Avertir le modérateur

freddy mulongo; reveil fm international - Page 3

  • Neuf "Barbourzes liquidationistes" du régime de Kinshasa pour assassiner le prophète Paul Joseph Mukungubila en Afrique du Sud

    Neuf "Barbourzes liquidationistes" du régime de Kinshasa pour assassiner le prophète Paul Joseph Mukungubila en Afrique du Sud

    Le 26 janvier 2014, cela fera treize ans que Joseph Kabila a été catapulté à la tête de la République démocratique du Congo par la mafia internationale. Par cynisme et objectif d'un pillage organisé des ressources du Congo, on a donné à un adolescent chauffard une bolide ferrari. Ancien taximan, l'adolescent a commencé à faire du rallye sur des routes cahoteuses avec la ferrari. Depuis qu'il règne par défi sans légitimité et toute illégalité, le "Raïs", "l'incapacitaire de Kingakati" a instauré en République démocratique du Congo le règne de la terreur. Exécutions extrajudiciaires, arrestations arbitraires, procès fantaisistes, détentions illégales deviennent un modus operandi pour installer la peur panique dans les esprits. Objectif : consolider un pouvoir aux abois. Mais le "Raïs" n'agit pas seul, il a ses côtés des dinosaures Mobutistes ventripotents qui sont devenus des Mammouths Joséphistes. Repus, des opportunistes, situationnistes, confusionnistes, arrivistes et parvenus se sont alliés pour mieux dépecer le Congo et dirigent le pays comme si c'était leur ligablo!.

    Dans un pays normal on n'agit jamais dans la précipitation. Pour être intervenu sur les antennes de RFI pour dénoncer le massacre de ses fidèles, il est officiellement catalogué comme coupable. Dans un pays normal on laisse la justice faire son travail. C'est à elle de dire qui est coupable, qui est victime...Mais pas une justice inféodée, encartée et embrigadée comme celle qui soutient le régime dictatorial d'alias Joseph Kabila. Si le prophète Paul Joseph Mukungubila qui est accusé de tous les maux était coupable de la tentative du faux coup d'Etat du 30 décembre dernier. C'est à la justice de le déterminer et non pas des vuvuzélateurs et coupagistes à la solde du régime. Il y a eu carnage de 103 congolais à Kinshasa, la capitale et 68 autres dans à Lubumbashi dans le Katanga le 30 décembre dernier. On incrimine jamais quelqu'un sans des preuves probantes. Sans prendre partie, rien jusqu'à présent ne prouve que ce sont les partisans. Ce n'est pas parce que quelques jeunes ont portés des T-shirt à l’effigie du prophète Jean-Paul Mukungubila est coupable ! Ce n'est pas non plus parce que des jeunes ont scandé son nom qu'il est coupable ! Dissoudre une église, procéder aux arrestations arbitraires des fidèles, taxer le prophète Paul Joseph Mukungubila d'illuminé comme les coloniaux esclavagistes avaient qualifié Tata Simon Kimbangu qui tentait de conscientiser son peuple, c'est du déjà vu et cela n'impressionne personne. Aller jusqu'à procéder aux arrestations inopportunes et intempestives de membres de famille de Mukungubila dans le Kabalo au Katanga, c'est de la folie meurtrière qu'enclenche le régime dictatorial. Dire que des criminels de guerre comme Laurent Nkundabatwaré, Jules Mutebusi, Bosco Ntangana, Steve Matenga n'ont jamais répondu de leurs crimes contre l'humanité...Il faut une justice indépendante, neutre et impartiale pour juger ce qui s'est réellement passé à Kinshasa et Lubumbashi le 30 décembre 2013.


    Arrestation Brutale de 64 disciples de... par VoiceOfCongo

    Quand l’injustice devient loi, la résistance est un devoir ! Ce ne sont pas des imposteurs et usurpateurs qui doivent décider qui doit parler de la politique ou non au Congo ! Tout Congolais a le droit et devoir de veiller sur bon fonctionnement du pays. Les illuminés sont tous ces ventripotents qui ont pris les institutions républicaines en otage. Au fait, Joseph Kabila est otage de tous les apparatchiks et barons de son régime sanguinaire. Ils ont besoin de lui comme lui a besoin d'eux. Le régime de Kinshasa a envoyé neuf barbourzes liquidationistes pour assassiner le prophète Paul Joseph Mukungubila, est-ce que c'est une solution ? La meilleure solution serait que la justice sécurise tout le monde y compris le prophète Paul Joseph Mukungibila qui est présumé innocent. Ce n'est pas aux Vuvuzélateurs et politicailleurs de faire la loi. Surtout avec pas avec des institutions illégitimes sans crédibilité. Joseph Kabila arrivera-t-il à assassiner tous ceux qui réfutent son régime ?

    A force de croire qu'en zigouillant tout le monde, on se perd dans cette folie meurtrière. d'un régime honni et aux abois.
  • Quelle est la politique culturelle de la France ? Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication répond aux Sénateurs

    Quelle est la politique culturelle de la France ? Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication répond aux Sénateurs

    Sénat, Aurélie Filippetti, ministre de la culture et de la communication en pleine audition. Photo Antoine Oury

    La commission des finances du Sénat au Palais de Luxembourg a entendu Mme Aurélie Filippetti, ministre de la culture et de la communication, sur le financement des politiques culturelles, le mardi 7 janvier 2014, l'audition est publique et la presse y est conviée. Il est 16 heures 30, lorsque le sénateur Philippe Marini (UMP), président de la commission des Finances suivi de son rapporteur-général François Marc (Socialiste) avant de céder la parole à Aurélie Filippetti, ministre de la culture et de la communication qui détaille en long et large sa politique culturelle. Lorsque les sénateurs posent des questions à la ministre, on sent que tous ont le souci du rayonnement de la France, chacun avec sa sensibilité politique. Le patrimoine culturelle français est vaste et multidimensionnelle. La culture touche à tout !

    Le sénateur Jean Arthuis a une question malicieuse sur les taxes et l'ancien ministre des finances de Jacques Chirac ne démord pas il y revient à deux reprises. Le Sénateur Claude Belot prend la partie des médias. Il s'offusque qu'on ait gardé Hadopi, s'il est mauvais il faut l'abolir dit-il. Il fustige le projet de suppression de 1000 emplois à France télévision dont les victimes seront essentiellement comptés à France 3 donc les chaines régionales. Le sénateur Richard Yung prévient faut-il que "des jeunes de Ouagadougou viennent s'enchaîner sur les grilles de l'Elysée pour que l'on comprenne que les centres culturels français méritent un soutien ?" Le sénateur Jean Germain pour encourager Aurélie Filippetti dans ses fonctions pose une colle à ses collègues: A part André Malraux avec De Gaulle et Jacques Lang avec François Mitterrand, connaissez-vous les noms d'autres ministres qui ont occupé la fonction du ministre de la culture ? Eh bien Madame, je souhaite que vous puissiez durer à la tête de ce ministère...

    Tout y est passé de la rénovation de la salle Pleyel pour les concerts philharmoniques, l'INA et ses subventions, la numérisation des documents de la guerre 1914-1918, de Google en bourse...

    L'ambiance est bonne, à la fin de l'audition la ministre remercie les sénateurs de l'avoir auditionné et prend congé d'eux. Il faut dire qu'une audition est différente d'une interpellation parlementaire !

    Il est 18h14 lorsque nous quittons la salle après avoir eu quelques soucis avec un téléphone indomptable...qui n'arrêtait pas de sonner, malgré nous !
  • A cœur ouvert avec Jean Louis Tshimbalanga

    A cœur ouvert avec Jean Louis Tshimbalanga

    Jean Louis Tshimbalanga

    Comprendre pour mieux agir. Les prochaines victoires des Congolais de l'étranger face au régime de Kinshasa dépendent d'une manière ou d'une autre de la méga victoire à Paris contre le concert politique de JB Mpiana Tippo Tip financé par Joseph Kabila pour narguer les congolais éveillés, concert interdit par la préfecture de police de Paris, le samedi 21 décembre dernier. Et ce même samedi 5 à 7000 congolais venus de 5 continents battaient les pavés parisiens dans une grande marche "Kabila dégage", "la vérité des urnes", "Non à la balkanisation du Congo", "Diomi Ngongala Free"...Grande victoire de Congolais de l'étranger face à un régime de terreur qui sévit impunément, et Jean Louis Tshimbalanga est l'un des acteurs. Opiniâtre, coriace, Jean Louis Tshimbalanga a introduit l'aspect judiciaire dans ce noble combat pour la souveraineté du Congo et des congolais. Il ne s'est jamais retrouvé seul au Palais de justice de Paris, à part ses avocats, les congolais ont toujours répondu présent. Chacun porte son son Congo du mieux qu'il peut, hommes et femmes. La mère patrie étant en soins intensifs, chaque fils et fille va à son chevet. Le Congo ne mourra pas tant que ses enfants vivront et refuseront de le voir mourir. Ce qui est le cas aujourd'hui. Des milliers de congolais de l'étranger sont vent débout contre le cheval de Troie alias Joseph Kabila placé à la tête de la République démocratique du Congo par la mafia internationale pour mieux piller ses ressources et le liquider en tant qu'Etat-nation. Cela se fait en complicité avec certains congolais vendus, corrompus, mangéristes, mangercrates et ventripotents: des vrais fossoyeurs et inconscients de la République. leur ventre est plus important qu'un pays qui fonctionne normalement où chacun peut se retrouver. L'interdiction du concert de JB Mpiana Tippo Tip à Paris a fait vaciller le trône de l'imposteur qui règne par défi au Congo-Kinshasa. D'ailleurs son Goebbels et Vuvuzélateur national, Lambert Mende Omalanga "akomi biloba loba" !

    1. Réveil FM International: Dans la résistance congolaise, vous avez introduit l'aspect juridique, pourquoi pensez-vous que cet aspect est important ?

    Jean Louis Tshimbalanga: Nous sommes tous au départ des animaux. A la différence avec les autres appelés « bêtes » nous nous sommes appelés « humains », tout simplement parce que nous avons les facultés et les capacités d’établir les lois qui vont nous régir. Ces lois sont au dessus de tous. L’aspect juridique est une procédure à laquelle toute personne peut user de ses droits subjectifs pour saisir les autorités judiciaires afin que le droit soit dit. Voilà pourquoi, en marge des autres actions, nous apportons aussi notre pierre à l’édifice dans ce combat par l’aspect juridique.

    2. Réveil FM International: Allégorie de la Justice et du droit, elle est généralement représentée avec une épée ou un glaive à la main, symbole du châtiment, une balance dans l’autre, pour l'équilibre qu'elle maintient, et les yeux bandés en signe d’impartialité. Le Congo a besoin de la justice et les Congolais de la justice juste, est-ce que c'est possible ?

    Jean Louis Tshimbalanga: Mais bien sûr que tout est possible si et seulement si on use de ses droits pour obtenir la justice. Malheureusement nous n’avons pas souvent cette culture des droits écrits que nous pensons que seuls les émotions peuvent nous donner raison. Nous vivons dans un monde qui n’a pas des scrupules, seules les lois peuvent mettre à genoux les plus puissants. Voilà pourquoi il faut croire et défendre ses droits en usant des lois qui existent.

    3. Réveil FM International: La justice c'est aussi des moyens financiers, est-ce que cela ne vous décourage-t-il pas ?

    Jean Louis Tshimbalanga: Parler de découragement, cela ne fait pas partie de mon état d’esprit, car je rends gloire à Dieu du fait que j’ai de la positivité à revendre, donc rien ne me décourage, même pas l’échec, au contraire j’en tire des leçons pour avancer. En revanche je déplore l’inexistence de la culture d’aide ou des dons financiers de la part des nôtres. Nous possédons encore les séquelles de la colonisation, de croire que tout doit nous être donné gratuitement. Il est vrai que nous aurions aimé aussi voir le soutien financier de la part des nôtres afin de faire face à des différentes dépenses des honoraires des Avocats et d’autres frais ayant traits aux Huissiers ou autres. J’ai confiance qu’un jour ce déclic viendra, à l’instar de celui qui a suscité l’éveil des consciences pour la patrie.

    4. Réveil FM International: Vous avez porté plainte contre le pseudo producteur haïtiens Alain Claude. C'est au Palais de Justice que nous avons tous découvert qu'il n'a jamais été producteur, pourquoi ce n'est pas le juge qui a tranché cette affaire mais plutôt le préfet de Paris ?

    Jean Louis Tshimbalanga: Si je dois apporter une rectification à votre question, je n’ai jamais porté plainte contre ce citoyen Français d’origine haïtienne au nom de Monsieur Alain Claude, tout simplement parce qu’il n’existait pas officiellement comme étant le producteur du spectacle de JB Mpiana au Zénith. Dès lors il n’était pas important de l’assigner en justice. Nous avions plutôt assigné la société HARISSA MUSIC qui s’était affiché comme étant le « fabricant de l’événement ». Ce Monsieur Alain Claude n’était même pas Homme d’Affaires reconnu au répertoire du Registre du Commerce et des Sociétés en France, contrairement à ses multiples déclarations.

    En ce qui concerne le juge de référé de Grande Instance, nous n’avions pas de crainte qu’il se déclare incompétent du fait que cela aurait été une première en France. En revanche nous croyons en notre action du fait que nous avions évoqué les articles 808 et 809 du Nouveau code de procédure civile qui donnaient pouvoir au juge de référé de statuer en faveur de l’annulation. Ces articles mentionnent ceci :

    - Article 808 : Dans tous les cas d'urgence, le président du tribunal de grande instance peut ordonner en référé toutes les mesures qui ne se heurtent à aucune contestation sérieuse ou que justifie l'existence d'un différend.

    - Article 809 : Le président peut toujours, même en présence d'une contestation sérieuse, prescrire en référé les mesures conservatoires ou de remise en état qui s'imposent, soit pour prévenir un dommage imminent, soit pour faire cesser un trouble manifestement illicite.

    - Dans les cas où l'existence de l'obligation n'est pas sérieusement contestable, il peut accorder une provision au créancier, ou ordonner l'exécution de l'obligation même s'il s'agit d'une obligation de faire.

    Or tel fut le cas qui justifiait le différend dans la volonté d’un coté des organisateurs du concert de JB Mpiana et de l’autre la diaspora déterminée à faire couler le sang pour empêcher ce dernier de se produire en contradiction des mesures prises contre les concerts scéniques dans la diaspora.

    5. Réveil FM International: Vous attendiez-vous de voir une cinquantaine de congolais dans cette salle du jugement en référé ?

    Jean Louis Tshimbalanga: Bon, en vérité je ne m’y attendais pas, du fait que je n’ai pas vu le même nombre de personnes lorsque nous étions en référé contre le Secrétaire Général de l’OIF et l’OIF. Sincèrement je fus ému et content de voir qu’ils se sont impliqués dans cette démarche.

    6. Réveil FM international: Qu'est-ce qui a décidé l'interdiction du concert de JB Mpiana au zénith de Paris ?

    Jean Louis Tshimbalanga: Après que le juge en référé du TGI Paris se soit déclaré incompétent, cela déjà était un épine placée officiellement sous le pied du Ministre de l’Intérieur via son Préfet de Police. Ce terme signifie que tout ce qui pourrait subvenir aurait été bel et bien connu de la préfecture qui n’a pas joué son rôle de prévention au trouble à l’ordre public. Ca de PSG ou tout le monde se déclaré n’avoir pas été au courant, or dans le cas d’espèce, le Préfet fut mis en cause par nos courriers daté de deux mois auxquels il n’avait pas répondu.

    Ensuite nous avons saisi le 16 décembre le juge Administratif en « référé conservatoire », et de là, à partir du 17 décembre, tout s’est déclenché.

    7. Réveil FM International: A quel moment avez-vous senti que les choses allaient basculer en faveur de la résistance ?

    Jean Louis Tshimbalanga: Déjà lorsque le juge s’est déclaré incompétent, cela prouvait qu’il reconnaissait l’existence du différend et d’une probable trouble à l’ordre public, c’est ainsi qu’il a préféré renvoyer la responsabilité aux autorités administratives. Ceci signifie tout simplement en terme claire qu’il recommandait au Préfet de vite agir, sans quoi il portera les responsabilités et de toutes les dérives qui en découleront.

    8. Réveil FM International: les Congolais de l'étranger sont-ils des terroristes ? En tout ca c'est ce que pense Lambert Mende le Goebbels de Joseph Kabila, qu'en pensez-vous ?

    Jean Louis Tshimbalanga: Appeler « terroristes » ses propres compatriotes qui usent de leur devoir patriotique acquis dans l’article 64 de leur constitution est un signe qui dénote d’un manque de moralité, c’est même entaché de méchanceté. Le terrorisme est un crime, si tel était le cas, les Congolais de la diaspora auraient tous étaient incarcérés. Voilà tout ce que je peux vous répondre.

    9. Réveil FM International: Comment voyez-vous le présent et le futur du Congo ? Quels sont pour vous les 10 projets prioritaires pour que la RDC devienne un pays démocratique et émergent ?

    Jean Louis Tshimbalanga: Sincèrement, je suis ravi d’abord d’une chose, c’est la prise des consciences collectives de peuple Congolais. Ce déclic qui s’est opéré est une richesse incommensurable. Chrétien que je suis, je reconnais que Dieu a entendu nos prières et que Lui Seul a permis ce déclic par son oracle. Parce que, comment expliquer que le Congolais qui fut connu jadis comme jouisseur et amoureux de la musique, puisse comme par baguette magique, s’interdire ce divertissement afin de mieux s’impliquer à la situation du Congo. N’est ce pas là un prodige ou un miracle cher Freddy Mulongo ?

    En un mot, j’ai confiance à l’avenir, à l’implication totale des Congolais qui sont débout comme l’indique leur hymne nationale pour libérer d’abord le Congo ensuite s’impliquer à rendre les structures des Institutions fortes, fiables et viables sur lesquelles ils bâtiront un pays plus beau qu’avant dans l’ensemble des négociations responsables avec les partenaires multinationaux et bilatéraux. C’est possible.

    Quand aux 10 projets prioritaires, nous dans notre collectif, nous avons ciblé plutôt sur 13 secteurs prioritaires que vous pouvez visiter dans notre site« http://www.convergencepourlemergenceducongo.org/archives/1er-debat-choix-des-secteurs-prioritaires-a-debattre». Ce sont :

    1. Education (Débat sur l’Enseignement, programme, l’éthique et l’éducation de masse).

    2. Développement du secteur privé par la création des "Petites et moyennes entreprises".

    3. Santé et Couverture Maladie pour tous.

    4. Les Forces Armées, la Police et les Services de Renseignements.

    5. Innovation des Structures de l'Etat.

    6. Energie et Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication.

    7. Transport et Infrastructures.

    8. Diplomatie et Coopération régionale.

    9. Sport, Culture et Jeunesse.

    10. Femme, Famille et Egalité de chances.

    11. Développement durable et protection de l'environnement.

    12. Agriculture, Pêche et Sécurité alimentaire.

    13. Le rôle des Congolais de l'Etranger.

    10. Que peuvent les Congolais de l'étranger pour le prisonnier politique Eugène Diomi ndongala malade qui croupit en prison ?

    Jean Louis Tshimbalanga: Les Congolais de la diaspora ou de l'Etranger comme vous le dites sont une force auxquelles il faut compter avec. Ils ont l’opportunité de faire bouger de l’extérieur plusieurs paramètres. Il y a des procédures d’urgences auxquelles nous pouvons mettre en place pour que notre Frère Eugène Diomi puisse venir se faire soigner d’urgence en Europe. Mais il faut reconnaître aussi que toutes ces procédures exigent d’énormes ressources financières qui malheureusement nous font défauts.

    Voilà en un mot, je dirai que les Congolais de l’Etranger sont capables de faire bouger les montagnes au Congo.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu