Avertir le modérateur

  • Photos. Jean-Marc Ayrault à la Fédération Protestante de France

    Photos. Jean-Marc Ayrault à la Fédération Protestante de France

    Les protestants en France sont une minorité chaleureuse, intello et agissante. Les protestants français participent d'une manière originale et forte au "génie du pays". Ils représentent traditionnellement environ 3 % de la population française, ce que le sociologue Jean-Paul Willaime attribue à la croissance des mouvements évangéliques. 25 % des protestants français sont évangéliques, 45 % sont membres de l'Eglise Protestante Unie (fusion de l'église réformée et luthérienne). 40 % des protestants ont moins de 30 ans. Ils sont en majorité progressistes en matière sociale (97 % défendent l’utilisation d’un préservatif) et hétérogènes en politique. 78 % sont pour la laïcité. 25 % des pasteurs français sont des femmes. Depuis François Mitterrand, il y a eu une pléiade de protestants sous la Vème République :Gaston Defferre, Pierre Joxe, Michel Rocard, Lionel Jospin, Jacques Baumel, Couve de Murville, Robert Hoeffel…En ce jeudi 9 janvier 2014, il est 18h45 lorsque Jean Marc Ayrault arrive à la Fédération Protestante de France, au 47 rue de Clichy à Paris. Il s'adresse aux journalistes sur l'affaire Dieudonné, l'humoriste et entre dans la salle où une centaine des convives l'attendent. Cela fait plusieurs années que je n'avais plus foulé mes pieds à la maison du protestantisme, je retrouve Jean Baubérot qui fut mon professeur sur la laïcité à la Sorbonne, Laurent Gagnebin, ancien Doyen de la Faculté Protestante de Paris, Olivier Abel, philosophe et président du Fonds Ricœur, Madame Geneviève Jacques, Présidente de la Cimade, Pierre Alain Bérend, ancien directeur de l’hebdomadaire "Le Christianisme au XXè Siècle" qui m'accepta comme stagiaire dans son journal avant d'animer des émissions radios à Fréquence Protestante...

    Reportage Photos

    Dès son arrivée, Le premier ministre Jean-Marc Ayrault s'adresse aux journalistes dans la cour de la Fédération Protestante de France sur la décision de la Cour Constitutionnelle d’interdire le spectacle de Dieudonne Mbala

    Comme à l'accoutumée, Jean Marc Ayrault salue des personnes qui personnes qui se retrouvent sur son passage. Et ce sont des nonnes boudhistes qui sont saluées

    Le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération Protestante de France, fait son discours qui peut se résumer par les protestants protestent et contestent mais croient en la laïcité de la République et s'attachent à la loi 1905 de la séparation de l'Eglise et de l'Etat

    Laurent Schlumberger, président de l'église protestante unie de France et Pierre Joxe, ancien ministre de l'intérieur de François Mitterrrand

    Cadeau inattendue de la Fédération Protestante de France au Premier ministre Jean-Marc Ayrault: "L'encyclopédie du protestantisme"

    Mme Victoria Kamondji, vice présidente de la FPF, membre de la CEAF (Communauté des Eglises d’expressions africaines de France), Jean-Marc Ayrault et François Clavairoly, président de la FPF

    Pierre Joxe, ancien ministre socialiste, notamment à l'Intérieur et à la Défense, et ancien Premier président de la Cour des comptes, Pierre Joxe est membre du Conseil constitutionnel de 2001 à 2010. Il est avocat au barreau de Paris depuis 2010 où il défend les droits des mineurs

    Jean Baubérot, est un historien et sociologue français, professeur émérite spécialiste de la sociologie des religions et fondateur de la sociologie de la laïcité. Après avoir occupé la chaire d'« Histoire et sociologie du protestantisme » (1978-1990), il a été titulaire de la chaire d'« Histoire et sociologie de la laïcité » (1991-2007) à l’École pratique des hautes études dont il est le président d'honneur et professeur émérite. Il a écrit vingt-sept ouvrages, dont un roman historique, et a dirigé six livres collectifs. Il est le coauteur d'une Déclaration internationale sur la laïcité signée par 250 universitaires de 30 pays

    Olivier Abel est un philosophe français et protestant. Il est le digne héritier de la pensée de Paul Ricoeur dont il dirige la fondation

    L'aumônier en chef Stéphane Rémy, Jean-Marc Ayrault et le pasteur François Clavairoly

    Les sœurs de Reuilly

     

    Fondée en 1905, la Fédération protestante de France rassemble, en 2012, plus d'une trentaine d'unions d'Eglises, et plus 80 associations, représentant environ 500 Communautés, Institutions, Œuvres et Mouvements pour un témoignage commun.
  • Photos. Jean-Marc Ayrault à la Fédération Protestante de France

    Pour défendre la République, « les protestants protestent et contestent »

    La cérémonie des vœux de la Fédération protestante de France (FPF), qui s’est déroulée jeudi 9 janvier au soir à la Maison du protestantisme à Paris, a été marquée par une certaine gravité, son président, François Clavairoly, puis le premier ministre Jean-Marc Ayrault prenant la parole alors que le Conseil d’État n’avait pas encore rendu son ordonnance de référé sur l’interdiction du spectacle de l’humoriste Dieudonné, deux heures plus tard à Nantes. L’annonce de l’interdiction est intervenue au cours des discours.

    Le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération Protestante de France, en présence du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, jeudi soir 9 janvier à Paris.

    Jean-Marc Ayrault, le Premier ministre a parlé de la laïcité et de l'apport des protestants à la République

    Dans sa première allocution en tant que président de la Fédération protestante de France, François Clavairoly a évoqué les dangers qui menacent l’idéal républicain, au rang desquels le racisme et l’antisémitisme.

    « Devant les discours qui, parfois caché derrière le paravent de l’humour ou de la pensée politique, distillent la haine, encouragent le dénigrement systématique d’autrui et des institutions de ce pays, et finalement versent méchamment, comme par hasard, dans le racisme et l’antisémitisme, les protestants protestent et contestent. Je veux vous le dire aujourd’hui sans hésitation aucune, en présence des représentants de la communauté juive que je salue fraternellement », a indiqué François Clavairoly.

    L’avenir, une promesse, non une menace

    Car c’est en défenseur d’un « vivre ensemble réconcilié » que s’est présenté le président de la FPF, affirmant sa confiance dans « l’autorité de la République », « dont le protestantisme français reconnaît la valeur et la promesse ».

    « C’est qu’au moment où notre pays traverse des temps difficiles, au moment où beaucoup de nos contemporains éprouvent ce sentiment désagréable du désarroi, devant les mutations et les crises, et qu’ils sont bousculés par les remises en questions des choses qu’ils croyaient à tort sans doute inamovibles ou intouchables, je veux exprimer devant vous, en forme de vœux, l’expression de notre conviction que je résumerai par trois mots : la confiance, la responsabilité et la persévérance » a-t-il affirmé.

    Jean-Marc Ayrault et le pasteur François Clavairoly

    Avant de poursuivre, solennel : « Monsieur le premier ministre, devant le désarroi, les protestants choisissent la confiance. Et ils acceptent l’avenir non pas comme une menace mais comme le lieu d’une promesse encore inaccomplie à laquelle ils seront associés, la promesse d’une vie partagée où le plus vulnérable est accueilli et non pas humilié, où celui qui n’est pas attendu est pourtant reçu, soigné, relevé. C’est le sens de leurs engagements par l’action sociale, caritative et solidaire. Ils comptent sur le soutien de la République qui est ici l’affaire de tous et de vous en particulier, dans l’intérêt général. »

    C’est ainsi que François Clavairoly a rappelé l’engagement des protestants sur des thèmes comme l’accueil des étrangers mais aussi le thème de la fin de la vie, au sujet duquel il a annoncé la publication d’une déclaration, lundi 13 janvier.

    « La laïcité n'est pas la négation du fait religieux »

    « Je sais que les protestants sont préoccupés par l’évolution de débats de société, tels que ceux relatifs à la fin de vie. Le Gouvernement a pris connaissance de l’avis du panel de citoyens, intervenant après celui de la Commission Sicard et celui du Comité consultatif national d’éthique. Il sera procédé à des consultations complémentaires avec tous les acteurs concernés, notamment avec les représentants des religions. Vous aurez ainsi l’occasion de faire connaître votre position sur ce sujet qui touche à l’intime de chaque conscience et appelle, à cet égard, un traitement empreint de mesure, ce qui n’exclut pas l’expression de divergences et la confrontation des points de vue », lui a répondu le Premier ministre.

    « Je connais également la permanence de votre engagement solidaire en faveur des personnes souvent marginalisées, victimes de discriminations. Je pense en particulier aux gens du voyage ou aux personnes issues de l’immigration. Je tiens à saluer, à travers vous, tous les responsables des associations et des œuvres qui accomplissent un travail remarquable dans des circonstances souvent difficiles et qui offrent à des personnes en détresse ou confrontées à des épreuves, un accompagnement humain et social précieux. Il est essentiel que sur tous ces sujets, le dialogue soit constant entre nous, afin que la vigilance que vous exercez contribue à une meilleure prise en compte de ces exigences dans l’évolution des politiques publiques que le gouvernement porte », a poursuivi Jean-Marc Ayrault.

    Le Premier ministre a, par ailleurs, profité de son allocution devant le monde protestant pour faire un éloge de la laïcité à la française.

     

    « La laïcité n’est pas la négation du fait religieux. La laïcité est un principe républicain tout à la fois solide, car il est profondément ancré dans l’histoire de notre pays, mais il est aussi fragile dans la mesure où il est au cœur des évolutions les plus sensibles de notre société. (…) Alors que l’année 2014 ouvre une nouvelle feuille blanche, je souhaite que les mois qui viennent nous permettent de conforter cette approche et de poursuivre nos échanges dans la confiance et l’apaisement », a-t-il indiqué.
  • Neuf "Barbourzes liquidationistes" du régime de Kinshasa pour assassiner le prophète Paul Joseph Mukungubila en Afrique du Sud

    Neuf "Barbourzes liquidationistes" du régime de Kinshasa pour assassiner le prophète Paul Joseph Mukungubila en Afrique du Sud

    Le 26 janvier 2014, cela fera treize ans que Joseph Kabila a été catapulté à la tête de la République démocratique du Congo par la mafia internationale. Par cynisme et objectif d'un pillage organisé des ressources du Congo, on a donné à un adolescent chauffard une bolide ferrari. Ancien taximan, l'adolescent a commencé à faire du rallye sur des routes cahoteuses avec la ferrari. Depuis qu'il règne par défi sans légitimité et toute illégalité, le "Raïs", "l'incapacitaire de Kingakati" a instauré en République démocratique du Congo le règne de la terreur. Exécutions extrajudiciaires, arrestations arbitraires, procès fantaisistes, détentions illégales deviennent un modus operandi pour installer la peur panique dans les esprits. Objectif : consolider un pouvoir aux abois. Mais le "Raïs" n'agit pas seul, il a ses côtés des dinosaures Mobutistes ventripotents qui sont devenus des Mammouths Joséphistes. Repus, des opportunistes, situationnistes, confusionnistes, arrivistes et parvenus se sont alliés pour mieux dépecer le Congo et dirigent le pays comme si c'était leur ligablo!.

    Dans un pays normal on n'agit jamais dans la précipitation. Pour être intervenu sur les antennes de RFI pour dénoncer le massacre de ses fidèles, il est officiellement catalogué comme coupable. Dans un pays normal on laisse la justice faire son travail. C'est à elle de dire qui est coupable, qui est victime...Mais pas une justice inféodée, encartée et embrigadée comme celle qui soutient le régime dictatorial d'alias Joseph Kabila. Si le prophète Paul Joseph Mukungubila qui est accusé de tous les maux était coupable de la tentative du faux coup d'Etat du 30 décembre dernier. C'est à la justice de le déterminer et non pas des vuvuzélateurs et coupagistes à la solde du régime. Il y a eu carnage de 103 congolais à Kinshasa, la capitale et 68 autres dans à Lubumbashi dans le Katanga le 30 décembre dernier. On incrimine jamais quelqu'un sans des preuves probantes. Sans prendre partie, rien jusqu'à présent ne prouve que ce sont les partisans. Ce n'est pas parce que quelques jeunes ont portés des T-shirt à l’effigie du prophète Jean-Paul Mukungubila est coupable ! Ce n'est pas non plus parce que des jeunes ont scandé son nom qu'il est coupable ! Dissoudre une église, procéder aux arrestations arbitraires des fidèles, taxer le prophète Paul Joseph Mukungubila d'illuminé comme les coloniaux esclavagistes avaient qualifié Tata Simon Kimbangu qui tentait de conscientiser son peuple, c'est du déjà vu et cela n'impressionne personne. Aller jusqu'à procéder aux arrestations inopportunes et intempestives de membres de famille de Mukungubila dans le Kabalo au Katanga, c'est de la folie meurtrière qu'enclenche le régime dictatorial. Dire que des criminels de guerre comme Laurent Nkundabatwaré, Jules Mutebusi, Bosco Ntangana, Steve Matenga n'ont jamais répondu de leurs crimes contre l'humanité...Il faut une justice indépendante, neutre et impartiale pour juger ce qui s'est réellement passé à Kinshasa et Lubumbashi le 30 décembre 2013.


    Arrestation Brutale de 64 disciples de... par VoiceOfCongo

    Quand l’injustice devient loi, la résistance est un devoir ! Ce ne sont pas des imposteurs et usurpateurs qui doivent décider qui doit parler de la politique ou non au Congo ! Tout Congolais a le droit et devoir de veiller sur bon fonctionnement du pays. Les illuminés sont tous ces ventripotents qui ont pris les institutions républicaines en otage. Au fait, Joseph Kabila est otage de tous les apparatchiks et barons de son régime sanguinaire. Ils ont besoin de lui comme lui a besoin d'eux. Le régime de Kinshasa a envoyé neuf barbourzes liquidationistes pour assassiner le prophète Paul Joseph Mukungubila, est-ce que c'est une solution ? La meilleure solution serait que la justice sécurise tout le monde y compris le prophète Paul Joseph Mukungibila qui est présumé innocent. Ce n'est pas aux Vuvuzélateurs et politicailleurs de faire la loi. Surtout avec pas avec des institutions illégitimes sans crédibilité. Joseph Kabila arrivera-t-il à assassiner tous ceux qui réfutent son régime ?

    A force de croire qu'en zigouillant tout le monde, on se perd dans cette folie meurtrière. d'un régime honni et aux abois.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu