Avertir le modérateur

astrophysicien

  • Modibo Diarra à la primature malienne !

    Modibo Diarra à la primature malienne !

    Cheick Modibo Diarra hérite de la primature au Mali dans un contexte politique délicat. Les militaires, qui ont renversé l’ancien président Amadou Toumani Touré, ont consenti à rendre le pouvoir aux civils. Mais la junte a procédé à une série d’arrestations de personnalités politiques dans la nuit de lundi à mardi. Cheick Modibo Diarra a été nommé ce mardi Premier Ministre. Il est désormais l’homme de la transition au Mali après le coup d’Etat du 22 mars dernier. Le nouveau Premier ministre, qui aura les pleins pouvoirs, doit former un gouvernement d’union nationale dans un pays dont les deux tiers sont occupés par les rebelles Touaregs du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) et les islamistes.

    Paris, lundi 19 mai 2008 au salon Orsay de l'hôtel Hilton au pied de la Tour Eiffel, le Dr.Cheick Modibo Diarra se confiant à Freddy Mulongo "Nous avons le devoir de nous retrouver et de discuter des futurs possibles de notre continent.", après sa conférence sur le thème : « Quels avenirs peut-on envisager pour l’Afrique ? ». Photo Réveil FM, archives

    Depuis plusieurs jours, le nom de l’astrophysicien était cité parmi les futurs hôtes de la primature. Le président de Microsoft Afrique, depuis 2006, était considéré par certains comme l’homme de la situation.

    Cheick Modibo Diarra, 60 ans, est le président du Rassemblement pour le développement du Mali (RpDM). Une formation politique qu’il a créée pour être candidat à la présidentielle de 2012. Le RpDM est présenté comme « un parti qui défend les intérêts du peuple, l’égalité des chances, l’équité, la souveraineté de l’Etat et respectueux des droits de l’Homme ».

    Face à la junte et aux rebelles

    Depuis son retour au Mali, le nouveau Premier ministre malien n’a jamais fait mystère de son désir d’accéder à la magistrature suprême. « J’ai fait un choix de projet de société que j’ai présenté à la nation et que je suis en train de chiffrer actuellement afin de pouvoir dire à mes compatriotes, combien de temps cela va-t-il prendre exactement si je suis élu président de la République. On n’improvise pas dans la gestion », affirmait-il en avril 2011.

    Sa nomination intervient au moment où plusieurs personnalités maliennes sont détenues à Kati, le fief de la junte. Parmi elles, l’ancien Premier ministre et candidat à la présidentielle, Modibo Sidibé, déjà arrêté a lendemain du coup d’Etat. Plusieurs proches de l’ancien président Amadou Toumani Touré, dont son ministre de la Défense Sadio Gassama et l’ancien chef d’Etat-major le général Amadou Cissoko, ont été également interpellés. La junte, dirigée par le capitaine Sanogo, détient aussi Soumaïla Cissé, le leader de l’Union pour la République et la démocratie (URD). Ses proches indiquent qu’il a été blessé lors de son arrestation.

    Un homme apprécié

    Alors que les premiers contacts ont eu lieu entre un représentant malien et la rébellion touarègue, qui a décrété avec d'autres groupes islamistes l'indépendance de la partie nord du pays, la nomination d'un chef de gouvernement était très attendue.

    L'astrophysicien de 60 ans, Cheick Modibo Diarra, a acquis une renommée planétaire en 1997 en devenant le navigateur en chef de la sonde « Mars Pathfinder » de la Nasa, avant de devenir président de Microsoft Afrique en 2006. Son nom a surgi dans les discussions au cours du week-end du 14 avril et il a été préféré aux autres « finalistes », parmi lesquels figuraient Soumana Sako et Ousmane Issoufi Maïga, qui avaient déjà occupé ces fonctions de 1991 à 1992 pour le premier, et de 2004 à 2007 pour le second.

    Pourquoi Cheick Modibo Diarra ? « Parce qu'il n'a pas trempé dans des affaires louches, on ne l'a jamais vu se fourvoyer avec l'ancien régime », explique-t-on du côté du camp de Kati. Aussi parce que celui qui ambitionnait de briguer la magistrature suprême sous la casquette du Rassemblement pour la démocratie au Mali (RDPM), formation politique qu'il a créée en mars 2011, avait de bonnes relations avec l'ensemble de la classe politique. « Son côté débonnaire, le fait qu'il n'attaque personne frontalement, fait qu'il entretient de bonnes relations avec tout le monde », commente un journaliste local.

    Former un nouveau gouvernement

    Le nouveau Premier ministre devra former un gouvernement de transition dans les prochaines 48 heures. Et là, la bataille s'annonce encore serrée. Les ministères régaliens semblent acquis à la junte militaire. En revanche, les autres portefeuilles ministériels devront être répartis entre les partis politiques et la société civile, de quoi provoquer de nouvelles et intenses tractations.

    La nomination tant attendue intervient alors que plusieurs dignitaires, civils et militaires, de l'ancien régime ont été arrêtés dans la nuit du 16 avril au 17 avril. Parmi eux, les anciens Premiers-ministres Modibo Sidibé – dont c'est la troisième arrestation depuis le coup d'État et Soumaïla Cissé, ex-dirigeant de la Commission de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu