Avertir le modérateur

campagne d'amnesty international contre un nouveau durcissement

  • Suisse: Pas de panique, campagne d'Amnesty International contre un nouveau durcissement de la loi sur l'asile

    Suisse: Pas de panique, campagne d'Amnesty International contre un nouveau durcissement de la loi sur l'asile

    La Suisse envahit par les demandeurs d'asile ?

    «Pas de panique!» Avec cette campagne, la Section suisse d'Amnesty International avait appellé la population à voter NON, le 9 juin, contre une nouvelle réduction des droits des réfugiés. Au mythe d'une Suisse «envahie par une vague de réfugiés», Amnesty oppose une vidéo humoristique. La vidéo relève la contradiction entre slogans populistes et faits reconnus, dans le but de gagner le public à la cause d'une politique d'asile juste et humaine.

    L'argumentation populiste des politiciens est toujours la même: «Pour que les réfugiés n'accaparent pas toute la Suisse, il faut durcir la législation.» Mais cette argumentation est erronée à deux titres. D'abord, les requérants d'asile ne représentent que 0,5 pour cent de la population résidante, soit une portion minime. Ensuite, une telle «politique de dissuasion» n'atteint pas le but visé. De toute évidence, les requérants ne sont pas moins nombreux des suites de cette politique.

    «Les durcissements constants de la Loi sur l'asile ne résolvent aucun problème. La dissuasion et les restrictions n'empêchent pas les gens de fuir. Au contraire, elles mettent les réfugiés dans la précarité et rendent leur intégration difficile», a déclaré Magdalena Urrejola, responsable de campagne à la Section suisse d'Amnesty International.

    L'objectif de la Loi suisse sur l'asile est de fournir une protection aux personnes persécutées dans le sens de la Convention relative au statut des réfugiés. A chaque durcissement de la Loi sur l'asile, cet objectif devient plus difficile à réaliser. Amnesty International exige donc un changement de paradigme et la mise en place d'une politique d'asile juste et humaine. Des procédures courtes avec une assistance juridique professionnelle pour les requérants d'asile, des conditions de logement dignes avec un encadrement professionnel, des aides au retour et l'abandon dans une large mesure des renvois forcés en constituent les points essentiels.

    Contexte

    En 2012, plus de 42 millions de personnes ont fui la guerre et des situations de persécution dans le monde. En Suisse, il y avait 44'863 demandeurs d'asile au total. Cela représente 0,5 pour cent de la population résidente. Toute personne qui doit quitter son pays en raison de persécutions qu'elle subit a droit à une protection. Le droit des réfugiés s'applique dans le monde entier et ne peut être remis en question.

     

    Les principales modifications

    - Les demandes ne peuvent être présentées qu’à la frontière et dans les aéroports suisses. La possibilité de le faire auprès des ambassades est supprimée.

    - Ne sont plus considérés comme réfugiés les personnes exposées à des menaces sérieuses pour avoir déserté ou refusé de servir. Cette protection est offerte cependant en vertu de la Convention internationale sur le statut des réfugiés.

    - Les requérants qui compromettent l’ordre public et la sécurité peuvent être placés dans des centres de détention spéciaux.

    - La Confédération peut utiliser ses infrastructures et ses bâtiments pour loger des requérants l'asile, sans devoir en référer aux cantons et communes.

    - Sur une durée de deux ans, le gouvernement peut tester de nouvelles procédures d'examen des requêtes d'asile. Il peut notamment réduire de trente à dix jours le délai de recours contre une décision négative.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu