Avertir le modérateur

a tunis

  • A Tunis, François Hollande réaffirme son soutien à la coalition au pouvoir

    A Tunis, François Hollande réaffirme son soutien à la coalition au pouvoir

    Alors que se déroule une grave crise en Egypte, François Hollande veut aider la Tunisie (où il est en visite depuis jeudi) dans sa transition démocratique. Le président a annoncé ce vendredi à Tunis la conversion d'une partie de la dette tunisienne (qui s'élève à environ un milliard d'euros) en investissements et l'octroi d'un demi milliard de prêts et de dons.

    En visite en Tunisie, François Hollande a annoncé la conversion d'une partie de la dette tunisienne en investissements et l'octroi de 500 000 euros de prêts et de dons.

    Hollande est en Tunisie sur fond de révolution en Egypte Hollande est en Tunisie sur fond de révolution en Egypte. Un ex-proche de Ben Ali en appelle à la France.

    «La France prévoit des dons et des prêts de 500 millions d'euros l'année prochaine pour supporter la transition», a déclaré le président français dans un discours à l'Assemblée nationale constituante. Par ailleurs, «la France a décidé de transférer 60 millions d'euros de dette tunisienne en investissements». L'Agence française de développement investira notamment «dans la réhabilitation des quartiers populaires, l'alimentation en eau potable, la formation professionnelle, l'amélioration des liaisons ferroviaires, et le développement agricole», a détaillé le président.

    «Islam et démocratie sont compatibles»

    François Hollande est le premier président français à se rendre en visite d'Etat en Tunisie depuis la révolution qui a chassé du pouvoir l'ancien président Ben Ali, début 2011. Le président français dit sa «confiance» en la Tunisie nouvelle. Dans une volonté supplémentaire d'apaisement, alors que Paris avait soutenu presque jusqu'au bout le régime de Ben Ali renversé par la révolution de 2011, il a souligné que «l'islam et la démocratie étaient compatibles», accordant ainsi sa confiance au gouvernement tunisien dominé par le parti islamiste Ennahda.

    M. Hollande n'a cependant pas oublié de rappeler à la tribune de l'Assemblée nationale constituante tunisienne que la transition démocratique en Tunisie n'était pas des plus simples, saluant la mémoire de l'opposant anti-islamiste assassiné en février, Chokri Belaïd, «un homme de conviction, tué pour ses idées». «Je forme le vœu qui est aussi le vôtre que toute la lumière soit faite sur son assassinat», a-t-il dit.

    Enfin, le président français a réitéré sa promesse d'aider la Tunisie a récupérer les biens mal-acquis du clan Ben Ali, qui vit en grande partie en exil à travers le monde : «tout ce qui a été mal acquis vous sera rendu».

    Tunis, envoyés spéciaux. Tenez bon. Et, pour ne pas vous faire emporter par un scénario à l'égyptienne, suivez cette méthode : "Vous devez agir dans le rassemblement ; cela ne veut pas dire l'effacement des différences." En une phrase, prononcée jeudi 4 juillet au Palais de Carthage, au premier jour de sa visite d'Etat, François Hollande a résumé son message d'"encouragement" à la Tunisie. "Votre réussite est majeure à l'heure où d'autres connaissent des moments beaucoup plus douloureux", a souligné le président français, en citant la Libye, la Syrie et bien sûr l'Egypte. Autant d'Etats où le "printemps arabe" a dérivé.

     

    "Vous êtes une référence, un exemple qui a donné de l'espoir à beaucoup de peuples arabes et cet espoir est aujourd'hui entre vos mains", a insisté François Hollande. S'exprimant aux côtés de son homologue tunisien, Moncef Marzouki, le président français a ensuite commenté pour la première fois la situation en Egypte, au lendemain de la destitution de son président, Mohamed Morsi, issu des Frères...
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu