Avertir le modérateur

  • Tripatouillage Constitutionnelle: Evariste Boshab-Bob Kazadi Kabamba, les Dupond-Dupont congolo-belges, faussaires et fossoyeurs du Congo

    Tripatouillage Constitutionnelle: Evariste Boshab-Bob Kazadi Kabamba, les Dupond-Dupont congolo-belges, faussaires et fossoyeurs du Congo

    Ténébreux, ombrageux, embrouilleurs, adeptes de l'adage:"science sans conscience n'est que ruine de l'âme", Evariste Boshab et Bob Kabamba Kazadi sont les Dupond-Dupont congolo-belges, fossoyeurs patentés de la République démocratique du Congo. Chaperonner par Louis Michel "Big Loulou" leur grand parrain, Evariste Boshab et Bob Kabamba Kazadi sont deux pseudos intellectuels, deux chiens de garde dressés par des néocoloniaux et néocolonialistes pour mieux casser la République démocratique du Congo, l'empêcher de décoller et servir au mieux leurs intérêts: pillages organisés des ressources ! Un Grand Congo violé, fragile, très faible, caporalisé, divisé, incapable de se défendre, ni de défendre ses citoyens les poussant à l'exil est du pain bénit pour des belges nécoloniaux et néocolonialistes, qui sont conscients que la Belgique ne pèse pas sans le Congo même faisant partie de l'union européenne. Opportunistes, situationnistes, transpirant la corruption, aimant la vie facile et du lucre, Evariste Boshab et Bob Kabamba Kazadi sont des vrais ennemis du Congo ! C'est Louis Michel "Big Loulou" qui a placé ce faux opposant anti-mobutiste, Evariste Boshab politicailleur ventripotent auprès de Joseph Kabila comme son Directeur de cabinet durant la transition 1+4=0, pour mieux manipuler le petit Kadogo et influer sur les décisions. Evariste Boshab est un ancien étudiant de la fameuse université de Liège qui est financée par le MR, le parti de Louis Michel. Quant à Bob Kabamba Kazadi, réputé pour ses fourberies et roublardises, il est plus connu comme le garçon de course de "Big Loulou", le Muana Bitinda de Louis Michel. Son évolution à l'université de Liège il le doit au piston de Louis Michel. Evariste Boshab et Bob Kabamba Kazadi sont franc-maçons, ils sont les seuls deux congolo-belges que Louis Michel a coopté à l'équipe belge qui a rédigé la Constitution de Liège aux allures monarchiques imposée aux Congolais pour maintenir Joseph Kabila à la tête du Grand Congo. Constitution de Liège adoptée a la va-vite par des députés godillots lors de la transition contre espèces sonnantes et trébuchantes et les jeeps X-Trail. C'est Olivier Kamitatu, un autre faussaire et fossoyeur de la République, alors président de l'Assemblée National de transition contribua à la forfaiture de l'adoption de la Constitution de Liège.

    Evariste Boshab, mangeriste ventripotent, opportuniste et situationniste sans scrupule.

    Bob Kabamba Kazadi, le garçon de course de Louis Michel, Muana ya Bitinda de "Big Loulou.

    Le Congo a raté l'occasion de devenir une vraie démocratie dans la région de l'Afrique centrale avec les élections Louis Michel 2006, en imposant Joseph Kabila à la tête de la République démocratique du Congo par un premier hold-up électoral.

    N'ayons pas de mémoire courte pour l'histoire de notre pays ! L'incapacitaire du Palais de la Nation et fermier de Kingakati sans consulter le Parlement congolais donna son aval en catimini à l'opération armée conjointe rwando-congolaise au Nord-Kivu contre les FDLR (Front de Libération du Rwanda) entre le 20 janvier et le 27 février 2009. Cette opération secrète du nom de code Umoja Wetu négociée par Congolais Joseph Kabila et Paul Kagamé, le Nazi de Mille Collines, tous deux issus de l'armée patriotique Rwandaise, le groupe rebelle tutsi qui envahit le Rwanda de 1990 à 1994 à partir de l'Ouganda, souleva un tollé de protestations.

    Vital Kamerhe qui était au perchoir de l'Assemblée nationale déclara publiquement son opposition et critiqua le fait qu’une entrée au Congo de l’ex-armée ennemie n’ait pas été discutée au Parlement. Des Joséphistes mangeristes et mangercrates crièrent à la déloyauté de Kamerhe à l'égard de Jo Ka. Acculé, Vital Kamerhe démissionna le 26 mars 2009. Qui l'a-t-il remplacé à la présidence de l'Assemblée nationale ? Evariste Boshab !

    Ce dernier qui n'a jamais été une lumière, le pseudo professeur n'hésita pas à corrompre les députés et sénateurs de la Majorité Présidentielle pour tripatouiller la Constitution de Liège. Afin d'éviter à l'aphone de la République, un débat démocratique entre les deux candidats arrivés en lice au premier tour-déjà Modeste Mutinga Mutuishayi, fourbe, roublard et grand requin alors président de la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM), étouffoir des libertés s'était fait corrompre et avait annulé ce débat démocratique inscrit dans la Constitution de la Transition. Modeste Mutinga Mutuishayi a été récompesé,il est le Rapporteur au Sénat pour le compte de Joseph Kabila.

    Pour les scrutins du 28 novembre 2011, Evariste Boshab et des parlementaires godillots corrompus de la Majorité Présidentielle vont tripatouiller la Constitution de Liège reduisant les deux tours à un tour alors que la RDC a plus de 70 millions d'habitants, soit 32 millions d'électeurs. Dans le viseur de cette décision, sans doute Etienne Tshisekedi, le plus populaire d'acteurs politiques à l'époque. Evariste Boshab obtint de Joseph Kabila qu'il sera son nouveau Premier ministre, promesse que Jo ka ne tiendra jamais ! C'est Matata Pognon qui sera nommé ! Devenu l'ombre de lui même après l'accident mortel de son loubard de fils Yan Boshab en état d'ébrieté au volant de la jeep officielle causant la mort de 5 congolais. Le professeur et Président national Boshab ne trouva mieux que d'extirper son fils à la justice congolaise en l'envoyant à Liège en Belgique !

    Depuis qu'il a quitté le perchoir de l'Assemblé nationale, Boshab cherche à rebondir. Il vient de publier un livre de 440 pages intitulé « Entre la révision constitutionnelle et l’inanition de la nation » sorti des éditions Larcier en Belgique, baptisé à l’Hôtel du Fleuve, loin des milieux universitaires de Kinshasa, en date du 19 juin 2013. Le mot « inanition » évoque la mort ou le dépérissement. Evariste BOSHAB menace et prédit que la Nation mourrait certainement par « inanition » si one ne révisait pas la Constitution et plus précisément si le président ne recevait pas un troisième mandat par « révision totale » de la Constitution ! Il oublie ce qui pourrait aussi se produire au cas où le peuple recourait à l’article 64 qui l’oblige à faire échec à tout celui qui prend le pouvoir et l’exerce en violation de la Constitution.

    En bon capitaine d’une équipe qui gagne souvent « hors-jeu », Evariste Boshab tire son coup franc indirect ou un corner dans la surface de réparation pour créer le cafouillage et permettre aux corrompus parlementaires de sa majorité de marquer le but fatidique qui serait une révision constitutionnelle.

    cet article 220 interdit toute révision touchant à la forme républicaine de l’Etat, au principe du suffrage universel, à la forme représentative du gouvernement, au nombre et à la durée des mandats présidentiels, à l’indépendance du pouvoir judiciaire, au pluralisme politique et individuel. L’article 220 interdit également toute révision constitutionnelle ayant pour objet ou pour effet de réduire les droits et libertés de la personne ou les prérogatives des provinces et des entités territoriales décentralisées.

    Un journal kinois titre:"Evariste Boshab à la base d’une opération « 100.000 USD par député pour un 3ème mandat ».

    ça spécule (...) dans tous les sens sur une mise de 100.000 dollars à mettre sur la tête de chaque député de la majorité, 50.000 à verser avant et le solde, si seulement l’opération aboutit à un succès. Les fonds proviendraient d’une mine déjà identifiée à “brader” dans la province cuprifère du Katanga, déjà mise sous coupe réglée.

     

    La Constitution ne se tripatouille pas tous les quatre matins ! Voir que des pseudos intellectuels avec de titres ronflants de "professeurs" se jouent des populations, trahissent leurs nations en justifiant l'injustifiable, quelle honte ! Evariste Boshab et Bob Kazadi Kabamba, les Dupond-Dupont congolo-belges, deux personnages ténébreux qui contribuent à la non instauration de la démocratie en République démocratique du Congo. Ils sont sans foi ni loi et se croient tout permis. Sauf que le Congo ne leur appartient pas, ce n'est pas leur ligablo, tripatouiller pour la énième fois pour permettre à Joseph Kabila de continuer à diriger par défi sans aucune légitimité et en toute illégalité est scandaleux.

    Les congolais ont le droit et le devoir de faire l'inventaire du joséphisme avec ses brontosaures, mammouths et dinosaures.

  • Malaisie: Jean-Marc Ayrault se fait le défenseur des PME françaises !

    Malaisie: Jean-Marc Ayrault se fait le défenseur des PME françaises !

    Lundi 29 juillet 2013, le Premier ministre français Jean-Marc Ayrault a visité le site Safran à Bandar Sri Sendayan, en Malaisie.

    A + Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a endossé le costume de VRP des entreprises françaises et de promoteur d’une France demandeuse d’investissements étrangers, en Malaisie lundi, tout comme en Corée du Sud jeudi dernier, afin de consolider les liens de la France avec les pays de l’Asie du Sud-Est, foyers de croissance.

    «Nous ouvrons un nouveau chapitre de nos relations». C’est en des termes identiques que le Premier ministre français et son homologue malaisien Najib Razak ont décrit l’état des relations entre les deux pays, lundi au cours d’une conférence de presse commune.

    Jean-Marc Ayrault est le premier chef de gouvernement français à se rendre dans cette puissance émergente, cinquième partenaire de la France en Asie et deuxième au sein de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean), depuis le voyage de Pierre Mauroy en 1982. Un geste qui a justifié que la rencontre soit possible alors que ce pays, musulman, est en période de ramadan. M. Ayrault était d’ailleurs convié à un dîner de rupture de jeûne, lundi soir, juste avant de repartir pour la France.

    Entre les déplacements du président François Hollande (Chine, Inde, Japon, Vietnam) et les siens (Singapour, Philippines, Cambodge, Thaïlande, Corée du Sud et Malaisie), «nous aurons visité quasiment tous les pays de la région», a souligné le Premier ministre.

    «C’est une stratégie délibérée de ne pas se limiter aux grandes puissances. Nous avons aussi décidé de nous rendre dans les puissances moyennes, parce qu’elles sont en pleine croissance», a-t-il expliqué, rappelant que cette démarche était identique en Amérique latine.

    L’accent mis sur les PME s’inscrit dans le même cadre. «On exporte environ 430 milliards d’euros par an, les grands contrats représentent quelques dizaines de milliards, ce qui veut dire que le commerce des PME représente environ 400 milliards. La stratégie du gouvernement est d’influer sur cette masse», a fait valoir un conseiller de M. Ayrault.

    «Ces années où on n’a pas agi dans cette direction sont des années perdues, et nous sommes en train de les rattraper», a affirmé M. Ayrault, pour qui «la France sous-estime parfois ses atouts» alors qu’elle est «attendue partout» et bénéficie d’une «image positive de savoir-faire, d’innovation, de culture».

    Etape d’une journée, la Malaisie connaît un taux de croissance économique de 5,6% et a entamé d’ambitieux chantiers (formation, liaisons ferroviaires, nouvelles technologies) pour devenir un pays dit développé à l’horizon 2020.

    «Nous avons un grand potentiel puisque nous avons la chance d’avoir en France de grands groupes mais aussi des PME, nombreuses à venir ici», s’est félicité M. Ayrault. Quelque 260 entreprises françaises sont implantées en Malaisie, très peu d’entreprises malaisiennes en revanche le sont en France.

    Au cours d’un forum d’affaires, M. Ayrault a tout simplement dit à l’adresse des Malaisiens : «Venez investir en confiance ! Vous attendiez un signe, je suis venu vous le donner», a-t-il déclaré, un discours qu’il avait aussi fait en Corée du Sud quelques jours plus tôt.

    La visite de Jean-Marc Ayrault semble avoir fait mouche. «Nous attendions ce moment depuis très, très longtemps !», a affirmé à quelques journalistes le ministre malaisien du Commerce international et de l’industrie, Mustapa Mohamed. «Nous nous demandions pourquoi la Malaisie n’était pas dans le radar des dirigeants français. Ca laisse présager des liens très étroits», a ajouté M. Mustapa, rappelant que sont pays est «le plus grand client en Airbus A320 et il y a beaucoup de grandes entreprises françaises en Malaisie et des PME aussi».

     

    «Donc, c’est une visite très importante, c’est un jalon, j’espère qu’il y aura plus d’échanges à l’avenir», a-t-il conclu.
  • Malaisie: Jean-Marc Ayrault rassure le Premier ministre Najib Razak sur l'huile de palme

    Malaisie: Jean-Marc Ayrault rassure le Premier ministre Najib Razak sur l'huile de palme

    Le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, a rassuré lundi sur le dossier sensible de l'huile de palme, dont la Malaisie est le deuxième producteur mondial, rappelant que la "taxe Nutella" n'avait pas été adoptée ni soutenue par son gouvernement. "Il faut éviter les malentendus: la France n'est pas hostile à l'huile de palme", a affirmé M. Ayrault lors d'une conférence de presse commune avec le Premier ministre malaisien Najib Razak. Il a rappelé que "c'était d'ailleurs un Français" qui avait diffusé le palmier à huile en Malaisie.

    Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

    Le Premier ministre malaisien Najib Razak.

    "Au parlement, une initiative avait été prise de taxer les produits contenant les huiles de palme. Cette proposition parlementaire n'a pas été suivie ni soutenue par le gouvernement. Donc il n'est pas du tout envisagé une pénalisation fiscale de l'huile de palme", a insisté le Premier ministre français.

    A l'automne dernier, le Sénat avait lancé un débat sur la dangerosité supposée de l'huile de palme destinée à l'alimentation humaine et accusée de favoriser l'obésité et la déforestation.

    Un amendement (PS) du Sénat proposait de surtaxer cette huile, une taxe baptisée "taxe Nutella", du nom de la populaire pâte à tartiner au chocolat qui en contient. L'initiative avait été reprise à l'Assemblée nationale par les écologistes, qui voulaient augmenter de 300% la taxe sur cette huile, mais elle a finalement été rejetée.

    "Quelques producteurs et distributeurs français ont pris l'initiative d'étiqueter des produits avec la mention +sans huile de palme+. Mais ce n'est absolument pas une initiative du gouvernement mais une initiative privée qui relève de la liberté du commerce", a aussi fait valoir M. Ayrault, qui a dit s'être entretenu "avec franchise" de ce dossier avec son homologue.

    Il a reconnu que c'était "un sujet sensible, notamment pour les petits producteurs ici qui en vivent".

    Toutefois, M. Ayrault a rappelé que "dès l'année prochaine, il va y avoir une réglementation européenne qui rendra obligatoires les indications du nom des huiles utilisées". "L'huile de palme ne sera pas traitée à part, elle sera traitée comme toutes les autres huiles", a-t-il dit.

    Les cours de l'huile de palme ont triplé ces dix dernières années, alimentant une déforestation galopante en Afrique et en Asie du Sud-Est. L'Indonésie et la Malaisie, premier et deuxième producteurs mondiaux avec 85% de la production, ont perdu plus de 11 millions d'hectares de forêts entre 2000 et 2010, soit la taille du Danemark, selon une étude publiée dans la revue spécialisée "Global Change Biology".

    Les planteurs de palmiers à huile se sont de plus retrouvés récemment au centre d'une controverse internationale après la multiplication des feux de forêts sur l'île indonésienne de Sumatra (nord-ouest). Une enquête est en cours sur des accusations de médias selon lesquelles des plantations de palmiers auraient volontairement incendié la forêt primaire ou la tourbière afin de défricher à moindres coûts.

    Les incendies ont provoqué une importante pollution atmosphérique chez les voisins malaisien et singapourien de l'Indonésie, atteignant même des niveaux dangereux pour la santé humaine.

    Les incendies ont provoqué une importante pollution atmosphérique chez les voisins malaisien et singapourien de l'Indonésie, atteignant même des niveaux dangereux pour la santé humaine.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu