Avertir le modérateur

  • Pathétique: Joseph Kabila joue au "Joe le Taxi" avec sa jeep sur la route Bunia-Beni !

    Pathétique: Joseph Kabila joue au "Joe le Taxi" avec sa jeep sur la route Bunia-Beni !

    Les thuriféraires, courtisans, apparatchiks et barons du régime de Joseph Kabila n'ont qu'à bien se tenir. Comment les Djaleloïstes qui nous ont enfariné avec "Les 5 chantiers" bidons croient-ils qu'ils peuvent continuer à nous bananer avec "La révolution de la modernité" imaginaire ? Cela fait 12 ans que Joseph Kabila règne par défi en République démocratique du Congo, sur son compteur d'imposteur et usurpateur, il y a 12 millions de morts congolais et 25 milliards planqués dans les îles vierges. Avez-vous vu l'état de nos routes dans la Province Orientale ? Où sont donc passés les contrats léonins avec des Chinois: pillage des ressources minières congolaises contre les infrastructures ? Et des médias coupagistes, louangeurs du régime de Kinshasa veulent nous faire croire que c'est pour palper les réalités que Joseph Kabila au volant de la Jeep de la République fait le rallye sur la route Bunia-Beni, il s'embourbe le plus souvent possible. Le job du président de la République n'est pas facile, si on n'est pas légitime et qu'on dirige par défi, par imposture et usurpation, c'est encore plus difficile. Trois semaines après l'écrasante victoire des Fardc face aux miliciens tutsi rwandais du M23, Joseph Kabila joue au "Joe le Taxi" sur les pistes congolaises-qui n'ont rien des routes. Alors qu'un bon président devrait d'abord aller au front encourager et féliciter les Fardc et parler avec nos populations. L'OVNI que la mafia internationale a placé à la tête de la République démocratique du Congo pour mieux la liquider en tant qu'Etat-nation et pour mieux la piller ne connait toujours pas son job, 12 ans après !

    Joseph Kabila joue au "Joe le Taxi" avec sa jeep sur la route Bunia-Beni !

    C'est vraiment pathétique, cette image qui montre à quel point le Congo est embourbé par le régime d'alias Joseph Kabila.

  • Etats-Unis: Les filles de Dick Cheney lavent leur linge sale en public

    Etats-Unis: Les filles de Dick Cheney lavent leur linge sale en public

    La fille aînée de l'ancien vice-président, Liz, ambitionne d'entrer au Sénat et affiche ses convictions, anti-mariage gay qui heurtent sa cadette, Mary, elle-même homosexuelle. Les deux sœurs s'invectivent depuis par médias et réseaux sociaux interposés. Dans la famille Cheney, il y a Dick, ex-vice-président du regrettable Doubleyou Bush. De la race des républicains musclés, Dick est de ceux qui aiment la torture et envahir l'Irak. Bref, l'ambiance est pourrie chez les Cheney et leur Thanksgiving est déjà plus plombé que toute dinde ! Dick a bien tenté de désamorcer cet enfer en lançant que "l'amour et le respect" ont toujours régné dans la famille. Mais n'est pas casque bleu qui veut: Il était plus crédible quand il soutenait que l'Irak avait des armes de destructions massives.

    Mary et Dick Cheney lors d'une cérémonie en 2011.

    Les fêtes de fin d'année s'annoncent électriques dans la famille de l'ancien vice-président américain Dick Cheney. Ses deux filles se sont livrées ce week-end à une session de règlement de comptes en direct par médias et réseaux sociaux interposés. En cause leur vision sur le mariage gay. L'aînée, Liz, est contre et a multiplié les déclarations à ce sujet, la cadette, Mary, vit depuis plusieurs année avec sa compagne qu'elle a épousée en 2012. On dit que c'est elle qui a convaincu son père Dick de soutenir l'union entre deux personnes du même sexe.

    Liz Cheney fait campagne pour être investie candidate au Sénat par le Parti républicain dans le Wyoming. Pour cela, elle doit vaincre dans une primaire l'actuel propriétaire du siège, élu depuis 1997. Mike Enzi accuse constamment Liz de ne pas être une vraie conservatrice et d'être une simple parachutée. Liz Cheney est donc apparue dimanche sur Fox News pour réaffirmer son opposition au mariage gay et sa conviction que cette question devait être réglée par les Etats et non au niveau fédéral. «J'adore ma sœur Mary et sa famille, mais je crois à la définition traditionnelle du mariage, l'union entre une femme et un homme», a-t-elle déclaré, «avec ma sœur, nous serons toujours en désaccord sur le sujet».

    Mary prête à «compliquer» la campagne de sa sœur

    Ces propos ont fait bondir Mary Cheney et son épouse Heather Poe qui ont répliqué sur Facebook. Heather Poe s'est dite «très déçue». «Liz a été régulièrement reçue chez nous et a partagé nos vacances. Lorsque j'ai épousé Mary, elle nous a dit combien elle était heureuse pour nous», écrit Heather Poe. «Qu'elle dise désormais qu'elle ne défend plus notre droit à être marié est insultant», ajoute-t-elle. Mary Cheney a reproduit sur sa page Facebook le message de sa compagne avec le commentaire «Je n'aurais pas dit mieux: Liz, ce n'est pas seulement un sujet sur lequel nous sommes en désaccord, mais une question sur laquelle tu es du mauvais côté de l'Histoire».

    Mary et Liz Cheney avec leur mère dans des temps plus unis.

    Ce n'est pas la première fois que les sœurs Cheney s'écharpent en public. En août déjà, Mary estimait sur Facebook que sa sœur «avait tout faux». Mais cette fois, la brouille semble partie pour durer et s'envenimer. Mary Cheney a expliqué au New York Times qu'aucune réconciliation ne serait possible tant que Liz n'aurait pas changé d'avis sur le mariage gay. Elle ne lui a pas parlé depuis cet été. «Ce qui me surprend c'est que ma sœur prétend vouloir être un leader d'une nouvelle génération mais professe des opinions rétrogrades qui avaient cours il y a 20 ou 30 ans». Liz Cheney serait exaspérée par les publications rageuses de sa sœur sur Facebook, trouvant cette attitude hypocrite puisque consultante politique, Mary Cheney avait participé à la campagne de réélection de George W. Bush en 2004. Or l'ancien locataire de la Maison-Blanche est opposé au mariage gay.

    D'ores et déjà, Mary Cheney annonce qu'elle ne verra pas sa sœur lors des festivités de Thanksgiving et a suggéré que cela ne la gênait pas le moins du monde de compliquer la campagne de sa sœur. La primaire aura lieu en août 2014.

    Pour le moment, les sondages donnent deux points d'avance au rival de Liz Cheney.
  • François Hollande rend hommage à un Jacques Chirac affaibli à la remise des prix de sa Fondation

    François Hollande rend hommage à un Jacques Chirac affaibli à la remise des prix de sa Fondation

    Jacques Chirac et François Hollande, le 21 novembre 2013 à la remise des prix de la Fondation Chirac au musée du quai Branly.

    François Hollande ému donnant une chaleureuse accolade à un Jacques Chirac très affaibli : ce moment rare a eu lieu jeudi 21 novembre au musée parisien du Quai Branly, où s'étaient glissés de nombreux ténors de la "Chiraquie".

    Le président socialiste a assisté à la remise du cinquième prix de la Fondation Chirac pour la prévention des conflits, décerné à deux défenseurs de la cause des femmes en Afrique. L'occasion d'une rare sortie publique pour Jacques Chirac, qu'une santé de plus en plus vacillante a tenu éloigné des médias depuis son départ de l'Elysée, au printemps 2007.

    Les deux hommes sont arrivés ensemble dans l'auditorium du musée, l'épaule de François Hollande servant de soutien à son prédécesseur appuyé sur une canne, qui a laissé sa fille Claude s'exprimer en son nom à la tribune.

    UNE VISITE LORS DE L'ÉTÉ 2012

    Dans son discours, François Hollande a dit son "plaisir" de retrouver Jacques Chirac "en dehors de notre Corrèze commune". Le département du sud du Massif central est le berceau politique des deux présidents. A Tulle, en 2011, Jacques Chirac avait d'ailleurs créé la surprise en déclarant qu'il voterait Hollande, au détriment du candidat de son camp, Nicolas Sarkozy.

    Lors de son premier été de président, François Hollande était allé rendre visite à Jacques Chirac, dont l'épouse, Bernadette Chirac, est élue de la Corrèze, dans leur château de Bity.

    Le chef de l'Etat a salué jeudi les combats menés par Jacques Chirac, au pouvoir de 1995 à 2007, de la lutte contre le racisme à son refus d'engager la France dans la guerre en Irak en passant par son combat contre le réchauffement climatique. En 2002, en Afrique du Sud, "vous nous préveniez que la maison brûlait, elle se consume encore", a-t-il dit, rappelant que la France organiserait une conférence mondiale sur le climat en 2015.

    DES "CHIRAQUIENS" DANS L'ASSISTANCE

    L'ancien premier ministre Alain Juppé et Claude Chirac, la fille de l'ex-président de la République, pendant la remise des Prix pour la prévention des conflits.

    Dans l'auditoire, on pouvait reconnaître quelques ministres – Manuel Valls, Marylise Lebranchu, Yamina Benguigui – mais surtout de nombreux proches de Jacques Chirac, qui sont venus saluer leur mentor en fin de cérémonie. Ont notamment répondu à l'appel l'ancien premier ministre Alain Juppé, l'homme d'affaires François Pinault et les anciens ministres Michel Barnier, Michèle Alliot-Marie et François Baroin. Bernadette Chirac était présente.

    Membre du conseil d'administration de la Fondation, Claude Chirac a pris la parole, ce qu'elle faisait très rarement lorsqu'elle était conseillère à l'Elysée. "Mon père mesure plus que tout autre combien cette mission est difficile pour moi", a-t-elle déclaré, avant de rapporter dans un sourire les conseils paternels : "Bon, fais court, articule, et surtout n'oublie rien sur nos deux lauréats qui sont des personnalités admirables. Bref, essaie d'être à la hauteur !"

    Les lauréats des Prix pour la prévention des conflits 2013 sont Denis Mukwege, pour son action en faveur des femmes victimes de viols dans les conflits armés, et l'association Femmes Africa solidarité, représentée par Bineta Diop. "Il est rare de réunir deux présidents, et nous sommes très honorés par leur présence, par cette adhésion commune autour des drames, des violences subies par les femmes congolaises", a déclaré le docteur Mukwege, qui soigne au péril de sa vie des femmes violées en République démocratique du Congo.

     

    François Hollande a pour sa part prononcé un plaidoyer en faveur de la défense des femmes maltraitées. "Ces femmes-là sont pour nous les femmes de l'avenir, des femmes dignes, des femmes fières, des femmes qui se tournent vers la France et ne seront jamais déçues."
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu