Avertir le modérateur

aminata traoré persona non grata en france

  • Aminata traoré persona non grata en France ?

    Aminata traoré persona non grata en France ?

    L’ancienne ministre de la Culture du Mali s’est vu refuser le renouvellement de son visa de circulation dans l'espace Schengen. Prix de son activisme, refus d'un visa Schengen à Aminata Traoré ? La France fait-elle payer à Aminata Traoré son opposition à la guerre menée au nord du Mali ? La question mérite d’être posée, après le refus des autorités consulaires françaises de délivrer un visa à l’essayiste, militante altermondialiste et ancienne ministre de la Culture du Mali. Aminata Traoré était invitée par la Fondation Rosa-Luxemburg, le journal Prokla et l’association AfricAvenir à participer à une conférence à Berlin, du 17 au 19 avril, sur le thème « Le Mali à la croisée des chemins, après l’intervention militaire et avant les élections ». Son visa de circulation de quatre ans ayant expiré en février, elle a demandé au consulat de France son renouvellement, aussitôt refusé. Finalement, c’est le consulat d’Allemagne à Bamako qui lui a délivré, en urgence, un sauf-conduit lui permettant de se rendre à Berlin. Avec consigne formelle de quitter le territoire allemand le 19 avril. À son retour, Aminata Traoré a été convoquée au consulat d’Allemagne, soucieux de vérifier qu’elle n’avait pas prolongé son séjour. D’après l’intéressée, la France aurait fait pression sur ses partenaires européens pour les dissuader de lui délivrer un visa Schengen. Interdite d’escale en France, elle a dû passer, au retour, par Istanbul et Dakar. Soit un voyage épuisant, qui aura duré vingt-six heures. Quant aux réunions publiques auxquelles Aminata Traoré devait participer en France cette semaine, elles se dérouleront sans elle.

    Septembre 2007, à la fête de l'huma à la Courneuve, Aminata Traoré et Christiane Taubrira, l'actuelle Garde des Sceaux, au micro d'Afrik en Ondes. Photo Réveil FM, archives

    Septembre 2007, Afrik en Ondes qui émettait en ondes courtes sur l'Afrique, à partir de la fête de l'huma à la Courneuve, était coordonnée et animée par Freddy Mulongo. Photo Réveil FM, archives

    « Je ressens un sentiment d’injustice d’autant plus profond que cette question des visas renvoie à un sérieux contentieux entre la France et les Maliens, s’indigne-t-elle. Il est désormais clair que je suis diabolisée pour mes idées. De quel dialogue, de quelle solidarité, de quelle réconciliation la France parle-t-elle si, en plus de vivre dans un pays sous occupation militaire, nous sommes interdits de circulation ? » Dès le début de l’opération «Serval», Aminata Traoré s’est opposée de manière virulente à cette intervention militaire française, dans laquelle elle voit une entreprise néocoloniale. « La guerre qui a été imposée aujourd’hui au Mali n’est pas une guerre de libération du peuple malien, mais une guerre de pillage des ressources, (…) une guerre de positionnement pour une ancienne puissance coloniale », faisait-elle valoir, fin mars, au Forum social mondial, à Tunis. On peut partager ou contester cette lecture de la grave crise que traverse le Mali. Mais empêcher que s’exprime une voix qui compte en Afrique, en privant cette intellectuelle de la liberté de circulation, voilà qui nous éloigne des belles intentions démocratiques affichées, à Bamako et Tombouctou, par le président Hollande.

    L'Afrique humiliée d'Aminata Traoré, Ed. Fayrd, Paris, 2008

    Ancienne ministre de la Culture du Mali, Aminata Traoré est une figure majeure du mouvement social africain qui a organisé le Forum Social Polycentrique de Bamako (Mali) puis le Forum Social Mondial de Nairobi (Kenya) en janvier 2007. Aminata Dramane Traoré est une femme politique et écrivain malienne, née en 1947 à Bamako (Mali). Intellectuelle engagée, elle a été ministre de la Culture et du Tourisme au Mali sous la présidence d’Alpha Oumar Konaré. Connue comme étant l’une des principales figures de l’altermondialisme africain, la Malienne se bat sur tous les fronts : OGM, coton, privatisations, préservation du patrimoine culturel, actions de proximité... Devenu depuis une plus d'une quinzaine d'années le cadre à travers lequel les organisations de la société civile, à l'échelle planétaire, se mobilisent contre l'ordre économique actuel et le diktat des multinationales, le Forum Social Mondial n'aura pas lieu cette année. Cependant, les membres du Forum Social Africain, dont Aminata Traoré, vont parcourir le monde pour rendre les conclusions des initiatives qu'ils ont conduites tout au long de l'année écoulée. Notamment par rapport à la question des Accords de Partenariat Economique (APE) qui ont constitué l'axe majeur du récent Sommet Union Européenne/Afrique de Lisbonne. Aminata Traoré expose la vision qu'a Aminata Traoré de l'Afrique dans le concert des nations. Dans cet essai, elle évoque tour à tour la recolonisation de l'Afrique que favorise le capitalisme mondialisé, "ceux et celles que l'ordre du monde oblige à voyager et à vivre dans l'ombre, la peur et la honte", le discours de Dakar ... Bref, Aminata Traoré plaide pour des perspectives d'avenir centrées sur les êtres humains et le respect de leurs droits. Paru aux éditions Fayard, "L'Afrique humiliée" est préfacé par l'écrivain sénégalais Cheikh Hamidou Kane

     

    Cette censure d'une militante antiguerre malienne est scandaleuse. Des associations signataires en France montent au créneau : Alternative Libertaire (AL), Association Française d'Amitié et de Solidarité avec les Peuples d'Afrique (AFASPA), Coup pour Coup 31, Gauche anticapitaliste (GA), Emergence, Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires (FUIQP), Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA), Parti des Indigènes de la République (PIR), Sortir du Colonialisme, Survie
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu