Avertir le modérateur

ancien fonctionnaire au bureau international du travail (bit)

  • Le patriarche Anatole Malu, ancien fonctionnaire au Bureau International du Travail (BIT), est Président-fondateur de l’université populaire africaine !

    Le patriarche Anatole Malu, ancien fonctionnaire au Bureau International du Travail (BIT), est Président-fondateur de l’université populaire africaine !

    Dans les 10 Questions à Anicet Mobe sur Réveil FM international, l'historien congolais cite énormément dans son interview Anatole Malu qui fut un dirigeant important de l'UJEC à Lovanium. Malgré les brimades du régime Mobutu, Anatole Malu est un homme debout. Nommé d'office comme magistrat à Bandundu-ville, l'universitaire trublion d'après les services de Mobutu, a préféré poursuivre ses recherches en Belgique, plutôt que de servir la dictature. Contrairement à ce que peuvent débiter les mauvaises langues, c'est suite à un concours qu'il a été retenu et engagé comme expert au Bureau International Travail (BIT) à Genève. Anatole Malu n'a jamais été par le régime de Kinshasa à Genève, c'est par son travail qu'il devint fonctionnaire international. A chaque fois que Mobutu Sese Seko venait à Genève, Anatole Malu trouver des prétextes pour ne pas saluer l'Aigle de Kawele. Retraité du BIT, il vit à Genève avec toute sa famille.

    Le patriarche Anatole Malu. Photo Réveil FM

    Homme de culture par excellence, l'homme a gardé l'âme d'un militant associatif. Déjà chez lui à Merlin, on se croirait dans un musée: masques, sculptures en cuivre, bois, ivoire, malachite de toutes les provinces de la République démocratique du Congo et de plusieurs pays africains. Après avoir fondé avec Mutombo Kanyana la revue "Regaf"-Regards Africains, dans les années 80, un regard pertinent et sans complaisance, sur l'actualité africaine, européenne et mondiale. Fruit de l'Association Culturelle Regards Africains, la révélation de talents, l'affirmation des convictions, la formation des militants, tous voués pour la cause panafricaine, "Regaf" revue originale et révolutionnaire, dans sa conception, est devenue, au fil du temps, un outil de réflexion, une arme de lutte et un moyen de communication efficace que véhicule les valeurs culturelles et civilisationnelles qui rayonnent dans toute l'étendu du continent africain depuis, l'Algérie jusqu'à l'Afrique du Sud.

    Le patriarche Anatole Malu et Mama Régine kamuanya. Photos Réveil FM

    Anatole Malu est le fondateur et président de l'université populaire africaine (UPAF). Inaugurée à Genève le 20 février 2009 est une première en Suisse et en Europe. Elle a pour but de servir à la formation et de l'intégration des migrants africains à Genève des quelques 20 000 Africains d’origine, tous statuts confondus, vivant au bout du lac. L’UPAF offre un enseignement de l’histoire et de la culture africaine, dans le but de transmettre la connaissance de leur continent d’origine aux jeunes Africains nés en Suisse, mais aussi proposer des conseils et un soutien juridique aux nouveaux immigrants, afin de les aider à s’adapter. La mission de l'UPAF est de servir de lieu de rencontre pour les communautés africaines et les autres communautés, dont la suisse. Elle se veut ouverte sur la cité par le biais de collaborations avec le réseau associatif et les collectivités publiques.

    Mama Régine kamuanya. Photos Réveil FM

    Principe de l’Ubuntu, par exemple: les aiguiller dans leur quête identitaire. «Nous mettons en place des ateliers sur l’histoire de l’Afrique. Et organiser des «palabres» intergénérationnelles.» Une méthode typiquement africaine, consistant à mettre les plus jeunes en contact avec des anciens vivant à Genève depuis longtemps. «Cela permet de véhiculer les valeurs ancestrales de l’Ubuntu.» En d’autres termes, renouer avec les repères du village et des anciens. Avec pour fil conducteur: l’intérêt pour l’Afrique et les Africains. «C'est un carrefour de diversité culturelle, ouvert sans exclusivité à tous les habitants de Genève». Un programme ambitieux. Avec pour point de départ: un bureau situé dans la Maison des associations à Genève. «Les salles de cours sont louées en fonction de la demande».

    L’UPAF propose des conférences, des ateliers et des forums de discussion gratuits, afin de faire avancer la connaissance du continent africain. Selon l’intérêt suscité, l’académie populaire développe aussi des cours de langues, des formations sur le développement durable et autres colloques payants.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu