Avertir le modérateur

bachar el assad

  • Syrie: Le pouvoir assassin de Damas

    Syrie: Le pouvoir assassin de Damas

    Que se passe-t-il réellement en Syrie? Mais que se passe-t-il réellement en Syrie?

    Conseil des droits de l'homme des Nations unies Candidature de la Syrie Bachar Al-Assad: "791...792...793 Je vous rejoins bientôt". Dessin Zapiro

    En proie à des mouvements de contestation violemment réprimés par les autorités, la Syrie a accepté le 11 mai de reporter à 2013 sa candidature à un siège au Conseil des droits de l'homme des Nations unies. Elle a fait savoir lors d'une réunion à huis clos des membres asiatiques de l'ONU qu'elle consentait à permuter sa candidature avec celle du Koweït et à se retirer de la course en 2011. Le Conseil est la principale instance de l'ONU chargée d'examiner périodiquement la situation des droits de l'homme dans les pays membres. Plus de 700 opposants au régime du président Bachar El-Assad auraient été tués ces dernières années.

    Bachar el-Assad, président syrien. Dessin Daryl Cagle

    De prime abord, les médias font croire au commun des mortels que c’est une révolution qui est menée par le peuple syrien contre l’autocrate Bachar Assad, son président. Il est vrai que ce Monsieur n’est pas un homme fréquentable, car c’est un pur produit de son père, un sanguinaire. Comme lui, il est ensorcelé par la dictature. Il fait partie du club des républiques monarchiques arabes. De ce fait, il ne déroge pas à l’esprit de l’islam incarné par le Calife Mouaouia, fondateur de la dynastie des Omeyades à Damas en 611 et qui dura jusqu’en 750. Les Assad suivent l’exemple de Mouaouia pas à pas, qui fit un coup d’état alors qu’il était déjà dans sa tombe.En effet, la tribu des Quoreiches avait décidé qu’à la mort du Calife, son successeur ne devait pas être son fils. De son vivant, Mouaouia accepta le principe du bout des lèvres mais avant de rendre son dernier souffle, il confia la charge du pouvoir à son fils Yazid qui prit alors de vitesse ses concurrents et devint à son tour Calife. Et c’est le même scénario, qu’avait imaginé Hafed Assad pour son fils, qui, à 34 ans se retrouva président de la république syrienne dont la constitution fut modifiée en une nuit.

    Bachar el-Assad, président syrien. Dessin Chapatte

    Bachar el-Assad, président syrien. Dessin Bado

    Qui dit mieux?

    La famille Assad est issue de la minorité des Alaouites, car la Syrie est composée de plusieurs éthnies ( Sunnites, Alaouites, Chrétiens, Druzes) mais la plus importante est celle des Sunnites.

    Les Alaouites sont une branche du chiisme qui fut créée par Mohamed Ibn Nysyr Al Namiri Abdi au 9 siècle. Ils sont installés dans l’ouest de la Syrie, notamment au Djebel et à la ville de Lattaquié.

    Ils sont considérés par les Sunnites comme les pires hérétiques de l’islam au même titre que les Druzes qu’il faut soumettre par le glaive. Ils rejettent la charia et ses obligations cultuelles à l’exemple du pèlerinage mais le coran demeure leur livre saint. Ils se sentent plus proches des Chrétiens orientaux et fêtent même l’épiphanie. Ils fréquentent rarement les mosquées.

    En 1188, Saladin avait tenté de les écraser mais sans succès. A leur tour les Turcs au 19 siècle voulurent les convertir au sunnisme mais sans y parvenir. Durant la première guerre mondiale quand ils reçurent mandat sur la Syrie, les Français leur avaient aménagés un territoire pour les soustraire aux razzias sunnites.

    Durant ce mandat, les élites alaouites commencèrent à émerger et le plus célèbre d’entre eux fut sans aucun doute Zaki Al-Arsyzi qui avait fait des études de philosophie à la Sorbonne. Il fonda le parti Baas le 29 novembre 1940 qu’il fusionna avec l’autre branche du Baas créée par Michel Aflak, un Chrétien et par Salah Din Al Bitar, un Sunnite.

    Le parti Baas est laïc, avant-gardiste, prône l’unité arabe et la modernité.

    Les Alouites s’étaient engagés massivement dans le parti Baas, ainsi que les Chrétiens. A vrai dire, ils voulaient se protéger des visées hégémoniques des Sunnites qui sont majoritaires en Syrie.

    Le déchainement de la violence actuelle en Syrie puise ses racines dans les événements qui s’étaient déroulés dans la ville de Hama en 1982 où Hafed Assad fit massacrer plus de vingt mille de ses habitants qui s’étaient soulevés les armes à la main sous la conduite de 200 officiers des frères musulmans contre son pouvoir.

    Et avec l’avènement du fameux printemps arabe, les Sunnites sont passés à l’action armée, aidés en sous main par les Occidentaux via les monarchies pétrolières du Golfe, à l’exemple de l’émir du Qatar qui s’agite dans tous les sens afin de promouvoir la démocratie chez ses frères arabes mais qui oublie de balayer devant sa porte. Il reste pourtant muet quand il s’agit du comportement inhumain de ses cousins vis à vis de leurs sujets à l’exemple du Bahrein. Avec sa puissante chaine de télévision satellitaire El Jazzera qui balaie les quatre coins du globe, il est train de lancer ses poulains islamistes dont sa capitale Doha est devenue leur Mecque, à l’assaut du pouvoir.

    Avec la complicité des frères musulmans, l’émir du Qatar refuse d’admettre qu’il est un sous-traitant de l’Occident notamment des Américains qui veulent détricoter l’accord de Sykes-Picot signé entre la Grande Bretagne et la France avec l’aval des Russes et des Italiens, le 16 mai 1916 pour le partage de l’espace territorial qui s’étend entre la mer Méditerranée, la mer Rouge, la mer Caspienne, la mer Noire et l’océan Indien qui avait permis le démembrement du Califat Ottoman.

    Et c’est ainsi que des états artificiels virent le jour , à l’exemple de la Syrie, du Liban, de l’Irak, du Koweït, de la Transjordanie, du Qatar…

    Par contre les Kurdes furent les grands perdants de ce partage scandaleux et furent éparpillés sur quatre pays( Irak, Turquie, Syrie et Iran.)

    Cette sous-traitance se déroule sous le regard intéressé de la Turquie qui cherche à prendre pied dans ses anciennes colonies au vu de l’activisme débordant de son premier ministre M Erdogan.

    Sinon comment expliquer qu’un djihadiste notaire libyen en l’occurrence Abdelhakim Belhadj se trouve à la frontière syro-turque à la tête de 1500 combattants islamistes pour aider les insurgés syriens à préparer des embuscades contre l’armée syrienne, sans oublier les islamiste libanais de la ville de Tripoli qui leur fournissent des armes sous la surveillance discrète des Saoudiens.

    La Syrie est plongée dans une vraie guerre civile. Et si le régime de Bachar Assad tombe, les Chrétiens seraient les premiers visés par les vainqueurs.

    Les Américains veulent à tout prix redessiner la carte géo-stratégique de toute la région. Après avoir livré l’Irak aux Chiites, ils tentent aujourd’hui de faire basculer la Syrie aux mains des Sunnites, c’est un jeu dangereux auquel il se livrent.

    La question de la sécurité d’Israël semble être une de leurs priorités sans oublier les sources d’énergie et les voies maritimes.

    Quand les journalistes occidentaux bien pensants parlent de la révolution arabe, ils omettent d’expliquer la réalité régionale et ses complications passées et présentes.

    C’est une vraie guerre de religion qui est train de prendre forme dans le monde arabe qui est encore sous le choc de la succession de Mahomet qui avait opposé les Omeyades aux Béni Hicham, une guerre fratricide qui fit quarante mille morts qui dure encore depuis 14 siècles(les omeyades et les beni Hicham sont cousins germains de la tribu des Qoreiches de la Mecque).Et cette succession n’est pas encore soldée…

    Il ne faut pas qu’on oublie que les Alides (compagnons d’Ali gendre et cousin de Mahomet) qui sont devenus les Chiites, ne sont pas prêts d’oublier l’assassinat de l’imam Hysayn, le fils d’Ali et de Fatima la fille bien aimée du prophète par Yazid le fils de Mouaouia à Kerbala en 680. Il fut surnommé par les Chiites sayyd ach-chouhada (seigneur des martyrs).

    Il fut le troisième imam du chiisme après son père Ali et son frère Hussein. Sa mort est célébrée le jour de l’Achoura par les Chiites.

    Certaines sources rapportent quand on apporta sa tête décapitée au Calife Yazid, ce dernier fut effrayé et ordonna qu’on protège la famille de Mahomet car il eut peur d’être frappé par la malédiction.

    Par contre Aïcha refusa que Hysyan soit enterré à côté de son grand-père Mahomet. Depuis lors Kerbala est la première ville sainte du chiisme.

    Jusqu’à nos jours, les Chiites continuent de diaboliser les trois Califes bien guidés ( Abou Bakr, Omar, Ottoman), mais aussi Aïcha la jeune veuve de Mahomet qu’ils accusent de trahison envers la famille du prophète et d’avoir spolié Ali et Fatima qui mourut à la suite de coups que lui avait donnés Omar après la mort de son père quand elle avait réclamé son héritage à Abou Bakr, le premier Calife de l’islam.

    L’imam Hysayn avait épousé Shah Bânu, une des filles du dernier empereur sassanide de Perse Yazdgard.

    Et on comprend mieux pourquoi les Iraniens veulent obtenir la bombe atomique, non pas seulement pour l’utiliser contre l’Occident ou Israël, mais pour se protéger des Sunnites qui les entourent. Actuellement ils sont directement menacés par l’arme nucléaire pakistanaise.

    Pour avoir une idée sur ce qui se prépare dans cette région vitale pour l’économie mondiale à cause des immenses réserves pétrolières qui s’y trouvent, il faut éplucher le rapport de l’institut américain Hudson qui prévoit la création à moyen terme d’états éthnico-religieux qui se neutraliseraient pour qu’ils ne soient plus un danger pour les intérêts de l’oncle Sam qui aura beaucoup à faire à l’avenir en Extrême Orient.

    L’Occident est resté mercantile, et ne tient pas compte des enseignements de l’histoire de cette région et encore moins des aspirations hégémoniques turques et iraniennes.

    La Turquie tient à restaurer sa puissance d’autrefois et tente de reprendre pied dans ses anciennes colonies arabes. Sinon comment expliquer qu’elle accepte que des batteries anti-missiles américaines soient installées sur son sol et pointées en direction de son grand voisin perse.

    Quant à l’Iran, il cherche une assurance car il se sent menacé par un océan sunnite, sans oublier qu’il veut dominer le Golfe Persique mais aussi faire revivre l’ancien empire Safavide. Les événements actuels qui se déroulent en Syrie ne sont que le prolongement d’un conflit qui dure depuis 14 siècles et qui pourrait s’étendre à toute la région et même déborder en Europe où se trouve une nombreuse population musulmane.

    La Syrie est installée dans une guerre civile et l’aveuglement occidental qui ne veut pas reconnaître que face au pouvoir en place, il y a une mouvance islamiste armée, alors demain à l’heure du bilan, les Chrétiens de ce pays seraient les premiers sacrifiés.

    Et pourtant, le sort des Chrétiens d’Irak, après la chute de Saddam Hussein devrait faire réfléchir plus d’un. Comme la politique est insondable mais aussi c’est l’art de l’hypocrisie, on laisse faire….Le pouvoir laïc de Saddam Hussein fut balayé sur un mensonge d’armes de destruction massive qui avaient existé uniquement dans l’esprit de Georges W Bush et compagnie, et le même scénario est en train de se jouer en Syrie dont les Chrétiens n’auront qu’un seul choix partir ou mourir.

    Peut-être que le but recherché est de vider le Moyen Orient de sa substance chrétienne. En Occident les médias continuent de mentir. Et ceux des monarchies arabes, il ne faut pas en parler, ils sont dans le déni de la réalité. Les Salafistes tuent et égorgent et ils sont qualifiés de révolutionnaires. c’est le comble!

     

    Pour preuve, les Sunnites et les Chiites s’entretuent depuis 14 siècles. Et si les parrains occidentaux de la mouvance islamiste ne tiennent pas compte de la dure réalité de la région, la violence djihadiste aveugle s’inviterait de l’Afrique du Nord jusqu’à la frontière chinoise en Asie Centrale. Et l’Europe en subirait les conséquences.

    Avis aux amateurs et aux apprentis sorciers…

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu