Avertir le modérateur

arrêté pour « espionnage » par la police

  • Goma : Un journaliste fuyant les menaces dans la zone sous occupation des rebelles, arrêté pour « espionnage » par la police

    Goma : Un journaliste fuyant les menaces dans la zone sous occupation des rebelles, arrêté pour « espionnage » par la police

    Journaliste en danger (JED) est vivement préoccupée par la détention à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu (Est de la RDC), d’un journaliste et directeur de la « Radio Sauti ya Rutshuru », une station privé confisquée et placée de force sous contrôle des rebelles du Mouvement du 23 mars (M23) et émettant à Rutshuru, un territoire situé à environ 70 kms au Nord de Goma.

    Selon les informations parvenues à JED, Blaise Bahisha a été arrêté, mercredi 17 avril 2013 à Goma, où il s’était rendu après avoir été menacé de mort par des éléments du M23 qui contrôlent le territoire de Rutshuru. Le journaliste a été accusé « d’espionnage » par la police des renseignements de Goma.

    Blaise Bahisha a été interpellé en cours de route par un capitaine de la police et conduit, manu militari, au cachot de la police communément appelé T2 où il est encore détenu. Le journaliste a été entendu sur procès-verbal, jeudi 18 avril 2013, sur le motif de sa présence à Goma.

    Contacté par JED, un journaliste local qui a rendu visite à Bahisha dans son lieu de détention a déclaré que le journaliste a été également accusé d’être en possession des ordinateurs subtilisés par des éléments du M23 lors de la prise de la ville de Goma. « La police conditionne la libération de Blaise Bahisha au paiement de 1000 dollars américains. Le problème des ordinateurs volés n’est qu’un faux fuyant. Bahisha est arrêté parce qu’il vient d’un territoire sous occupation rebelle», a-t-il ajouté.

    Joint également par JED, le colonel Claver, commandant de police T2 , a confirmé que le journaliste est arrêté parce qu’il vient d’un territoire contrôlé par le M23. « Il est dans nos installations et personne ne l’inquiète. Il n’est pas torturé. Il est arrêté pour des raisons sécuritaires puisqu’il a été doté d’un ordinateur par le M23. Nos services cherchent à savoir ce qu’il fait à Goma parce qu’il prétend dire qu’il collabore avec la RTNC (ndlr : station provinciale de la chaîne nationale) », a déclaré le colonel Claver.

    Pour rappel, Blaise Bahisha est entré en clandestinité, le 30 mars 2013, suite aux menaces proférées par M. Benjamin M’Ponimpa, administrateur du territoire de Rutshuru. Ce dernier a démis Bahisha de ses fonctions de directeur, le 27 mars 2013, pour « mégestion ». Un autre directeur de la Radio a été nommé et installé par l’administrateur de Rutshuru. Trois jours après son limogeage, un groupe d’éléments armés du M23 a fait irruption, aux alentours de 1 heure locale, dans son domicile ? à sa recherche.

     

    Contacté par JED avant son arrestation, Blaise Bahisha a déclaré que les reproches de l’administrateur du territoire n’étaient pas une question d’incompétence ou de détournement de fonds de la radio. C’est plutôt parce qu’il avait à plusieurs reprises refusé de faire passer à l’antenne, des émissions ou des messages du M23 à caractère injurieux à l’encontre du gouvernement de la RDC.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu