Avertir le modérateur

cécile kyenge à l'onu-genève: la nationalité à accorder aux immi

  • Cécile Kyenge à l'ONU-Genève: La nationalité à accorder aux immigrés, question centrale de la politique de la ministre italo-congolaise !

    Cécile Kyenge à l'ONU-Genève: La nationalité à accorder aux immigrés, question centrale de la politique de la ministre italo-congolaise !

    Genève-ONU, mardi 18 juin 2013, Cécile Kyenge la ministre italienne de l'intégration. Photo Réveil FM

    Madame Cécile Kyenge est la deuxième congolaise a être ministre dans un pays qui n'a pas coloniser la République démocratique du Congo. Malgré leur racisme, les italiens ont montrés leur considérations envers les africains. La ministre italienne de l’Intégration, Cécile Kyenge, d’origine rdcongolaise, a assuré, hier à Genève, que la question centrale de sa politique sera la nationalité à accorder aux immigrés. «Ce débat concerne toute l’Europe», a-t-elle affirmé en marge d’une conférence de presse accordée aux journalistes accrédités à l'ONU, en marge d’une conférence ministérielle internationale sur la diaspora, organisée par l’OIM, l’Organisation internationale pour les migrations.

    Il y a actuellement 600 000 enfants mineurs, nés en Italie de parents étrangers, qui sont concernés par un changement du droit de la nationalité basé sur le droit du sol, a-t-elle expliqué. Si l’Italie adoptait cette modification, ces enfants seraient italiens de par leur naissance. Si l’Italie adoptait cette modification, ces enfants seraient italiens de par leur naissance. "Il y a cinq millions de migrants étrangers en Italie, dont la grande majorité a moins de 40 ans, il faut les intégrer", a ajouté la ministre. Sur ce total, un million sont des enfants mineurs. Quelque 600.000 d’entre eux sont nés en Italie et 400.000 sont arrivés en bas âge. La plupart des migrants en Italie viennent d’Europe de l’Est, d’Afrique du Nord et d’Afrique sub-saharienne. Selon la loi en vigueur actuellement en Italie, un mineur étranger peut y demander la nationalité italienne quand il atteint les 18 ans, et il a un an pour le faire.

    Freddy Mulongo et Cécile Kyenge à l'ONU. Photo Réveil FM

    Cécile Kyenge a aussi revendiqué avoir émigré vers l’Italie pour «réaliser un rêve», celui de devenir ophtalmologue. «J’étais seule, j’avais 18 ans, j’ai eu un parcours difficile, mais j’ai réalisé mon rêve, et à présent je suis ministre», a-t-elle raconté.

    Depuis sa nomination, la ministre italienne, la première d’origine africaine dans l’histoire du pays, est la cible de nombreuses insultes et menaces racistes. Jeudi dernier, une élue locale de la Ligue du Nord a notamment appelé à la violer. Ces déclarations ont cependant suscité une indignation générale et son expulsion du parti régionaliste et anti-immigrés.

    A la question de Réveil FM International Interrogé sur les attaques racistes et xénophobes dont elle fait l’objet en Italie depuis sa nomination, la ministre Cécile Kyenge a répété que ces insultes s’adressaient "à chaque personne opposée au racisme, la réponse doit venir des institutions, de la population, pas de la ministre".

    Cécile Kyenge, la ministre de l'intégration et Freddy Mulongo. Photo Boris Heger

    Ophtalmologue de 48 ans, d'origine congolaise, Cécile Kyenge est le premier ministre noir de l'histoire de l'Italie. Et, malgré les attaques racistes dont elle est la cible, elle assume avec panache ses origine. Cécile Kyenge Kashetu (48 ans) n'est manifestement pas une personnalité effacée. À peine avait-elle pris place qu'elle lançait avec aplomb : « Je ne suis pas une femme de couleur, je suis noire. Et je le dis avec fierté. » Elle renvoyait ainsi dans les cordes ses détracteurs racistes, qui, depuis sa nomination, se déchaînent dans les médias et sur les réseaux sociaux, la traitant de « guenon », de « négresse », de « zouloue » et autres gracieusetés. Mario Borghezio, député européen et membre de la Ligue du Nord - parti réputé pour sa xénophobie -, y est allé de son petit couplet, décrétant qu'elle était « sans doute une bonne femme au foyer, mais pas une ministre ». Il n'avait visiblement pas lu son curriculum vitæ...

    Car la carrière de Cécile Kyenge est aussi fulgurante qu'originale. Ophtalmo­logue de formation (elle est diplômée de l'Université catholique du Sacré-Coeur de Rome et de l'Université de Modène et de Reggio d'Émilie), elle se fait d'abord remarquer en s'impliquant dans des associations de défense des droits des immigrés. Ce n'est qu'en 2004, à l'âge de 40 ans, qu'elle entre en politique.

    Elle est élue conseillère municipale de Modène (nord de l'Italie) sous les couleurs des Démocrates de gauche (DS) - aujourd'hui Parti démocrate (PD) -, puis, en 2009, au conseil provincial. Parallèlement, elle fonde le Comité du 1er-Mars, une association qui, dit-elle, « a permis aux immigrés de se faire entendre de manière citoyenne ».

    Aux législatives de février 2013, elle figure en sixième position sur la liste du PD dans la région d'Émilie-Romagne - l'une des plus importantes du pays - et devient députée. Le 30 avril, elle est nommée ministre. « Cette nomination ne doit rien au hasard, elle a été longuement pesée, confie Davide Sardo, membre du PD depuis des années. Notre parti doit montrer des visages neufs. Et puis, l'immigration ayant été l'un des principaux thèmes de la campagne électorale, il fallait montrer qu'il ne tomberait pas dans l'oubli. »

    Née à Kambove, dans la province du Katanga, en RDC, elle a quitté le pays à l'âge de 18 ans, se fixant pour objectif de devenir médecin. Elle l'a atteint, et s'en est fixé d'autres : « Ce qui me donne la force de continuer, c'est l'idée que si nous, Africains, ne sommes pas représentés dans les institutions, là où les décisions sont prises, nous serons les premiers à le regretter. Et ce sera ensuite au tour de nos enfants d'en subir les conséquences. » Mère de deux adolescentes, elle affirme sans complexe : « On naît africain et on le reste. Peu importe le pays où l'on vit, on est africain pour la vie. »

    La ministre Cécile Kyenge se rendrait à Bruxelles le mois prochain pour expliquer sa position sur la nationalité à accorder aux immigrés en Italie aux autorités européennes.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu