Avertir le modérateur

- Page 3

  • Coups de feu à "Libération", un assistant-photographe grièvement blessé

    Coups de feu à "Libération", un assistant-photographe grièvement blessé

    Coups de feu à "Libération", un assistant-photographe grièvement blessé Le tireur a ouvert le feu dans le hall du quotidien avant de prendre la fuite.

    Un homme armé d'une carabine a ouvert le feu, lundi 18 novembre vers 10h15, dans les locaux du journal Libération, dans le 3e arrondissement de Paris. Un assistant-photographe âgé de 27 ans, qui attendait dans le hall, a été grièvement blessé au thorax. Selon une source policière, son pronostic vital est engagé. Le tireur a pris la fuite.

    Contacté par francetv info, un journaliste de Libération relate la scène telle qu'elle lui a été rapportée par l'un de ses chefs : "Un homme est entré dans le hall, et il a tiré sur une personne. On ne sait pas si cette personne a été visée au hasard ou pas." Selon France Info, le tireur serait un homme d'une quarantaine d'années. Portant "sans doute un gilet pare-balles", il serait vêtu d'un "long manteau vert", et aurait tiré à deux reprises.

    Vendredi matin, un homme armé avait fait irruption dans le hall de BFMTV à Paris, menaçant des journalistes avant de fuir. "Les premiers éléments descriptifs du tireur correspondraient à la même personne", selon un autre journaliste de Libération contacté par francetv info. Directeur de la rédaction de Libération, Fabrice Rousselot a fait part de la "grande émotion partagée par tout le journal" et déplore que "des individus puissent s'en prendre à la presse".

     

    La brigade criminelle de la police judiciaire parisienne a été saisie de l'affaire.
  • Attaques racistes : des intellectuels manifestent leur soutien à Christiane Taubira

    Attaques racistes : des intellectuels manifestent leur soutien à Christiane Taubira

    Le journaliste Alexis Lacroix (à gauche) et le philosophie Bernard-Henri Lévy ont, entre autres, exprimé leur soutien à la ministre de la justice, récemment visée par des attaques racistes.

    La ministre de la justice, Christiane Taubira, visée récemment par des attaques racistes, a reçu dimanche 17 novembre à Paris le soutien d'intellectuels et écrivains, lors d'une soirée organisée en sa présence par la revue du philosophe Bernard-Henri Lévy.

    A son arrivée dans un cinéma du quartier Saint-Germain, dans le centre de Paris, Mme Taubira a été accueillie par une longue ovation par quelque 250 personnes venues à l'appel de la revue La Règle du jeu en partenariat avec l'association SOS Racisme. "Nous sommes là pour dire notre colère face à cette montée, ce retour de l'infamie et du racisme", a déclaré Bernard-Henri Lévy.

    "UN VRAI PROBLÈME DE DÉMOCRATIE"

    Le philosophe est revenu sur les attaques qui ont visé ces dernières semaines la ministre née en Guyane, comparée à plusieurs reprises à un singe, notamment par une enfant lors d'une manifestation d'opposants au mariage homosexuel et par l'hebdomadaire d'extrême droite Minute. Il a dit son "admiration" pour Christiane Taubira.

    La ministre a salué l'élan de solidarité et de sympathie en sa faveur et s'est déclarée "émue" et "reconnaissante".

    Pour l'essayiste et féministe Caroline Fourest, les insultes contre Mme Taubira révèlent "un climat qui constitue un vrai problème de démocratie".

     

    Par ces attaques racistes, "on a l'expression des préjugés légués par le colonialisme et par l'esclavage" qui "n'ont pas été totalement extirpés de la société", a déclaré Dominique Sopo, ex-président de SOS Racisme.
  • L'ONU s'alarme et condamne des attaques "racistes" à l'encontre de Christiane Taubira

    L'ONU s'alarme et condamne des attaques "racistes" à l'encontre de Christiane Taubira

    L'ONU a aussi lu l'hebdomadaire Minute, et n'a visiblement pas apprécié le jeu de mots avec la banane. Le Haut-Commissariat des droits de l'homme a fermement condamné, vendredi 15 novembre, les propos racistes proférés contre Christiane Taubira.

    "Nous condamnons les attaques racistes dont fait l'objet depuis plusieurs semaines la ministre française de la Justice, Christiane Taubira, et notamment la couverture d'un hebdomadaire d'extrême droite Minute, publié mercredi, avec la photo de la ministre accompagnée de la légende : 'Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane'", a déclaré un porte-parole du Haut-Commissariat lors d'un briefing à Genève.

    "Une manifestation de la montée du racisme"

    Selon lui, "l'intention raciste qui se cache derrière ce jeu de mots ne fait aucun doute". L'hebdomadaire affirme pour sa part n'avoir utilisé que deux expressions françaises, "dont la seconde est familièrement utilisée pour décrire une personne en bonne forme". Unanimement condamnée par la classe politique, la une du journal fait écho a des insultes adressées à la garde des Sceaux ces dernières semaines.

    Christiane Taubira, lors des questions au gouvernement, à Assemblée nationale (Paris), le 13 novembre 2013.

    Ces "abus totalement inacceptables (...) sont une manifestation claire de la montée du racisme, de la xénophobie et de l'intolérance à l'encontre des minorités ethniques ou religieuses et des migrants dans de nombreux pays européens", indique le Haut-Commissariat. Ce dernier avait déjà condamné, en juillet dernier, les attaques racistes similaires contre la ministre italienne de l'intégration, Cécile Kyenge.

    Cécile Kyenge, la ministre italienne de l'intégration et Freddy Mulongo à l'ONU. Photo Réveil FM International

    Quelques semaines plus tôt, Christiane Taubira avait déjà été comparée à une guenon par une candidate Front national aux municipales (exclue depuis par son parti) et par une fillette qui manifestait avec ses parents contre le mariage homosexuel.

    Depuis que François Hollande l'a nommée ministre de la justice, la droite en fait sa cible privilégiée. La réforme pénale qu'elle a engagée avec la suppression des peines plancher et l'instauration d'une peine de probation a attiré sur elle les accusations de "laxisme". Le président de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), Jean-François Copé, avait accueilli sa nomination en lançant "quand on vote FN, on a la gauche qui passe (...) et on a Taubira", et un député du même parti avait affirmé que "la composition du gouvernement lui donn[ait] mal à la France".

    Plusieurs mobilisations contre le racisme

    Les grandes associations antiracistes et les centrales syndicales appellent à marcher contre le racisme le 30 novembre, dans un communiqué diffusé vendredi 15 novembre.

    La Ligue des droits de l'homme (LDH), le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP), SOS Racisme, la Confédération française démocratique du travail (CFDT), la Fédération syndicale unitaire (FSU), entre autres, ont pris cette décision pour montrer la réaction "de la société civile" face aux attaques contre la ministre de la justice Christiane Taubira.

     

    Le monde la culture se mobilisera également le 2 décembre, a annoncé Aurélie Filippetti. "Les propos haineux publiés dans la presse, les injures racistes et les attaques contre les valeurs de la République qui se développent depuis plusieurs semaines nous imposent de réagir", indiquent Mme Filippetti et le directeur du Théâtre du Rond-Point, Jean-Michel Ribes, dans un communiqué commun.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu