillary Clinton, Secrétaire d'Etat des Etats-Unis. Photo Réveil FM

     


    Les autres membres pour le Sommet sur la Syrie !

    Madame Catherine Ashton, Représentante de l'Union européenne. Photo Réveil FM

    Monsieur Ban Ki Moon, Secrétaire Général de l'ONU. Photo Réveil FM

    Monsieur Hoshyar Zebari, Ministre des Affaires étrangère de la République d'Irak. Photo Réveil FM

    Monsieur Ahmet Davutoôlu, Ministre des Affaires étrangère de la République de Turquie. Photo Réveil FM

    Sheik Hamad bin Jassim Jabr Al-Thani, Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar. Photo Réveil FM

    Sheik Sabah Al-Khaled Al hamad Al Sabah, Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Kowait. Photo Réveil FM

    Kofi Anan, Ban Ki Moon et Kassym-Jomart Tokayev, Directeur Général de l'ONU-Genève. Photo Réveil FM

    Ban Ki Moon , Kofi Annan et Sergey V. Lavrov. Photo Réveil FM

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu