Avertir le modérateur

6 mai

  • Après la Bastille, la polémique des drapeaux ? Réveil FM International y était...!

    Après la Bastille, la polémique des drapeaux ? Réveil FM International y était...!

    Les scènes de liesse qui ont accompagné l'éléction de François Hollande ne sont pas du goût de certaines personnalités de droite. Au-delà de la défaite du candidat Sarkozy, certains membres de l'ancien gouvernement, mais aussi du Front national, ont dénoncé, lundi 7 mai, la présence de "drapeaux rouges et étrangers" lors du rassemblement pour célébrer la victoire du socialiste, la veille, place de la Bastille à Paris. Sur France info, l'actuel vice-président du FN, qui fut le directeur de campagne de Marine Le Pen, Louis Aliot, s'est déclaré "surpris" par la présence "d'autant de drapeaux étrangers pour saluer la victoire de M. Hollande". Et de poursuivre : "Ce sont les mêmes drapeaux étrangers que l'on a vus saluer la victoire de M. Sarkozy et [celle] de Jacques Chirac, en 2002."

    Les larmes de joie d'une jeune fran4aise à l'annonce de François Hollandu, élu président de la République. Photo Réveil FM

    François Hollande avec son équipe sur le podium à Bastille. Même le drapeau de la RDC a salué l'élection du candidat socialiste. « Merci peuple de France, a scandé François Hollande. Merci de m'avoir permis d'être votre président de la République ». Puis le futur chef de l'Etat a lancé un message plus politique : « Des années de blessures, de ruptures, de brûlures, qu'il faudra réparer », a-t-il lancé, avant d'exhorter ses soutiens à être « respectueux ». « Nous ne devons pas pas faire de cette victoire une revanche », a plaidé François Hollande, qui a par ailleurs rappelé que la réussite de son action nécessiterait l'alternance à l'Assemblée nationale aussi, en juin prochain. Photo Réveil FM

    La France de la diversité a voté en majorité pour François Hollande !


    Valls : "Merci à François Hollande" par Europe1fr

    "J'ai beaucoup vu de drapeaux algériens, ce qui prouve bien que la communautarisation de la société française n'est pas une utopie, ni une vue de l'esprit mais qu'elle est une réalité", affirmé le conseiller régional du Languedoc-Roussillon.

    Sur Europe 1, c'est Nadine Morano qui s'est saisie du sujet. La ministre de l'apprentissage a indiqué, lundi, avoir éprouvé "un drôle de sentiment" après avoir vu "très peu de drapeaux bleu-blanc-rouge", "beaucoup de drapeaux rouges et également beaucoup de drapeaux étrangers" place de la Bastille. "Ça ne me rassure pas beaucoup, a-t-elle ajouté. Je me dis : voilà quelle est la France qu'on va nous construire avec le droit de vote des étrangers (...) Cette démonstration n'était pas engageante ni réjouissante pour la France que nous avons à construire."

    Intervenant sur la même antenne, peu de temps après la ministre, le député de l'Essonne et maire d'Evry, Manuel Valls, a réagi à ces accusations. "J'ai passé toute la soirée à la Bastille (...) Je n'y ai pas vu Nadine Morano", a d'abord lancé le directeur de la campagne du candidat socialiste.

    "Il y avait beaucoup de drapeaux, comme en 1995 ou en 2002. Il y a un sentiment de double appartenance qui existe. La Marseillaise a été entonnée par ces dizaines de milliers de citoyens, dont les jeunes des banlieues, ça m'a pris aux tripes. J'ai ressenti chez eux la fierté d'être français. Je n'avais jamais vu ça sauf dans les stades de foot, et encore. Nous sommes tous français", a ajouté Manuel Valls.

    Né à Barcelone, il revient ensuite sur son cas personnel. "Je n'ai pas pu voter en 1981 parce que je n'étais pas français", explique-t-il. L'élu de l'Essonne se fait ensuite plus saillant : "Ce n'est pas à Nadine Morano d'expliquer qui est français et qui ne l'est pas."

    Reportage Photos

    Hollande, président ! Hollande, président ! Photo Réveil FM

    Sous l'oeil des caméras placées au pied de l'Opéra Bastille, construit durant l'ère Mitterrand, les sympathisants avaient afflué très tôt avant l'officialisation des résultats. Photo Réveil FM

    Il y a des roses rouges, des poings levés. Le vaincu est autant vilipendé que son tombeur acclamé. "Bye bye Sarko", "Sarko en prison", "Sarko, c'est fini!", entend-on. L'intervention du président battu est aussi copieusement huée que celles des ténors de la droite, Jean-François Copé et Nadine Morano. Photo Réveil FM

    La Bastille a brûlé pour François Hollande. Photo Réveil FM

    C'est là que le 10 mai 1981, la gauche avait fêté François Mitterrand, premier socialiste élu président sous la Ve République: dimanche, 31 ans plus tard, elle est revenue célébrer place de la Bastille la victoire de François Hollande. Photo Réveil FM

    Un jeune homme est monté sur un poteau dun feu tricolore pour être au dessus de la mêlée. Photo Réveil FM

    Une jeune fille sur les épaules de son père pour mieux voir. Photo Réveil FM

    Pour la l'amour de la France, ce jeune homme est drapé dans le drapeau français. Photo Réveil FM

    Ce motard a accroché le drapeau français sur son blouson. Photo Réveil FM

    Bastille, la victoire de François Hollande à l'élection présidentielle soulève des torrents de joie chez les supporters socialistes, partout en France. Photo Réveil FM

    Deux écrans géants pour permettre à la foule de voir ce qui se passe. Photo Réveil FM

    Sans les écrans géants on ne pouvait pas tout voir. Photo Réveil FM

    Des jeunes avaient escaladé le monument de la Bastille. Photo Réveil FM

    Ségolène Royal a été très applaudie lors de son intervention. Photo Réveil FM

    La rose était présente à la Bastille. Photo Réveil FM

    C'est avec des roses que les jeunes ont applaudi François Hollande. Photo Réveil FM

    La clameur fut grande lors de la montée de François Hollande à la tribune de la Bastille. Photo Réveil FM

    La France de la diversité était à la Bastille pour François Hollande. Photo Réveil FM

    La France, elle est diverse mais attachée aux valeurs de la République. Photo Réveil FM

    Ceux qui veulent polémiquer sur les drapeaux n'étaient pas à Bastille. Photo Réveil FM

    Le 6 mai 2012, la France a vibré pour François Hollande à la Bastille. Photo Réveil

    Jean-Marc Ayraut lors de son intervention. Photo Réveil FM

    Certains jeunes ont escaladé la colonne de Juillet, ils ont enjambé les barrières en scandant "Hollande président!", "On a gagné! On a gagné!". Photo Réveil FM

    Bastille et son métro envahit par des badeaux. Photo Réveil FM

    Certains jeunes n'ont trouvé mieux que de se plcer au dessus de kiosque à journaux. Photo Réveil FM

    L'éffigie de François Hollande brandit par un jeune homme. Photo Réveil FM

    Le célèbre "Casse toi pov con" sur une pancarte à Bastille. Photo Réveil FM

    Il est 2h45 du matin le lundi 7 mai, les motards-reporters de France télévision sont encore à Bastille. Photo Réveil FM

    Sur la place de la Bastille à Paris, le 6 mai. Photo Réveil FM

     

    Vive la République, vive la France ! Photo Réveil FM

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu