Avertir le modérateur

ayrault évoque aristrid briand avec sa loi 1905 pour appeler à l

  • Évreux: Mariage pour tous, Ayrault évoque Aristrid Briand avec sa loi 1905 pour appeler à l'apaisement !

    Évreux: Mariage pour tous, Ayrault évoque Aristrid Briand avec sa loi 1905 pour appeler à l'apaisement !

    Jeudi 23 mai à Évreux dans l'Eure, s'exprimant devant les élus, notables du département, Jean-Marc Ayrault en grand tribun a évoqué la loi de 1905 de la séparation de l’Église et de l'Etat défendue par Aristrid Briand qui est devenue une référence aujourd'hui pour la République malgré les tensions de l'époque. Le Premier ministre a appelé à l'apaisement mais aussi à la vigilance. La loi du mariage pour tous, est désormais une loi de la République.

    Évreux, jeudi 23 mai, jean-Marc Ayrault. Photo Réveil FM

    Souvent oublié, Aristide Briand a pourtant joué un rôle de premier plan dans l’élaboration de la loi de 1905. Aristide Briand fut, en 1905, le rapporteur du projet de loi de séparation des églises et de l'Etat. Partisan d'une voie moyenne, il a voulu donner aux églises de France, et évidemment à l'Eglise catholique, majoritaire, sa liberté. Rejetant tout extrémisme, son action en relation parfois avec les autorités ecclésiastiques aboutira à l'accord de 1923 et au rétablissement de relations diplomatiques avec le Saint-Siège.

    Michel Champredon, maire d’Évreux et Jean-Marc Ayrault, Premier ministre. Photo Réveil FM

    Aristide Briand a incarné à lui seul la IIIe République. Onze fois président du Conseil, vingt-cinq fois ministre, il en a, pendant trente ans, connu toutes les crises, vécu tous les temps forts. Une époque de grandes mutations, de luttes passionnées, où le tragique se mêle au pittoresque. En 1905, c'est Briand qui fait voter la loi de séparation des églises et de l'Etat, apaisant ainsi la querelle religieuse. Lors de la Grande Guerre, il tient la barre du pays pendant un an et demi. Il est au pouvoir au moment décisif de Verdun.

    Mais c'est dans les années 20 qu'il va prendre sa pleine mesure. Transfiguré par le souvenir des charniers de la guerre, le politicien se mue en prophète, le trop habile manœuvrier devient "le pèlerin de la paix". Il est l'homme de la réconciliation franco-allemande, du pacte de Locarno, du premier projet d'intégration européenne. Sur le moment, cette grande espérance est déçue. Briand meurt en 1932, à la veille de l'arrivée de Hitler au pouvoir. Pourtant la seconde après-guerre verra la France s'engager plus résolument dans la voie qu'il avait souhaitée. Grande figure de son siècle, Briand avait, sans toujours s'en douter, pris date avec l'Histoire.

    Mais, au-delà du précurseur, personnage mythique et pourtant mal connu, nous voyons revivre Aristide Briand, un être de chair et de sang, aux dons éclatants, au caractère complexe, à la vie privée tumultueuse, adulé par les uns, haï par les autres, fascinant pour tous, et qui, dans un monde pris de folie guerrière, a voulu laisser le souvenir d'un "homme de bonne volonté".

    Jean-Marc Ayrault qui, dans un long discours très intéressant, fit aussi des parallèles avec la situation de la France actuellement. Il a semblé tout connaître de ce personnage internationaliste, onze fois président du Conseil et vingt fois ministre, prix Nobel de la Paix en 1926, qui a joué un rôle essentiel dans les relations internationales après la Première Guerre mondiale.

    Franck Martin a écrit dans son blog:" Je reviens d'Evreux où le premier ministre et la ministre des droits de la femme avaient invité les élus de l'Eure.

    "Evreux : tenez bon, monsieur Ayrault" !

    La visite était placée sous le signe des droits des femmes. La ministre, Najat Vallaud-Belkacem, a été fidèle à l'image, que j'avais formée, de sa personnalité énergique, pétillante, à l'expression limpide et percutante.

    En revanche, j'ai découvert en Jean Marc Ayrault un homme bien différent de son image médiatique, trop lisse, trop sage.

    Chez un homme qui respire la droiture, la solidité n'exclut pas le mouvement. Le calme, la sérénité du discours servent efficacement le dynamisme d'un engagement, que l'on devine passionnel, pour la mission qu'il se donne de redresser la France.

    Il y a du Pierre Mauroy dans cet homme loyal. Il y a de la « force tranquille », une expression qui semble forgée pour lui, plus que le modèle mitterrandien. « Tenez bon ! » lui ai-je glissé au moment de son départ.

    « Tenez bon, monsieur le premier ministre, nous avons confiance en vous. »
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu