Avertir le modérateur

basilique

  • Reportage. Valls avait visité la Basilique de nativité à Bethléem en restauration et cofinancée par la France !

    Reportage. Valls avait visité la Basilique de nativité à Bethléem en restauration et cofinancée par la France !

    Du 21 au 24 mai dernier, le Premier ministre Manuel Valls avait effectué un voyage officiel en Israël et dans les territoires palestiniens. Le lundi 23 mai dans l'après-midi, Manuel Valls avait visité les travaux de restauration de la basilique de la Nativité qui se poursuivent à Bethléem. La basilique de la Nativité est l'un des lieux les plus visités par les touristes qui arrivent en Terre Sainte. Comme chaque Noël, toute l'attention est tournée vers la basilique de la Nativité à Bethléem, l'une des plus vieilles églises du monde. Édifiée au IVe siècle par l'empereur romain Constantin Ier le Grand sur le lieu présumé de naissance de Jésus, cette église attire tous les ans deux millions de visiteurs.

     

    Inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis le 29 juin 2012, au nom de la Palestine, la basilique de la Nativité a rejoint en 2008 la liste des cent sites les plus menacés de l'observatoire des monuments mondiaux créé par le Fonds mondial pour les monuments. Après la toiture, c’est désormais la nef, d’art byzantin, qui est au centre des attentions, et plus particulièrement ses splendides mosaïques, qui sont nettoyées et restaurées. Datant de l’empereur romain Constantin (IVe siècle), restaurée par Justinien (VIe siècle), la basilique de la Nativité est l’une des plus anciennes églises de la chrétienté.

    Le 2 septembre 2010, l’Autorité palestinienne et les représentants des Églises grecque-orthodoxe, arménienne apostolique (orthodoxe) et latine (catholique) avaient signé un accord pour la rénovation du toit de la basilique de la Nativité. Il y avait urgence : le toit, pourrissant, n’a pas été entretenu depuis 200 ans. Sa structure (du XVe siècle) laisse passer l’eau si bien que certaines parties en bois, des mosaïques et des peintures sont menacées par l’humidité.

    La France a contribué à hauteur de 300 000 euros au financement de la restauration du toit. L’Autorité palestinienne a elle-même créé un fonds d’un million de dollars pour cette restauration. « Cette contribution (…) traduit le souhait de la France de soutenir l’Autorité palestinienne dans la préservation du patrimoine historique palestinien et mondial qui lui incombe » (…) «Elle reflète également la responsabilité particulière héritée de l’Histoire par la République Française vis-à-vis des églises et des communautés chrétiennes de Terre Sainte ».

    «De nombreux fragments de bois ont été prélevés par carottage, indique Marcello Piacenti, responsable de l'entreprise italienne sélectionnée au terme d'un appel d'offres international, qui détaille: les progrès de la dendrochronologie nous ont permis de distinguer les poutres taillées dans du cèdre au XIIIe siècle, et celles fabriquées dans du chêne venu d'Italie vers 1470. Ces analyses vont nous permettre de préserver un maximum de poutres d'origine, et de remplacer par un type de bois strictement équivalent les parties fragilisées par la moisissure.» La première tranche du chantier, qui se concentre sur la toiture, s'achèvera en principe en septembre prochain mais d'autres travaux devaient suivre. La basilique, dont les vestiges les plus anciens remontent à 339 et qui reçoit chaque année plus de deux millions de visiteurs attirés par la grotte où, selon la tradition, est né le Christ, montre en effet d'autres signes de fatigue. Outre les outrages des siècles et de l'humidité, elle a par exemple subi, en 2002, quarante jours d'un siège imposé par l'armée israélienne, dont les tirs ont laissé des traces superficielles sur les murs extérieurs.

    Les travaux ont été plusieurs fois repoussés. En cause: les différents propriétaires des lieux - les communautés grecque et arménienne orthodoxes, et catholique romaine - qui peinent à se mettre d’accord, retardant ainsi la rénovation. "Les divisions entre ces trois Eglises sont parfois exagérées mais il faut reconnaître qu’elles n’ont pas exactement les mêmes conceptions esthétiques" !

    Malgré l'opposition farouche d'Israël et des États-Unis, la Nativité a été inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco. Non content d'être un éternel sujet de discorde entre trois Églises chrétiennes, le vénérable édifice est ainsi devenu un symbole parmi d'autres du combat engagé par les Palestiniens pour obtenir la reconnaissance internationale de leur État. 

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu