Avertir le modérateur

chouette ville allemande qui a abrité le concile œcuménique de 1

  • Constance ou Konstanz, chouette ville allemande qui a abrité le Concile œcuménique de 1414-1418 !

    Constance ou Konstanz, chouette ville allemande qui a abrité le Concile œcuménique de 1414-1418 !

    L'Allemagne va fêter en 2014 les 600 ans d'histoire du Concile œcuménique de Constance. Situé au nord des Alpes, le lac de Constance est le 3ème plus grand lac d’Europe et le plus grand d’Allemagne. Long de plus de 536 km 2, (63 km de long et 12 km de large), il partage ses rives entre l’Allemagne la Suisse, et l’Autriche. Il est bordé de rivages et de villages plein de charme, où il fait bon se promener, ponctué de plages permettant la baignade et le farniente, Une région superbe que l’on peut aisément découvrir en vélo. La plus grande ville autour du lac est Constance, qui donne d’ailleurs son nom au lac, appelé par les Allemands, Bodensee. Enclave allemande située sur la rive suisse du lac, la ville dégage une impression de calme et sérénité. Sur les rives du lac , baladez-vous le long des villas Art Déco et visitez la vieille ville médiévale , extrêmement bien conservée. De magnifiques bâtiments se succèdent dans des ruelles piétonnières très agréables pour flâner. Visitez aussi la cathédrale et sa crypte datant du 9è Siècle. Constance allie avec bonheur le charme d’une ville médiévale, une ville moderne et l’atmosphère romantique du lac.

    Plaque commémorative dans la rue de Constance. Photo Réveil FM

    Constance (Konstanz en allemand) est une ville d'Allemagne, située dans le sud du Land de Bade-Wurtemberg.

    Constance, son centre historique est enclavé sur la rive méridionale du lac de Constance (ou Bodensee).

    Gisela Zinnert, notre guide à Constance. Photo Réveil FM

    A Constance, on peut boire l'eau du nez dans une fontaine publique. Photo Réveil FM

    Belle bâtisse datant de l'époque où Constance ne fut qu'un port. Photo Réveil FM

    Sans doute, il y a un truc. Photo Réveil FM

    Façade d'un bâtiment bien décoré Le lac de Constance. Photo Réveil FM

    Avec une superficie de 536 km2 et une contenance de 48,5 milliards de mètres cube d’eau, le lac de Constance (Bodensee en allemand) est le plus grand lac allemand et ale 3ème d’Europe. Il mesure 63 km de long sur 14 km de large dans sa partie la plus évasée. Sa profondeur est de 252 m. Situé au nord des Alpes, il fait office de frontière naturelle avec 3 pays : l’Allemagne au nord, la Suisse au sud et l’Autriche à l’est. La rive allemande fait 173 km, la rive suisse 72 km et la rive autrichienne 28 km.

    Le lac de Constance, alimenté principalement par le Rhin, est constitué en fait par 2 lacs indépendants : il y a l’Obersee (le lac supérieur) d’un côté avec dans sa partie septentrionale l’Uberlingen see et de l’autre l’Untersee (le lac inférieur) avec dans sa partie nord le Zellersee. Ces 2 lacs sont reliés entre eux par une petite bande du Rhin, le Seerhein (le Rhin du lac) longue de 4 km.

    Cet important réservoir d’eau douce, le plus grand d’Europe d’ailleurs, possède 3 îles. La plus connue est l’île Mainau à côté de la ville de Constance en Allemagne, les 2 autres sont Lindau dans l’Obersee en Allemagne aussi et l’île de Reichenau dans l’Untersee en Allemagne également.

    Avec sa position géographique idéale, la douceur de son climat, ses paysages variés composés de vignobles, coteaux et vergers, le lac de Constance est un endroit magnifique où l’on peut bénéficier d’activités sportives et culturelles très intéressantes. En effet, entre les baignades, les croisières en bateau, les randonnées pédestres, les pistes cyclables et de skate qui font le tour du lac, la visite des villes et villages, la découverte des musées et des sites historiques, les excursions sur les sommets environnants, sa palette d’offres est multiple, riche et variée. Au lac de Constance, on ne s’embête jamais, il y a toujours quelque chose à faire. De plus, comme il touche 3 pays, 3 cultures différentes, tous les goûts sont satisfaits. Ce que je trouve formidable aussi, c’est qu’en seulement quelques minutes, on peut se retrouver en Suisse pour le petit déjeuner, en Allemagne pour le dîner et en Autriche pour le souper !!! Extraordinaire, non !

    La cerise sur le gâteau de ce lac est qu’on peut le traverser en voiture. En effet, il y a un ferry qui relie Romanshorn (en Suisse) à Friedrichshafen (en Allemagne) et Konstanz (en Allemagne) à Meersburg (en Allemagne aussi). Très pratique, ce système permet d’économiser un gain de temps considérable sur le nombre de kilomètres à parcourir, c’est génial !

    Très prisé par les Allemands (ils le considèrent comme leur côte d’azur), ce lac est à voir absolument.

    Konstanz ou Constance !

    La ville de Konstanz avec sa particularité d’être une enclave allemande sur la rive suisse du lac a sa frontière qui passe directement au sud de la ville entre les rues et les maisons. C’est très étonnant ! La ville suisse qui la jouxte, c’est Kreuzlingen dans le canton de Thurgovie.

    Avec son centre médiéval parfaitement conservé, Konstanz est une très jolie ville dotée d’une grande zone piétonne, d’un agréable port de plaisance, de belles plages, d’un casino très fréquenté et de superbes villas Art nouveau. C’est la plus grande ville du lac.

    Fondée par les Romains au IVe siècle, et tenant son nom de l'empereur Constance Chlore, elle était importante au moyen âge (on y comptait 40 000 habitants).

    Constance fut à la fin du VIe siècle le siège d'un évêché (diocèse de Constance), l'église faisait partie de province ecclésiastique de Mayence. La ville était le siège d'un archidiaconat. Elle fut ville impériale et eut un évêché souverain, lequel fut sécularisé en 1802. Frédéric Barberousse y signa en 1183 la Paix de Constance, qui reconnaissait l'indépendance des villes lombardes.

    Il s'y tint de 1414 à 1418 un concile œcuménique (Concile de Constance) qui mit fin au grand schisme d'Occident en déposant les papes Jean XXIII et Benoît XIII, et en nommant Martin V. C'est dans ce même concile que furent jugés et condamnés au bûcher Jean Huss et Jérôme de Prague.

    Le clergé français y était représenté par Pierre d'Ailly, archevêque de Cambrai, et par Jean de Gerson, chancelier de l'université de Paris. Une stèle appelée Hussenstein est érigée à l'endroit même où était le bûcher. La ville forma la "Tétrapolitaine" avec Strasbourg, Lindau et Memmingen, confession de foi protestante rédigée en 1530 et répondant au désir de paix et de concorde politique et religieuse.

    Constance fut mise au ban de l'empire par Charles Quint en 1548 pour avoir refusé d'accepter l'intérim, et intégrée aux possessions autrichiennes. Elle fut cédée en 1806 par l'Autriche au grand-duc de Bade.

    Durant la Seconde Guerre Mondiale, la ville subit peu de dégâts car imbriquée avec sa voisine Suisse. Et comme la partie suisse était illuminée comme en temps de paix durant la nuit, les habitants prirent l'habitude de ne pas appliquer les règles de couvre - feu ce qui sauva la ville.

    Les bombardiers américains ne voulant pas prendre le risque de bombarder par inadvertance un pays neutre. Après la Seconde Guerre mondiale l'armée française y tiendra garnison jusqu'en 1977.

     

    La courtisane Impéria !

    Lorsqu’on rentre dans le port de Konstanz ce qui frappe, c’est l’énorme et très belle statue d’une femme debout qui tient entre ses mains 2 hommes assis. Cette femme, c’est Impéria, une courtisane italienne née en 1485 à Ferrare en Italie et les 2 hommes assis dans ses mains sont le Pape Martin V qui fut élu pendant le Concile de 1414-1418 et l’Empereur Sigismond qui représente la puissance séculaire.

    Impéria montre une femme tenant deux petits hommes assis sur ses mains. Les deux hommes représentent le pape Martin V et l'empereur Sigismond. Martin V a été élu pendant le Concile tandis que Sigismond représente la puissance séculaire. Tous les deux sont nus excepté les symboles de leur puissance.

    La femme représente une courtisane italienne née en 1485 à Ferrare.

    Impéria a été la maîtresse tant du pape que de l'empereur et passait pour la femme la plus influente de son temps.Bien que cette femme n’ait jamais mis les pieds dans la ville de Konstanz, elle y est reliée par le conte d’Honoré de Balzac, la belle Imperia. Dans cette satire féroce sur la morale du clergé catholique, on peut y lire l’histoire de la belle Imperia qui séduit les cardinaux et les princes et qui les mène par le bout du nez.

    Créée en 1993 par Peter Lenk, un sculpteur allemand, cette magnifique sculpture en pierre, qui tourne sur elle-même 1 fois toutes les 3 minutes et qui commémore le Concile de Konstanz, mesure 10 m de hauteur et pèse 18 tonnes.

    Le concile de Constance (1414-1418) est, pour l'Église catholique romaine, le XVIe concile œcuménique, convoqué par l'empereur Sigismond Ier et l'antipape Jean XXIII. Présidé par le cardinal Jean Allarmet de Brogny, il mit fin au Grand Schisme d'Occident.

    À la suite du concile de Pise de 1409, l'Église catholique se retrouvait avec trois papes à sa tête : Alexandre V, Benoît XIII et Grégoire XII. Dans la confusion générale, l'Empereur choisit de se substituer au Sacré Collège défaillant, comme certains canonistes lui en conféraient le droit. Jean XXIII, successeur d'Alexandre V, lui en fournit l'occasion : il fut vaincu par le roi de Naples, Ladislas Ier, partisan de Grégoire XII, et dut se réfugier à la cour impériale. Sigismond accepta à condition qu'un concile fût tenu dans une ville d'Empire. Il put donc annoncer que le 1er novembre 1414, le concile se réunirait à Constance.

    Sigismond s'assura ensuite du succès du futur concile. Devant la résistance de Jean XXIII et de ses partisans italiens, il modifia le mode de scrutin. Le vote par nation remplaça le vote par tête, ne laissant à l'Italie qu'une seule voix. Comprenant son échec, Jean XXIII s'enfuit le 20 mars 1415. Les Pères conciliaires adoptèrent le 6 avril le décret Hæc sancta, affirmant la supériorité du concile sur le pape. Jean XXIII fut arrêté et déposé. Grégoire XII, après avoir reconvoqué le concile par la voix de son légat, démissionna par procurateur le 4 juillet 1415 au sein du concile. Sigismond fit avancer ses troupes en Espagne et au Portugal, écrasant les partisans de Benoît XIII. Lors de ce concile eut aussi lieu le procès de Jan Hus pour hérésie.

    Avant de procéder à une nouvelle élection, les Pères conciliaires s'assurèrent de leur indépendance en votant le 30 octobre 1417 le décret Frequens. Celui-ci disposait que le concile se réunirait de nouveau en 1423, puis en 1430, puis tous les dix ans à compter de cette date. Dès lors, le concile n'était plus soumis au bon vouloir du pape. Ceci fait, le concile élut le 11 novembre, jour de la saint Martin, le Romain Oddone Colonna, qui prit le nom de Martin V. Celui-ci, rejetant les appels de la France à gagner Avignon, et ceux de l'Empereur à choisir une ville d'Empire, choisit de partir pour Rome, où il entra le 16 mai 1418. Le concile prit alors fin.

     

    Nos remerciements à Federico Sommaruga de Suiss Tourisme pour la visite et découverte de cette ville médiévale et historique.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu