Avertir le modérateur

bain de sang en egypte : l'onu condamne

  • Bain de sang en Egypte : l'ONU condamne, on parle de 153 morts !

    Bain de sang en Egypte : l'ONU condamne, on parle de 153 morts !

    Les forces de sécurité égyptiennes ont mis leur menace à exécution mercredi matin, vers 7 heures, en donnant l'assaut contre les deux places occupées par les pro-Morsi au Caire. Le bilan est très lourd : plusieurs dizaines de morts selon différents témoins, plus de 600 selon les Frères musulmans. L'armée au pouvoir tente par tous les moyens d'éviter une propagation des violences, se disant désolée pour les victimes.

    Les morts et les blessés sont surtout des hommes. Mais des femmes et des enfants ont été blessés.

    Les partisans du président islamiste destitué Mohamed Morsi ont été pris par surprise par des bus militaires et des bulldozers, qui ont terrassé leur campement.

    L'opération d'évacuation des forces de l'ordre a rapidement tourné à l'affrontement.

    De nombreux manifestants ont été blessés, d'autres tués.

    Les forces de sécurité ont lancé l'assaut dans la matinée mercredi, faisant usage de gaz lacrymogènes et d'armes automatiques, détruisant au bulldozer les barricades construites par les pro-Morsi sur les places Nahda et Rabaa. Le bilan de ces violences n'a cessé de grimper. Plusieurs dizaines de personnes, dont cinq policiers officiellement, auraient été tués.

    L'intervention menée mercredi par la police égyptienne pour disperser les manifestants pro-Morsi, rassemblés depuis plus d'un mois dans les rues du Caire, a fait plus d'une centaine de morts. Suivez les événements minute par minute.

    Des débuts de l'intervention de la police contre les pro-Morsi au Caire à la démission du vice-président ElBaradei, suivez minute par minute les événements en Egypte.

    19h01: le couvre-feu entre en vigueur en Egypte.

     

    18h43: outre le cameraman de Skynews tué, plusieurs photographes ont été blessés au Caire, dont un reporter de l'hebdomadaire Xpress à Dubaï mortellement touché à la tête, selon plusieurs sources dont Reporters sans frontière. Il y aurait aussi eu plusieurs journalistes arrêtés.

     

    18h25: des centaines de partisans du président destitué Mohamed Morsi quittent la place Rabaa al-Adawiya sous la surveillance de policiers en armes, selon des images en direct de la télévision publique. Des irréductibles demeurent néanmoins retranchés derrière les barricades et des affrontements avec les forces de l'ordre se poursuivent.

    18h05: l'agence de presse égyptienne annonce 149 morts dans les combats entre pro-Morsi et forces de l'ordre. Elle avance aussi le chiffre de 1403 blessés, citant le ministre égyptien de la Santé. Sur la seule place Rabaa al-Adawiya du Caire, un journaliste de l'AFP a décompté les cadavres de 124 manifestants.

    17h45: le vice-président et prix Nobel de la paix ElBaradei annonce sa démission du gouvernement. "Il m'est devenu difficile de continuer à assumer la responsabilité de décisions avec lesquelles je ne suis pas d'accord", écrit-il notamment dans sa lettre au président Adly Mansour.

    17h35: un responsable de la sécurité a affirmé à l'AFP que 543 personnes avaient été arrêtées.

    17h17: les Etats-Unis condamnent le recours à la violence contre les manifestants et s'opposent à un retour de l'état d'urgence.

    16h57: couvre-feu instauré de 19h à 6h du matin. Ces mesures s'appliquent au Caire et aux provinces de Guizeh, d'Alexandrie, de Beni Sueif, de Minya, d'Assiout, de Sohag, de Beheira, du Nord et du Sud-Sinaï, Suez et Ismailia.

    16h45: la fumée recouvre plusieurs quartiers de la ville.

     

    16h25: Le président par intérim, Adly Mansour, "a donné pour mission aux forces armées, en coopération avec la police, de prendre toutes les mesures nécessaires pour maintenir la sécurité et l'ordre ainsi que pour protéger les biens publics et privés et les vies des citoyens".

    "La sécurité et l'ordre dans la nation sont en danger en raison d'actes de sabotage délibérés, d'attaques visant des bâtiments publics et privés et de la perte de vies humaines, des actes perpétrés par des groupes extrémistes", selon la présidence.

    16h24: le ministère égyptien de la Santé annonce 95 morts mercredi dans toute l'Egypte. Les autorités font également état de 874 blessés. "Les morts sont à la fois des policiers et des civils. Nous attendons davantage de détails", a déclaré un porte-parole.

    16h00: La présidence ordonne à l'armée d'apporter son soutien aux forces du ministère de l'Intérieur pour rétablir la sécurité.

    15h46: état d'urgence décrété pour un mois en Egypte, annonce la présidence.

    15h42: le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon "condamne" l'intervention policière et "déplore que les autorités égyptiennes aient choisi d'utiliser la force". Un peu plus tôt, le chef de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton, fait part de sa "grande préoccupation" après l'intervention sanglante du pouvoir égyptien.

    15h33: la fille de 17 ans d'un chef des Frères musulmans aurait été tuée dans l'intervention, selon l'organisation.

    15h24: dans l'hôpital de campagne de Rabaa, les médecins restent débordés et délaissent les cas désespérés pour concentrer leurs efforts sur les blessures les plus susceptibles d'être soignées.

    15:27: La rumeur d'un couvre-feu établi après 17h se répand dans la ville et parmi les journalistes couvrant les affrontements.

    15:21: Sur Twitter, de nombreuses photos très violentes montrent des corps déchiquetés, brûlés ou des cadavres alignés, des images très violentes que nous avons choisi de ne pas relayer ici. Il n'empèche, de nombreux témoins font état de quantités de victimes dans de petits hôpitaux et confirment leurs dires par des photos. Comme ici à Nasr City, dans la banlieue du Caire.

    ("Dans un petit hôpital de campagne à Nasr City, j'ai compté huit corps, une douzaine de blessés. Les familles pleurent #Egypte")

    Shahinaz Abdel Salam, blogueuse égyptienne : "Ils comprennent pas qu'on doit tous vivre ensemble"

    15:13: L'équipe de CNN échappe à une rafale de tirs alors que la journaliste est en plein direct depuis le Caire.

    15:05: Selon de nombreuses sources concordantes, plusieurs journalistes auraient été tués dans les affrontements. Skynews confirme qu'un de ses caméramens est au nombre des victimes.

    14:53: Les bilans des affrontements dans le reste de l'Egypte augmentent : 17 morts dans le Fayoum, au moins cinq à Suez où des partisans de Morsi ont tenté de prendre des bâtiments publics.

    14:45: Les affrontements continuent aux abords de la place Rabaa. Des images nous parviennent qui montrent de véritables scènes de guerre.

    14:39: Plusieurs églises ont été prises pour cible par les pro-Morsi. Les premières images des destructions commencent à nous parvenir.

    14:32: Au moins 124 manifestants pro-Morsi ont été tués au Caire. Le compte a été fait par un journaliste de l'AFP qui a pu dénombrer les cadavres dans trois morgues improvisées sur la place Rabaa. Un bilan qui ne tient évidemment pas compte des morts éventuels sur les autres sit-in du Caire, ni dans le reste du pays.

    14:22: Le ministère britannique des Affaires étrangères condamne "l'utilisation de la force pour disperser les manifestations pro-Morsi au Caire" et appelle "les forces de sécurité à agir avec retenue"

    14h13: La fille de 17 ans de Mohamed el-Beltagi, l'un des leaders des Frères musulmans a été tuée dans les affrontements. Son père aurait été arrété. Le frère de la jeune femme, Ammar Beltagi confirme ce décès avec un Tweet suspectible d'enflammer encore plus la situation : "Ma soeur est morte en martyre"

    14:06: Il n'y a pas que le Caire qui est touché par ces affrontements entre la police égyptienne et les pro-Morsi : dans la province de Fayoum, le directeur de la morgue de l'hôpital général affirme que neuf personnes au moins ont été tuées. Selon des témoins, des membres des Frères musulmans avaient attaqué deux postes de police.

    14:00: Une femme essaie d'arrêter un bulldozer militaire près de la mosquée Al-Adawiya Rabaa au Caire.

    13:47: La Turquie exhorte le Conseil de sécurité des Nations Unies et la Ligue arabe à intervenir pour mettre fin "au massacre" en Egypte. Recep Tayyip Erdogan, le Premier ministre turc, assure que le silence de la communauté internationale depuis le renversement de Mohamed Morsi a ouvert la voie à la violente répression en cours.

    13:39: Dans le monde entier, les gouvernements s'indignent de ce qui se passe en Egypte. L'Iran condamne "le massacre de la population", dans un communiqué, un porte parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar dénonce "avec force la méthode utilisée contre les manifestants pacifiques (...) qui a coûté la vie à un certain nombre d'innocents sans armes", la Suède par la voix de son premier ministre Carl Bildt sur Twitter, dénonce "la responsabilité du régime dans ces tueries".

    ("Je condamne les tueries et la violence en Egypte. Principale responsabilité pour les forces du régime. Extrêmement difficile de restaurer un processus politique.")13:31: Un photo-journaliste du Daily News Egypt raconte que la police lance des gaz lacrymogènes sur le pont d'Octobre pour forcer les manifestants à reculer dans leurs filets.

    13h24: Le président turc Abdullah Gül dénonce une opération "inacceptable" de la police égyptienne. "Ce qui s'est passé en Egypte, cette intervention armée contre des civils qui manifestent ne peut absolument pas être acceptée." Il affirme aussi craindre que la situation en Egypte ne dégénère en un conflit semblable à la Syrie.

    13:18: La Chaîne Al Hayat TV affirme que huit églises ont été brulées à travers l'Egypte et que 30 membres du Hamas ont été arrétés sur la place Rabaa.

    13:13: La dispersion des sit-in aurait été planifié depuis longtemps pour aujourd'hui selon une source gouvernementale.

    12:59: La France appelle toutes les parties à la retenue en Egypte. Un porte parole du Quai d'Orsay déplore les violences, demande qu'elles cessent et qu'une logique d'apaisement prévale. "La France met en garde contre un usage disproportionné de la force"

    12h36: La chaîne de télévision Sky News Arabia affirme que Mohamed el-Beltagi, l'un des leaders des Frères musulmans, a été arrêté. La BBC complète en rapportant qu'en tout, cinq leaders de la confrérie ont été arrêtés lors de la dispersion du sit-in sur la place Rabaa.

    12h28: Le correspondant de Newsweek en Égypte, qui n'avait plus donné de nouvelles de lui depuis plusieurs heures, affirme avoir été arrêté et battu par les forces de sécurité en marge des affrontements sur la place Rabaa.

    ("Je vais bien, merci à tous de vous être inquiétés. J'ai été arrêté, battu par les forces de sécurité à Rabaa, puis détenu dans une antenne locale. Je viens de sortir") 12h22: Après une réunion d'urgence, le gouvernement égyptien tient une conférence de presse en direct à la télévision d'État. Il pointe la menace d'"escalade", se rangeant derrière l'action du ministère de l'Intérieur tout en se disant désolé pour les victimes, blâmant les leaders des Frères musulmans, les accusant d'"incitation" à la violence.

    12h18: Des journalistes affirment avoir vu des manifestants porter des armes automatiques, notamment des AK-47 cachés par des voiles et des keffiehs, à proximité de la mosquée de Mohandiseen, sur la place Mostafa Mahmoud. Au loin, les tirs ne cessent pas.

    12h15: L'imam de la mosquée al-Azhar, Ahmed al-Tayeb, principale autorité sunnite du pays, appelle les deux parties au calme dans une intervention à la radio, condamnant la violence. Il affirme que seule la politique peut résoudre la crise : "La violence ne peut être une alternative au dialogue". Il se désolidarise ainsi de l'action menée par la police, achevée dans le sang.

    12h08: D'autres églises ont été incendiées dans le pays, dont l'une à Suez. Des commissariats ont également été attaqués, notamment à Beni Suef.

    12h03: "Nous réaffirmons que la violence ne mènera à aucune solution et nous exhortons les autorités égyptiennes à procéder avec la plus grande retenue" a déclaré Michael Mann, porte-parole de la Haute réprésentante pour la politique extérieure de l'Union européenne, Catherine Ashton.

    11h45: Un exemple du flot de chiffres qui nous parviennent à chaque minute, résumé dans ce tweet.

    ("Comparaison : le ministre de la Santé dit que 10 personnes sont mortes, le ministre de l'Intérieur 4, Al Jazeera 42 et Gehad El-Heddad (Frères musulmans) des centaines")

    11h37 :Les partisans de Mohamed Morsi ont choisi un nouvel emplacement pour leur sit-in : la place Mostafa Mahmoud, non loin de la place Rabaa, où une scène et des barricades ont été dressées.

    La police et l'armée tentent dans le même temps de stopper les cohortes de partisans se rendant actuellement sur la place pour prêter main forte. De violents affrontements ont toujours lieu dans plusieurs rues de la capitale, notamment dans les quartiers de Nasr City et Mohandeseen.

    11h26: Les ambulances ont beaucoup de mal à se frayer un chemin à travers le chaos, quand elles ne sont pas bloquées par la police et/ou l'armée. Les blessés sont transportés jusqu'à elles, ou vers les hôpitaux, sur des vélos.

    11h19: Les États-Unis annoncent la fermeture de leur ambassade au Caire à partir de 13 heures ce mercredi.

    11h15 :La télévision d'État égyptienne livre un bilan bien différent : 7 morts et près de 80 blessés au Caire. Selon le ministère de la Santé, le nombre de victimes est grimpé à 13, dont 5 policiers.

    10h59: Des photos diffusées sur les réseaux sociaux montrent la présence de snipers positionnés sur le toit d'un bâtiment gouvernemental. Les autorités affirment qu'il s'agit là de protestataires, mais la polémique grandit. Il semble clair en tout cas que les deux camps ont fait usage, en grand nombre, d'armes automatiques. Le photo ci-dessous, postée sur Twitter par l'Alliance contre le Coup d'État, donne une idée des images qui circulent.

    10h42: Le bilan des violences, estimé par les Frères musulmans, ne cesse de grimper. Selon le porte-parole de la confrérie, au moins 600 personnes ont été tuées. Gehad El-Haddad conclut son tweet en implorant : "Que Dieu sauve l'Égypte".

     

    10h30: L'église Mar Gergiss, la principale de Sohag, une ville de quelque 150.000 habitants au sud du Caire dont de nombreux chrétiens, a été détruite par les flammes, visée par des jets de cocktails molotov. Signe qu'une partie des partisans de Mohamed Morsi, à travers l'Égypte, ont décidé de mener des "représailles" en s'en prenant à la population chrétienne. D'autres églises ont été attaquées à Al-Minya, des commerces tenus par des coptes ont été attaqués en Haute-Égypte.

    Les coptes sont considérés par les partisans de Mohamed Morsi comme complices de ce qu'ils nomment le coup d'État du 3 juillet dernier. Le patriarche Tawadros II était même apparu aux côtés du général al-Sissi lors de l'annonce du renversement de l'ancien président.

    10h19: Les troubles s'étendent à travers l'Égypte. Des rassemblements, et par endroits des violences, sont signalés à Suez, Alexandrie, Al-Minya et Assiout.

    10h16: Des centaines de pro-Morsi ont entendu l'appel des Frères musulmans à manifester, et se dirigent vers la place Rabaa.

    10h11: Nouveau bilan des affrontements livré par l'Agence France Presse : au moins 43 partisans de Mohamed Morsi auraient été tués dans la matinée. C'est un journaliste de l'agence qui a pu compter les cadavres entreposés à la hâte dans une morgue de fortune installée près de la place Rabaa.

    10h07: Selon Mohamed Soltan, membre de l'Alliance contre le Coup d'État, deux cameramen auraient été abattus sur la place Rabaa.

    9h50: De très nombreux journalistes sur place au Caire rapportent avoir entendu des tirs d'armes automatiques pendant les affrontements. Des vidéos tournées par des anonymes semblent confirmer.

    9h45: Les partisans de Mohamed Morsi, chassés de la place Nahda, tentent de s'organiser pour se retrouver dans les rues adjacentes. Les Frères musulmans appellent à un nouveau sit-in dans la rue Mostafa Mahmoud.

    9h26: Le gouvernement prend une mesure pour éviter les manifestations hors du Caire : tous les trains vont être bloqués. Dans la matinée, les Frères musulmans avaient appelé à "descendre dans la rue pour arrêter le massacre". Les autorités ne parlent pour l'instant "que" de cinq morts et une cinquantaine de blessés.

    9h05: Le porte-parole des Frères musulmans annonce maintenant un bilan de plus de 250 morts confirmés, et quelque 5.000 blessés.

    8h56: Le ministère de l'Intérieur annonce que la place Nahda, la plus petite des deux places occupées par les partisans de Mohamed Morsi, est "totalement sous contrôle". Les affrontements sur la place Rabaa se poursuivent.

    8h41 Gehad El-Haddad, porte-parole des Frères musulmans, évoque un bilan terrible : plus de 100 morts et plus de 2.000 blessés après les affrontements entre policiers et pro-Morsi.

     

    Un deuxième campement, plus petit, établi sur la place Nahda (est de la ville) a, lui aussi, été investi par les forces de l'ordre égyptiennes.

    Un incendie s'est déclaré sur la place Nahda, sans que son origine soit clairement définie.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu