Avertir le modérateur

affaire ambassade de berne: le torchon brûle entre sébastien mut

  • Affaire Ambassade de Berne: Le torchon brûle entre Sébastien Mutomb Mujing et des Congolais en Suisse

    Affaire Ambassade de Berne: Le torchon brûle entre Sébastien Mutomb Mujing et des Congolais en Suisse

    Depuis des lustres, la République démocratique du Congo n'a pas d'ambassadeur accrédité en Suisse. Elle n'a qu'un chargé d'affaires a.i, Ad vitam æternam, le dénommé Sébastien Mutomb Mujing à la Mission Permanente de l'ONU, qui occupe un petit appartement deux pièces transformé en bureau dans un immeuble que la Confédération helvétique à mis à la disposition de la République démocratique du Congo, qui se situe derrière l'hôtel Intercontinental à Genève. La diplomatie sans dents caractérise la Mission permanente de la République démocratique du Congo à Genève. Cette diplomatie est mollassonne, sans épaisseur ! L'absenteisme caractériel de Sébastien Mutomb Mujing au Conseil des droits de l'homme, ne se justifie pas. Si par un hasard, il s'y rend et doit intervenir, avec sa voix casserole enrouée, non seulement on ne comprends pas ce qu'il dit et de quoi il parle, on finit par s'arracher les cheveux. On peut défendre son pays, sans défendre un régime, surtout s'il est issu des élections frauduleuses. Un régime qui tue, pille, vole et viole...Un régime assassin ! Sébastien Mutomb Mujing assène des contre-vérités et brouille des pistes sur la situation de la République démocratique du Congo. Et pourtant, il aurait profité de la place qu'occupe Genève, pour mieux faire entendre la voix de la République démocratique du Congo.

    Sébastien Mutomb Mujing, Chargé d'Affaires de la République démocratique du Congo à la Mission Permanente de l'ONU

    Parler de Genève en tant que ville de paix est presque une évidence, tant est intense le lien entre la ville - son histoire, sa culture - et sa vocation universelle. Genève dans son rôle de ville hôte des organisations internationales est appelée "la Genève internationale".

    Elle accueille différents types d'organisations qui traitent de domaines aussi variés que l'action humanitaire, le commerce, les droits de l'homme, l'environnement et le développement durable, la formation et l'éducation, le maintien de la paix et de la sécurité, la météorologie, la propriété intellectuelle, la recherche nucléaire, la santé, les télécommunications et le travail.

    La Genève internationale, au sens large, est composée par des organisations internationales (gouvernementales ou non-gouvernementales), par les représentations d'Etats étrangers auprès des organisations et par le personnel de ces entités.

    En 1920, 200 diplomates et fonctionnaires internationaux travaillaient à Genève. Aujourd'hui, ils sont quelque 40'000, chiffre auquel il convient encore d'ajouter quelque 2400 employés des organisations non-gouvernementales (ONG).

    Genève et New York, siège de l'Organisation des Nations Unies (ONU), sont les deux centres de coopération internationale les plus importants du monde.

    Genève étant le plus grand en nombre de réunions. L'Office des Nations Unies à Genève (ONUG) est le centre de diplomatie multilatérale le plus actif du monde et il a été le théâtre de bien des négociations historiques. La Suisse est le siège de 36 organisations qui sont au bénéfice d'un accord de siège, d'un accord de nature fiscale ou d'un accord sur les privilèges et immunités signé avec le Conseil fédéral suisse.

    Environ 250 organisations non gouvernementales (ONG) sont installées à Genève. Il s'agit par exemple du Conseil oecuménique des églises (COE), de la Fédération luthérienne mondiale (FLM) et de bien d'autres encore.

    170 Etats étrangers (171 en comptant la Suisse) sont représentés à Genève et disposent d'une mission ou une représentation permanente auprès de l'Office des Nations Unies à Genève et des autres organisations internationales, de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et/ou de la Conférence du désarmement (CD).

    La République démocratique du Congo a une ambassade à Berne, située sur l'avenue Sulgenheimweg 21, Case postal 5261, 3001 Berne. Notre ambassade donne l'impression d'une maison hantée, abandonnée. Une maison fantôme. Il n' y a jamais personne. Madame Thérese Nseka Koko, la chargée des affaires administratives, vient lorsqu'elle peut. Surchagée par le travail, plusieurs congolais attendent toujours le fameux passeport-biométriques de Tambwe Mwamba. On comprend la nevrosité qui colle à la peau de Madame Thérèse Nseka Koko. Au fronton de l'ambassade, le drapeau de la République démocratique du Congo est un blessé de guerre.

    En début décembre 2011, les reporters de Réveil FM International et Kongo Telema avaient fait une descente à Berne pour découvrir l'ambassade la République démocratique du Congo.

    Coup de bol, c'est le jour que le livreur est venu faire la livraison de la commande des chaussures de Madame Thérèse Nseka Koko! Ne trouvant personne les chaussures de 490 CH ont été déposées à la porte de l'ambassade.

    La clôture en bois de l'ambassade laissée à désirer, le drapeau de la République était un blessé de guerre, les plantes rampantes avaient rampé jusqu'à proximité de la porte, l'ambassade de la République démocratique avait l'allure d'une maison fantome et abandonnée.

    La facture Zalando.ch (vente par Internet) de trois paires de chaussures de Madame Thérèse Nseka Koko, commande effectuée le 6 décembre 2011, livrée à l'ambassade de la RDC à Berne. Photo Réveil FM

    Les trois paires de chaussures de Madame Thérèse nseka Koko ont couté 409,90 CH. Photo Réveil FM

    Abandonné par le livreur à la porte de l'ambassade, un carton ouvert. Photo Réveil FM

    Les trois paires de chaussures de Madame Thérèse Nseka Koko. Photo Réveil FM

    Madame Thérèse Nseka Koko, chargé adminstrative à Berne. Photo Réveil FM, archives

    Regardez bien cette vidéo pour constater dans quel état était notre ambassade le 6 décembre 2011

    En guise d'application de l'article 64 de la Constitution de Liège qui régit la République démocratique du Congo car adoptée le 18 février 2006 et qui stipule: "(...) Tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d'invidus qui prend le pouvoir par la force ou qui l'exerce en violation des dispositions de la présente Constitution...(...)"Le 10 décembre dernier, une trentaine de Congolais de la Suisse s'étaient donnés rdv à l'ambassade de la RDC à Berne pour protester contre le hold-up de Joseph Kabila ochestrée et programmée par Daniel Ngoyi Mulunda et sa bande de la CENI. Ils étaient entrés normalement dans cette ambassade hantée, ils avaient chanté, dénoncé l'imposture et l'usurpation de Kadogo Joseph Kabila. Les Congolais se sentaient chez eux, forte erreur. La police suisse était venue pour déguerpir les Congolais dans leur propre ambassade, munis de gaz lacrymogène, ils ont gazé les Congolais dans l'enceinte de l'ambassade. Ils y avaient des femmes et des hommes. Regardez ce qui s'était passé ce jour là.

    L'occasion faisant le larron, Sébastien Mutomb Mujing chargé d'affaires a.i, Ad vitam æternam impayé par le régime de Kinshasa s'est empressé d'aller porter plainte à la police contre ses compatriotes qui n'étaient à l'ambassade de la RDC pour manifester leur indignation contre le vol électoral. Les Congolais sont accusés d'émeute (art.260 CP),violation de domicile (art.189 CP), dommages à la propriété (art.144 CP) et insoumission à une décision de l'autorité (art.292 CP). Alors que l'ambassade de la RDC à Berne était une maison abandonnée, pour faire marcher les assurances suisses, Sébastien Mutomb Mujing s'est empressé de faire des travaux à l'ambassade qui s'élevent à 6.800 CHF.

    La justice suisse réclame à chaque Congolais interpellée dans l'encente de l'ambassade de la RDC à Berne, la somme de 210 CHF. Or la majorité de Congolais ont fait opposition et réfusent de payer cette somme. Ils réfutent les accusations d'émeute, violation de domicile, dommages à la propriété et insoumission à une décision de l'autorité. Non pas que la somme soit exhorbitante mais par principes et convictions politiques.

    Au procureur fédéral suppléant, Ludoc Schmied qui instruit le dossier, les Congolais ont clairement dit que l'ambassade de la RDC à Berne est une propriété de la République appartenant à tous les Congolais et non la propriété de Sébastien Mutomb Mujing fut-il Chargé d'affaires a.i, Ad vitam æternam. Le 10 décembre 2010, ils ont manifesté leur indignation dans la maison commune de la RDC et non contre la Suisse ni son peuple. Les Congolais sont en résistance contre le pouvoir usurpateur et imposteur de Kinshasa.

    Chaque Congolais qui a été entendu a trimbalé devant le procureur Schmied, des coupures des journaux, des DVds sur la situation des droits de l'homme, de pillages, viols des femmes, crimes, exploitation des minerais en la République démocratique du Congo.

    Même le reportage du Petit journal de Canal + sur l'humiliation de Joseph Kabila par François Hollande lors du Sommet de la Francophonie à Kinshasa fait partie du lot !

    Les Congolais souhaitent plaider au tribunal d'aller la cause du Congo. Leur démarche est politique et ils ne reconnaissent pas le régime assassin, mafieux et dictactorial que soutient Sébastien Mutomb Mujing.

    En Suisse, Sébastien Mutomb Mujing s'est mis la communauté congolaise sur le dos. Tout le monde attend la décision finale du procureur Ludovic Schmeid. Mais les Congolais sont prêts à aller au tribunal pour affronter Sébastien Mutomb Mujing et le régime qu'il défend !
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu