Avertir le modérateur

- Page 2

  • Joseph Kabila, Ankara-Istanbul avant Paris ?

    Joseph Kabila, Ankara-Istanbul avant Paris ?

    Le Sommet sur la paix et la sécurité en Afrique se tiendra à Paris les 6 et 7 décembre prochain, avec ou sans Joseph Kabila qui trône par défi en République démocratique du Congo. « La France s’apprête à convier l’ensemble des dirigeants africains à un sommet pour la paix et la sécurité sur le continent africain », a annoncé le président français François Hollande lors de son intervention au sommet du Cinquantenaire de l’Union africaine (UA) à Addis Abeba le 25 mai, où il a convié les pays africains à un Sommet sur la paix et la sécurité sur le continent qui sera organisé à Paris en décembre. L’ensemble des dirigeants africains, à l’exception des chefs des États de la Guinée-Bissau, de la République centrafricaine, de Madagascar et de l’Égypte. Joseph Kabila sera-t-il parmi les chefs d'Etat conviés à l'Elysée? Lui qui erre comme Caïn dans la Bible, a cause de son second hold-up électoral du 28 novembre 2011. Le tricheur et fraudeur de "président" sans légitimité, agissant en toute illégalité au nom d'un peuple souverain qui ne l'a jamais élu. Pour faire diversion, Joseph Kabila se rendra à Ankara puis Istanbul en Turquie et il espère en catimini rejoindre Paris !

    Joseph Kabila, imposteur et usurpateur qui trône sur le Congo par défi !

    L'incapacitaire de Kingakati sait très bien que les Congolais de l'étranger ne l'ont jamais accepté comme "Président", non pas par sa filiation douteuse avec M'zée Laurent-Désiré Kabila, mais surtout par le fait comme OVNI il a été imposé par la mafia internationale à la tête du Congo pour mieux piller ses ressources. Il est le seul "Président" au monde qui n'a ni camarades d'école, ni voisins, ni oncles, ni tantes...Joseph Kabila peut-il venir à Paris parler du terrorisme alors qu'il est le premier terroriste des congolais ! 12 millions de morts congolais depuis qu'alias "Joseph Kabila" est aux manettes du Congo.

    Depuis douze ans qu'il a usurpé le pouvoir au Congo-Kinshasa, son premier et unique séjour parisien en juillet 2008 fut houleux, chaotique et humiliant...Des Congolais avaient manifesté dans des rues, arrivé à l'Elysée le Président Nicolas Sarkozy l'avait reçu pour dix minutes...C'était le 16 juillet 2008 exactement ! Le lendemain, il avait quitté Paris sur la pointe des pieds sans conférence de presse ni dire au revoir pour Tripoli.

    Cette fois-ci d'autres dispositions sont prises. Pour que le séjour d'alias "Joseph Kabila" à Paris ne soit pas houleux à cause des Résistants-Patriotes-Combattants congolais, une dizaine de féticheurs munis des passeport-biométriques diplomatiques sont envoyés à Paris pour envoûter les leaders de la résistance congolaise. Vont-ils y arriver ? Leurs fétiches traversant la mer méditerranéen auront-ils encore de puissance et efficacité ? Les féticheurs de France vont-ils accepter que d'autres agissent sur le terrain sans leurs égards ?

    En juillet 2008, les journalistes congolais avaient écrit une lettre au Président Nicolas Sarkozy publié dans plusieurs médias français dont le journal Humanité.fr que nous avons retrouvé les archives...

    L'humanité le 16 Juillet 2008 Lettre des journalistes congolais à Sarkozy

    (Objet : Violation de la liberté de la presse et assassinats des journalistes en RDC)

    Monsieur le Président de la République,

    Nous venons par la présente attirer votre attention sur les graves violations de la liberté de la presse en République Démocratique du Congo, à l’occasion de la visite officielle de votre hôte, Monsieur Joseph Kabila.

    Les journalistes congolais en France ont été touchés par votre attachement à la Déclaration Universelle de Droits de l’homme que vous avez fait lire avant le début du défilé historique du 14 juillet 2008. Les cas que nous, 38 journalistes congolais en France, vous soumettons concernent le respect de la liberté d’expression et les droits de l’homme.

    Nous précisons qu’il s’agit ici des assassinats politiques des journalistes dans l’exercice de leur fonction. Les commanditaires n’ont jamais été inquiétés : 1. Bapuwa Mwamba , journaliste congolais qui vivait dans la région parisienne dont la famille est française, a été assassiné en 2006. Notre confrère fut un symbole de rapprochement de la France et de la République Démocratique du Congo, les deux plus grands pays francophones du monde. 2. Franck Ngycke et sa femme Hélène Mpaka, assassinés à Kinshasa. 3. Serge Maheshe, de la radio onusienne Okapi, assassiné. Nous saluons vos convictions qui ont mis en exergue le rôle des Nations Unies pour la paix, lors du défilé du 14 juillet 2008. Notre confrère Serge Maheshe travaillait pour l’idéal de la paix. Tous les assassinats de nos confrères ont été perpétrés par les éléments de la Garde Spéciale Présidentielle (GSSP) qui est sous contrôle direct du président congolais.

    Nous n’oublions pas d’autres confrères qui sont soit emprisonnés arbitrairement dans les geôles politiques, soit devenus handicapés suite aux tortures et traitements infra-humains, soit vivant en clandestinité en République Démocratique du Congo.

    Les associations pour la défense de la presse Reporters Sans Frontières (RSF), IFEX, Commitee to Protect Journalists (CPJ), Article 19…dénoncent régulièrement le calvaire qu’endurent les journalistes congolais. Et dans leur rapport annuel, ces organisations classent le pouvoir de Kinshasa au troisième rang mondial des pays les plus hostiles à la liberté de la presse.

    Monsieur le Président de la République, nous comptons sur vos convictions républicaines pour que les assassinats et les horreurs anti-droits de l’homme que vivent les journalistes congolais dans l’exercice de leur métier, ne restent pas dans le silence.

    Pour la coordination des associations des journalistes Congolais en France :

    1. Lilo MIANGO, lilomiango@yahoo.fr

    2. James NGUMBU, jimngumbu@yahoo.fr

    3. Freddy MULONGO, freddy.mulongo@reveil-fm.com

    4. Hyppolite KIMBALANGA, kimbalanga@yahoo.fr

    5. Anatasie MUTOKA, mutodis@yahoo.fr

     

    6. Freddy EMBOMBA

    7. Florry BOTOMBE (Reporter)

  • Nucléaire iranien: Poutine fait grandir les attentes avant la réunion du 20 novembre à l'ONU-Genève

    Nucléaire iranien: Poutine fait grandir les attentes avant la réunion du 20 novembre à l'ONU-Genève

    Vladimir Poutine et son homologue iranien Hassan Rohani, le 13 septembre 2013 à Bichkek, capitale du Kirghizistan

    Genève — Le président russe Vladimir Poutine a évoqué lundi "une chance réelle" de résoudre le dossier nucléaire iranien, faisant encore grandir les attentes avant la reprise des discussions, marquées par les "exigences" formulées par son homologue français François Hollande. Alors que Genève accueille mercredi la troisième réunion en un peu plus d'un mois, "Vladimir Poutine a souligné qu'une chance réelle était apparue pour trouver une solution à ce vieux problème", a indiqué le Kremlin après un entretien téléphonique du président russe avec le président iranien Hassan Rohani.

    L'enjeu de cette réunion est de commencer à mettre fin aux soupçons vieux d'une décennie sur les efforts nucléaires de Téhéran, qui assure que son programme est uniquement civil, mais qui est soupçonné de vouloir se doter de l'arme atomique. La semaine dernière, déjà à Genève, l'accord espéré s'était évanoui après trois jours d'intenses négociations, après notamment des objections de la France.

    Avant M. Poutine, des responsables américains, européens et russes ont affirmé qu'un accord dit "intérimaire" était cette fois à portée de main. Mais la pression est montée dimanche avec des déclarations de François Hollande en Israël - un État farouchement opposé à l'allègement des sanctions contre l'Iran.

    M. Hollande a détaillé quatre demandes précises : "Première exigence: mettre l'intégralité des installations nucléaires iraniennes sous contrôle international, dès à présent. Deuxième point: suspendre l'enrichissement (d'uranium) à 20%. Troisième exigence: réduire le stock existant. Et enfin, arrêter la construction de la centrale d'Arak", conçue pour produire du plutonium, une alternative à l'uranium hautement enrichi pour fabriquer une bombe.

    Ces attentes étaient peu ou prou connues. "C'est pour l'essentiel le projet d'accord", commente pour l'AFP Mark Fitzpatrick, de l'Institut international d'études stratégiques (IISS). La nouveauté réside plutôt dans le niveau de détail auquel les "exigences" sont formulées, et dans le fait qu'elles aient été énoncées au plus haut niveau, celui d'un chef d?État des Six, ou "5+1" (Allemagne, Chine, France, États-Unis, Royaume-Uni et Russie) qui négocient avec la République islamique.

    Hassan Rohani a semblé répliquer à François Hollande lundi, selon ses propos rapportés en Iran après son entretien avec Vladimir Poutine. "Lors des récentes négociations" à Genève, a dit le président iranien, "de bons progrès ont été réalisés, mais tout le monde doit avoir à l'esprit que les demandes excessives peuvent compliquer le processus vers un accord gagnant-gagnant."

    Avant même les propos de M. Hollande, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, avait répété que le droit de l'Iran à l'enrichissement d'uranium n'était "pas négociable". Un nouvel échec renforcerait, dans chaque camp, les adversaires résolus d'un accord.

    M. Rohani, dont l'entrée en fonctions en août a redonné de l'élan aux discussions, risque de perdre le soutien du chef suprême de l'Iran, l'ayatollah Ali Khamenei, si son offensive de charme diplomatique envers l'Occident ne porte pas ses fruits rapidement.

    L'absence d'accord, ou la conclusion d'un accord jugé trop complaisant envers l'Iran, compliquerait aussi la tâche du président américain Barack Obama, qui veut dissuader le Congrès de durcir encore les sanctions contre Téhéran. En Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahou mène campagne contre les négociations, et accuse le secrétaire d?État américain John Kerry de vouloir conclure à tout prix "un très mauvais accord".

    M. Kerry a annoncé qu'il irait en Israël vendredi, dans la foulée de la réunion de Genève.

    "Mieux vaut un bon accord qu'un mauvais, là-dessus nous nous entendons", a déclaré pour sa part François Hollande dimanche à M. Netanyahu. Le chef d?État français paraît, à ce stade, exprimer la synthèse de la position des Six, qui attendent encore d'être convaincus de la réalité des intentions iraniennes.

    Les promesses de l'Iran sur le caractère pacifique de son programme nucléaire ont contrasté jusqu'à présent avec l'augmentation continue de ses capacités, notamment le nombre de centrifugeuses. Les travaux de construction du réacteur d'Arak, dont l'Iran espère une mise en service en 2014, nourrissent aussi des inquiétudes.

    L'économie iranienne aux abois

    En cas d'accord "intérimaire" cette semaine, l'Iran cesserait d'enrichir son uranium au taux dit "intermédiaire" de 20%, réduirait son stock d'uranium, et interromprait les travaux de construction d'Arak.

    Téhéran obtiendrait en échange un début d'allègement des sanctions internationales.

    Selon un haut responsable américain, près de 100 milliards de dollars de revenus issus des ventes de pétrole iranien sont actuellement gelés dans des comptes en banque à travers le monde. La baisse des exportations de brut depuis 2011 coûterait en outre au pays, de même source, "jusqu'à 5 milliards de dollars par mois".

     

    Pendant cette première phase de quelques mois, un accord définitif serait négocié, à l'issue duquel la taille du programme iranien serait réduite de façon permanente, et les sanctions annulées.
  • Kinshasa-RVA-Mikonga: Clientélisme, favoritisme pour la station service de Modeste Mutinga Mutuishayi, méchantes et abusives destructions de maisons des fonctionnaires et veuves de militaires !

    Kinshasa-RVA-Mikonga: Clientélisme, favoritisme pour la station service de Modeste Mutinga Mutuishayi, méchantes et abusives destructions de maisons des fonctionnaires et veuves de militaires !

    Modeste Mutinga Mutuishayi, Sénateur godillot et commerçant !

    Quelle honte pour cette classe politique affairiste et mafieuse! Il n'y a que de mercenaires qui peuvent se comporter avec une telle bassesse.Tôt ou tard, de vrais fils du pays feront un procès afin de rétablir la patrie dans ses droits. Comme Adolphe Muzito qui devint "Crésus congolais" avec 100 villas, une campagne aérienne, une chaîne de télévision...puisque nommé à la Primature en remplacement de son oncle Antoine Gizenga, 600 jours comme Premier ministre de Joseph Kabila, trop vieux pour gouverner, de même Modeste Mutinga Mutuishayi, apparatchik et baron du régime excelle dans l'affairisme ! Décidément Modeste Mutinga Mutuishayi est incorrigible. Fourbe, roublard, grand requin, dribbleur patenté, Sénateur godillot et commerçant, Modeste Mutinga Mutuishayi est un récidiviste hors pair. L'homme transpire la corruption, il est corrompu jusqu'à la moelle épinière. Au quartier RVA-Mikonga dans la Commune de la N'sele-à quelques kilomètres de l'aéroport international de N'djili, Modeste Mutinga Mutuishayi s'est construit une station service sans doute pour vendre les carburants aux camionneurs qui vont à Kenge, Kikwit, Masimanimba, Bandundu-Ville...Il s'avère que comme cela se passe dans dans une république bananière, des individus avec des tracteurs sans ordre de mission sont arrivés dans patelin et se sont mis à détruites des maisons dont la majorité appartiennent aux fonctionnaires et veuves de militaires. Tout y passe et circulez il n'y a rien à voir ! Sauf que la station service de Modeste Mutinga Mutuishayi, Rapporteur au Sénat de Joseph Kabila, est toujours debout, les conducteurs de tracteurs ont feint de ne pas la voir ! Clientélisme, favoritisme, abus de pouvoir seul Modeste Mutinga Mutuishayi, baron du régime d'occupation peut expliquer ce qui se passe. Mais l'homme est tellement repu par l'autoritarisme du régime d'imposture et d'usurpation, qu'il se cache. L'histoire ne s'arrête pas là. Les habitants du quartier RVA-Mikonga se rendent au Ministère des Affaires foncières dans la Commune de la Gombé pour s'enquérir de leur situation et déposer un mémo après un dialogue avec les agents de ce ministère, qui devrait être au service de tous les Congolais. Coup de théâtre, ils sont reçu avec des gourdins et la police tire à balles réelles sur des paisibles citoyens: les veuves de militaires et femmes fonctionnaires sont blessées, une jeune fille tombe dans les pommes et un bébé meurt. Après leur sommation aux balles réelles, pour se rattraper les femmes blessées sont acheminées au dispensaire de Camp Kokolo ! Aucun média de Kinshasa ne prend la peine de couvrir cet incident quand on sait que la majorité des médias congolais ont leur siège en centre ville de la Gombé, sauf un jeune journaliste courageux Eliezer Ntambwe dans son émission: "To Komi Wapi ?" Nous apprenons que le terrain des maisons abusivement détruites est vendu à des agents immobiliers sud africains !

    Modeste Mutinga Mutuishayi n'est pas à son premier forfait ! Président de la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM), étouffoir des libertés, après le dialogue inter-congolais de SunCity pour la préparation des élections Louis Michel 2006, Modeste Mutinga Mutuishayi s'était déjà illustré dans la corruption avérée. Modeste Mutinga Mutuishayi tout en présidant la HAM s'est octroyé Radio 7 et Télé 7, se faisant juge et partie sans que personne ne lève un pied doigt, sauf Réveil FM qui l'avait copieusement tancé à l'époque ! Contre espèces sonnantes et trébuchantes, après avoir muselé des journalistes, bâillonné des médias et privé des paroles des opposants politiques, Modeste Mutinga Mutuishayi avait privé les Congolais d'un débat démocratique entre Jean-Pierre Bemba et Joseph Kabila. Et comme Joseph Kabila était le candidat de Louis Michel et de la Communauté international. Modeste Mutinga Muttuishayi a été doublement récompensé. Il a été parachuté comme Rapporteur au Sénat pour le compte de Joseph Kabila. Vassal de la Belgique coloniale qui voulait Joseph Kabila pas quelqu'un d'autre à la tête de la République démocratique du Congo, il a été fait commandeur de l'Ordre national de la couronne belge. Cette même Belgique qui n'a jamais couronné Papa Simon Kimbangu pour son éveil de conscience des congolais, ni Msiri pour avoir résisté à l'occupation esclavagiste et coloniale, ni Patrice Emery Lumumba pour son courage politique. Mais la Belgique coloniale a pris la peine de couronner un prédateur de la liberté d'information, un mafieux et fourbe, pour la simple raison Modeste Mutinga Mutuishayi est au service de la Belgique Léopoldienne, esclavagiste et néo-coloniale !

    Comment Modeste Mutinga Mutuishayi qui a vécu longtemps dans la maison familiale à la frontière de Ngaba et Makala, qui a bu souvent l'eau de pluie voire des puits "Mayi Ya Mabulu" peut-il aujourd'hui s'autoriser à vivre comme un millionnaire du dimanche? Pourquoi n'a-t-il pas pris la défense des femmes fonctionnaires et veuves de militaires qui vivent au quartier RVA-Mikonga où il a érigé une station service ? Clientélisme, favoritisme, corruption à outrance, Modeste Mutinga Mutuishayi a-t-il le sens de l'honneur ? Pourquoi lui qui est issue d'une famille pauvre ne peut pas comprendre la détresse de toutes ces femmes qui s'offusquent et pleurent à côté de sa station service ?

    De même les enfants martyrs finissent souvent par devenir des parents bourreaux, il faut faire attention aux pauvres qui se comportent en nouveaux riches ou millionnaires du dimanche, Modeste Mutinga Mutuishayi, en est un.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu