Avertir le modérateur

Affaire Théo Luhaka : Cazeneuve dénonce des "violences inacceptables"

Affaire Théo Luhaka : Cazeneuve dénonce des "violences inacceptables"

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve a rappelé que le gouvernement condamnait « avec la plus grande fermeté » les violences.

Après les violences de ce week-end à Argenteuil et à Bobigny, Bernard Cazeneuve a réagi. Pour le Premier ministre, « l'émotion légitime » qui a été suscitée par l'arrestation et le viol présumé du jeune Théo « ne saurait en rien justifier » ces « violences inacceptables ».

Dans un communiqué, il a rappelé que le gouvernement condamnait « avec la plus grande fermeté » les violences. Bernard Cazeneuve a, par ailleurs, salué « à nouveau l'appel au calme empreint de dignité lancé il y a quelques jours par Théo et sa famille ».

En présence d'associations de lutte contre le racisme, il « a rappelé le devoir d'exemplarité des forces de l'ordre » devant prévaloir « en toutes circonstances et pour toutes leurs interventions ».

Il a « insisté sur la volonté du gouvernement de poursuivre le travail de renforcement de la confiance entre la police et la population », alors que les violences qui se succèdent depuis plus d'une semaine ont remis les banlieues dans le débat à quelques semaines de la présidentielle. « C'est dans cet esprit que le déploiement des caméras-piétons mis en œuvre par le gouvernement va se poursuivre », a ajouté Bernard Cazeneuve, qualifiant cette mesure de « la plus efficace pour lutter contre les discriminations et apaiser les échanges ».

« La justice est saisie »

À propos de Théo, toujours hospitalisé après l'interpellation du 2 février à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), « la justice est saisie » et « il lui appartient d'établir la vérité des faits et des responsabilités », a ajouté Bernard Cazeneuve, qui a souligné qu'il avait « dans cette attente prononcé à titre conservatoire la suspension des policiers mis en examen ». Un peu plus tôt, le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux avait condamné « de la façon la plus forte toutes les violences qui ont eu lieu durant le week-end » et appelé « au calme », « à la responsabilité, à la sérénité, à la confiance dans la justice ». Dimanche, pour la première fois depuis la brutale interpellation de Théo, des violences urbaines ont eu lieu en dehors de la Seine-Saint-Denis.

À Argenteuil dans le Val-d'Oise, onze personnes, dont huit mineurs, ont été interpellées, après des heurts avec les forces de l'ordre, l'incendie d'un véhicule et le caillassage d'un bus. En Seine-Saint-Denis, dix jeunes, tous mineurs, ont été interpellés. Originaires du Blanc-Mesnil, ils ont été arrêtés après des dégradations à Drancy, la commune voisine, a indiqué une source policière.

Le Premier ministre a néanmoins rappelé "l'émotion légitime" autour de cette affaire. Dimanche, 21 personnes ont été interpellées après des violences.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu