Avertir le modérateur

assassinat

  • Dr. Théogène Rudasingwa: "Paul Kagamé est l'assassin de M'zée Laurent-Désiré Kabila, président de la RDC"

    Dr. Théogène Rudasingwa: "Paul Kagamé est l'assassin de M'zée Laurent-Désiré Kabila, président de la RDC"

    Le président rwandais Paul Kagame est « l’ instigateur de l’assassinat contre Laurent Désire Kabila, l’ancien président Congolais ». C’est ce qu’a annoncé ce samedi 31 mars, Théogène Rudasingwa, l’ancien chef de Kagame de Paul Kagame dans un meeting des partis FDU et RNC à Bruxelles. Bien que l’hypothèse de l’implication de l’homme fort du Rwanda dans l’assassinat contre Kabila, n’a jamais été écartée par les personnes ayant mené les investigations sur ce meurtre, les accusations provenant d’un de ses anciens proches collaborateurs sont sans précédent.

    Déclaration partir de la 14ème minute dans la vidéo: Lors de la conférence organisée par FDU et RNC le 31/03/2012 à Bruxelles, Dr Th. Rudasingwa a répété que Kagame est un tueur. Il a fait desecendre l'avion de J. Habyarimana, il a fait assassiner les Évêques à Kabgayi en 1994, il a fait assasssiner L-D. Kabila en RDC,...

    Si les mystères continuent à entourer l’assassinat de Laurent Désiré Kabila 11 ans après, les soupçons continuent à se diriger vers le régime du FPR, actuellement au pouvoir au Rwanda. Aujourd’hui, c’est Rudasingwa, l’ancien bras droit de Paul Kagame qui monte au créneau en accusant son ancien patron, d’être derrière l’attentat contre Kabila père le 16 décembre 2001. Théogène Rudasingwa fut, durant plusieurs années après la prise du pouvoir du FPR, le plus proche conseil de Paul Kagame, il avait fait la une des médias en octobre 2011, en accusant son ancien patron d’être le commanditaire de l’attentat contre l’avion de son prédécesseur Juvénal Habyarimana.

    C’est au cours d’un meeting commun des partis politiques RNC et FDU à Bruxelles ce samedi 31 mars que Rudasingwa est revenu à la charge, en dévoilant une information qu’il n’avait jamais révélé jusque là sur son ancien mentor. « Je le dis, c’est aujourd’hui que je le dis clairement, c’est Paul Kagame qui a assassiné le président congolais, le président Laurent Désiré Kabila, le président Kagame est l’assassin du président congolais Kabila. Aucun président en fonction aujourd’hui au monde, en Afrique ou ailleurs n’est connu pour des actes criminels que ceux de Paul Kagame, pourtant c’est lui qui s’habille bien et prend un avion et là où il va on le déroule un tapis, dans les réunions il est applaudi, c’est quelque chose que les rwandais doivent refuser, 11 millions de personnes ne sont pas condamnées à être dirigées par un criminel (…)».

    Si Rudasingwa est le premier parmi les anciens collaborateurs de Paul Kagame à mettre ce dernier en cause dans l’assassinat de Laurent Désire Kabila, de nombreux soupçons ont toujours pesé sur le dictateur Rwandais. C’est l’Ancien Procureur général du Rwanda, membre du noyau fondateur du Front patriotique rwandais, Gérard Gahima, en rupture avec Kigali, qui sans aller jusqu’à accuser Kagame d’être l’auteur de l’attentat, fut le premier à souligner que l’homme fort du Rwanda voulait à tout prix se débarrasser de Laurent Désiré Kabila, qu’il venait de mettre au pouvoir un an plus tôt.

     

    Les conclusions des autres enquêteurs indépendants, notamment Manuel Altzano et Charles Onana vont dans ce sens.
  • Somalie: Abukar Hassan Mohamoud, le directeur de Somaliweyn assassiné à son domicile de Mogadiscio !

    Somalie: Abukar Hassan Mohamoud, le directeur de Somaliweyn assassiné à son domicile de Mogadiscio !

    Abukar Hassan Mohamoud, directeur de Somaliweyn, abattu par deux hommes armés de pistolets, le 28 février 2012, à son domicile dans le quartier d’Aargada à Mogadiscio. Photo RSF

    "Nous exprimons nos plus sincères condoléances à la famille d’Abukar Hassan Mohamoud, ainsi qu’à ses collègues et amis. Cet assassinat montre une fois de plus la violence inouïe à laquelle doivent faire face les journalistes dans le pays", déplore Reporters sans frontières. "L’indifférence sur le sort des journalistes somaliens doit cesser. Nous réitérons notre appel à la création d’une commission d’enquête internationale indépendante sur les crimes contre les journalistes", a ajouté l’organisation.

    Abukar Hassan Mohamoud, 43 ans, plus connu sous le surnom de Kadaf, était membre de longue date de la National Union of Somali Journalists (NUSOJ), association partenaire de Reporters sans frontières. Il participait à toutes les campagnes de la NUSOJ incitant à mieux protéger les journalistes, trop souvent victimes d’attaques et d’exactions. Il réagissait courageusement en son nom propre à chaque nouveau meurtre de reporter pour dénoncer le quotidien intenable auxquels ils sont confrontés. Agé de 43 ans, il laisse derrière lui une femme et deux filles.

    L’année 2012 avait déjà commencé sous de tristes auspices avec l’assassinat de Hassan Osman Abdi, directeur du Shabelle Media Network, devant son domicile par cinq hommes armés non identifiés, le 28 janvier dernier.

    La Somalie est depuis plusieurs années le pays le plus meurtrier d’Afrique pour les professionnels de la presse. Reporters sans frontières et la NUSOJ ont recensé 4 journalistes tués en 2011, 3 en 2010 et 9 en 2009.

     

    Cet assassinat survient alors que le pays tente en, Reporters sans frontières avait écrit aux délégations présentes à la conférence de Londres sur le Somalie, afin de rappeler les violences auxquelles font face les journalistes et de leur demander la mise en place d’une commission d’enquête internationale indépendante chargée d’étudier l’ensemble des exactions commises contre les professionnels de l’information.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu