Avertir le modérateur

14-juillet: françois hollande veut rassurer les français

  • 14-juillet: François Hollande veut rassurer les Français

    14-juillet: François Hollande veut rassurer les Français

    A l'issue du défilé, François Hollande a renoué dimanche avec la tradition de l'entretien télévisé au palais de l'Elysée, pour livrer son "éclairage sur les quatorze premiers mois" de sa présidence. Confronté à une situation économique et sociale préoccupante, il s'est attaché à démontrer qu'il est "un président qui tient son cap et qui se bat contre le chômage". Le chef de l'Etat, qui s'est finalement "ravisé" pour se plier à la traditionnelle interview du 14-Juillet, a déclaré hier qu'il recourrait "dans l'idéal le moins possible" à des augmentations d'impôts en 2014 et qu'il privilégierait le recul des dépenses afin de boucler le budget de la nation. Le budget, François Hollande en fait sa ligne rouge pour le gouvernement et sa majorité, priés de l'appliquer sans contestation, douze jours après l'éviction de la ministre de l'écologie Delphine Batho, qui avait dénoncé un "mauvais" budget. "La reprise, elle est là", a souligné le président, citant la relance de la production industrielle, de la consommation et un frémissement des embauches confortant selon lui sa promesse d'inverser la courbe du chômage d'ici à la fin de l'année. "Il y a l'assurance que le second semestre sera meilleur que le premier", a-t-il dit, défendant les choix du gouvernement alors que la croissance se fait attendre et que la note de la France vient d'être dégradée par l'agence Fitch.

    14 juillet 2013, François Hollande à l'Elysée.

    "La politique, ce n'est pas de la magie, ce n'est pas un tour de passe-passe, c'est une volonté, une stratégie, une cohérence", a-t-il répété, invitant ses concitoyens à ne "pas céder au pessimisme, à une forme de résignation". Réitérant son engagement au sérieux budgétaire, François Hollande a assuré que l'Etat ferait "autant d'économies que possible pour qu'il y ait le moins de prélèvements" en 2014, tout en soulignant qu'il y aurait "des financements à assumer" l'année prochaine."Je ne ferai d'augmentations d'impôts que si elles sont absolument indispensables", a-t-il dit. Le président a enfin déclaré avoir "des informations des plus mauvaises sur Philippe Verdon", l'otage français enlevé par AQMI en novembre 2011. "Hélas, tout indique qu'il serait mort il y a déjà plusieurs semaines", a-t-il annoncé, sans évoquer toutefois le corps retrouvé au Mali.

    Mais la reconquête de l'opinion s'annonce ardue. Les experts restent très dubitatifs sur la capacité du chef de l'Etat à tenir sa promesse d'inverser la courbe du chômage à la fin de l'année, au moment où le nombre de sans-emploi a dépassé 3,2 millions de personnes. L'entourage de François Hollande, lui, veut croire que les Français sont certes "déprimés" mais n'ont "pas de colère dirigée contre le président". Il n'en reste pas moins qu'ils jugent très sévèrement son action. Seulement 30 % disent en être satisfaits dans un récent sondage IFOP.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu