Avertir le modérateur

altercations: retour au calme après 2 nuits de violence à trappe

  • Altercations: Retour au calme après 2 nuits de violence à Trappes

    Altercations: Retour au calme après 2 nuits de violence à Trappes

    Après un week-end de violentes protestations, le calme était de retour à Trappes lundi. Sur place, Manuel Valls, le ministre français de l'Intérieur à salué le travail des policier.

    Manuel Valls, ministre de l'intérieur. Après un week-end émaillé par des altercations, les violences avaient cessé à Trappes lundi. Sur place, le ministre français de l'Intérieur, Manuel Valls, évoquait un retour au calme.


    Manuel Valls : "Le voile intégral n'a rien à... par rtl-fr

    Manuel Valls s'est personnellement rendu à Trappes dans la matinée de lundi, après un week-end marqué par des violences urbaines dans cette cité populaire de la grande banlieue ouest de Paris.

    «Grâce au travail des policiers (...) aux renforts au cours de ces derniers jours, (...) le calme est en train de revenir et c'est l'essentiel», a déclaré le ministre lors d'un point-presse. Manuel Valls a qualifié ces violences d'«émeutes» et les a jugées «inacceptables», tout en en relativisant leur ampleur.

    Les «émeutiers» étaient «200 seulement, dans une ville qui compte 30'000 habitants», a-t-il souligné. «Il faut éviter tous les amalgames des quartiers populaires avec une minorité de voyous».

    Protestation contre une interpellation

    Vendredi soir, de 250 à 400 personnes selon des témoins avaient manifesté près du commissariat de Trappes pour protester contre le maintien en garde à vue d'un jeune homme interpellé la veille.

    Les manifestants ont jeté des pierres, brûlé des poubelles et détruit des abri-bus. La police a alors répliqué avec des grenades de dispersion et des gaz lacrymogènes. Un adolescent de 14 ans a été grièvement blessé à l’œil.

    Des incidents de moindre ampleur ont eu lieu la nuit suivante. Dimanche soir, alors que d'importantes forces de police étaient déployées, une tension palpable avait laissé craindre une nouvelle flambée de violences, avant un retour au calme.

    Opposé à un contrôle de police

    Le jeune homme interpellé jeudi s'était opposé au contrôle par la police de sa femme entièrement recouverte d'un voile masquant son visage, une tenue interdite en France.

    Selon la police, il a tenté d'étrangler un policier, une version contestée par son épouse qui a accusé la police de violences. Remis en liberté sous contrôle judiciaire samedi, il sera jugé en septembre.

    Une condamnation, deux relaxes

    Un jeune homme de 19 ans a, lui, été condamné lundi à une peine de six mois ferme mais est ressorti libre du tribunal correctionnel de Versailles où il était poursuivi pour rébellion et jets de projectiles. Deux autres hommes poursuivis ont, eux, été relaxés.

    M. Valls a justifié la loi interdisant le voile intégral adoptée en 2011 par la droite, et pour laquelle il avait voté alors qu'il était député de l'opposition. «Ce voile qui nie l'identité même de la femme n'a pas lieu d'être dans l'espace public», a-t-il déclaré dimanche.

    Cette loi «doit s'appliquer avec discernement, avec le respect des personnes. Je ne doute pas un seul instant que c'est ce qu'ont fait ces policiers» à Trappes, a-t-il ajouté.

     

    Le ministre, également chargé des rapports du gouvernement avec les religions, a aussi souligné lundi que l'on ne pouvait «confondre l'immense majorité de nos compatriotes musulmans (...) avec une minorité agissante, dangereuse, qui voudrait imposer une autre loi que celle de la République».
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu