Avertir le modérateur

Présidentielle 2017: Jean-Luc Mélenchon, grand tribun et partisan de la vague du "dégagisme" interpelle Benoît Hamon !

Présidentielle 2017: Jean-Luc Mélenchon, grand tribun et partisan de la vague du "dégagisme" interpelle Benoît Hamon !

Jean-Luc Mélenchon est le premier homme politique français a avoir sa chaîne You tube, son initiative est copiée par d'autres mais pas égalé. Cela n'a pas empêché François Fillon, le candidat présidentiel de la droite et du centre de le qualifier de"Fidel Castro de YouTube", de "rouge de chez les durs"! Jean-Luc Mélenchon, le Président de la "France Insoumise", est partisan de la vague du "dégagisme" dans la classe politique française. Dans sa vidéo reçue sur notre comtre twitter https://twitter.com/FreddyMulongo, Jean-Luc Mélenchon interpelle Benoît Hamon "Choisissez entre nous et eux". Ancien Ministre de Mitterrand et Jospin, Sénateur PS, après 32 ans de bons et loyaux services a quitté le parti socialiste. Après le Front de gauche, le grand tribun préside la France insoumise.

Ancien Ministre de Mitterrand et Jospin, Sénateur PS, après 32 ans de bons et loyaux services a quitté le parti socialiste, après le Front de gauche, le grand tribun préside la France insoumise. Sur son blog, Jean Luc Mélenchon donne des précisions sur le dégagisme !Après une semaine d’ubuesques publications de résultats, qui ne furent jamais ni définitifs ni exacts, le deuxième tour de la primaire du PS s’est déroulé dans les conditions ordinaires : saturation médiatique intense, amandine cécité sur le bilan des candidats et le contenu précis de ce qu’ils avançaient. Mais cela n’est pas une nouveauté et, par conséquent, cela ne mérite pas qu’on s’y arrête. L’évènement c’est que le PS a organisé une primaire hors du commun. Sa tenue a d’abord auto-bloqué et asphyxié son président sortant en exercice. Puis elle a conduit à faire voter massivement contre le Premier ministre qui a été l’inspirateur du quinquennat. Le fait n’est donc plus la primaire mais ce qui s’exprime à travers elle.

Considérée vue de haut, la situation manifeste un moment particulièrement fort dans la maturation du phénomène «qu’ils s’en aillent tous». L’insoumission, annoncée par le nom de notre mouvement, partait du constat que ce phénomène travaille en profondeur notre société. Ce phénomène que les Tunisiens avaient nommé le « dégagisme » par référence au slogan omniprésent de leur révolution démocratique à l’adresse du PS de Ben Ali : « dégage ». Car ce résultat est totalement inédit pour un exercice du type d’une primaire.

On doit donc en déduire que tout cela constitue une tendance lourde du moment politique. C’est cette pulsion « dégagiste » qui ouvre les saisons de grand remuement des sociétés. L’épisode Fillon et ses emplois familiaux au Parlement vont sans aucun doute accroitre la rage et le dégoût qui labourent la profondeur de la société. Peu de fois dans ma vie politique j’ai senti autant d’exaspération que j’en observe maintenant. Et on devine que la tendance « dégagiste » de la société va s’amplifier après ce qui sera ressenti comme un succès. Que l’instrument au PS en ait été Benoît Hamon, qui a chanté des paroles si proches des nôtres, est une source de satisfaction supplémentaire. Car dans le combat politique il est essentiel de commencer par l’élargissement de la surface d’usage des mots que vous employez.

Pour moi, sixième République, planification écologique, indépendance de la France, couvrent désormais un champ plus large que celui qu’ils occupaient lorsque nous étions seuls à les prononcer. Que pour désigner son candidat le PS ait préféré nos mots à ceux de son propre gouvernement est un fait qui donnera ses fruits le moment venu. Sans hégémonie culturelle, un programme a les plus grandes peines à avancer. À présent, les gens sérieux, qui sont les plus nombreux, s’intéresseront au contenu, à la cohérence du programme qui se déduit de ces mots. J’estime que le programme historique « L’Ère du peuple » et sa traduction dans « L’Avenir en commun » forment un tout qui, dorénavant, est adossé à une vague dans notre pays. C’est à nous qui avons porté ce choix tant d’années d’être à la hauteur pour le rendre victorieux. La campagne des « insoumis » et ma candidature sont là pour cela. Rien que pour cela.

 

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu