Avertir le modérateur

  • France-Allemagne: Jean-Marc Ayrault a rencontré l'ancien chancelier Helmut Scmidt à Paris

    France-Allemagne: Jean-Marc Ayrault a rencontré l'ancien chancelier Helmut Scmidt à Paris

    Jean-Marc Ayrault, Premier ministre, s’est entretenu avec M. Helmut Schmidt, ancien chancelier de la République fédérale d’Allemagne mercredi 29 mai, à la résidence de l’ambassadrice d’Allemagne à Paris.

    Paris, mercredi 29 mai 2013, l'ancien chancelier Helmut Schmidt et le Premier ministre jean Marc Ayrault. Photo Réveil FM


    «La nécessité d'une intégration plus forte à l... par Matignon

    Dans la foulée du plaidoyer de François Hollande pour un renforcement de la zone euro, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et l'ex-chancelier allemand Helmut Schmidt se sont prononcés mercredi 29 mai pour une "intégration plus forte" pour le "cœur de l'Europe".

    Le magnifique hôtel de Beauharnais, la prestigieuse résidence de l'ambassadeur d'Allemagne, située entre la rue de Lille et les quais de la Seine, à Paris. Photo Réveil FM

    "Ce sur quoi nous avons convergé, c'est la nécessité d'une intégration plus forte mais pas une intégration à l'échelle des 27 ou des 28 mais (...) pour le cœur de l'Europe, c'est-à-dire le cœur des pays fondateurs, pour l'essentiel ceux qui sont aujourd'hui dans la zone euro", a déclaré Jean-Marc Ayrault, à l'issue d'un entretien avec l'ancien chancelier social-démocrate, âgé aujourd'hui de 94 ans, à la résidence de l'ambassadrice d'Allemagne à Paris.

    Arrivée de Jean-Marc Ayrault à la résidence de l'ambassadrice d'Allemagne

    Plusieurs voiturent arrivent en même temps. Photo Réveil FM

    Le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault descend de la citroën. Photo Réveil FM

    Jean-Marc Ayrault dit: "Bonjour aux journalistes" ! Photo Réveil FM

    Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault entre dans la résidence. Photo Réveil FM

    Pour les deux hommes, qui ont conversé en allemand, M. Ayrault étant germanophone, une telle intégration devrait se faire "avec des règles communes de transparence sur le plan des règles fiscales mais aussi sans doute plus de solidarité et une volonté politique plus forte", a indiqué à la presse le chef du gouvernement français.

    "En près d'une heure, j'ai eu la chance de pouvoir aborder avec un grand homme d’État, un grand Européen, une grande personnalité, les questions qui me semblent aujourd'hui essentielles pour l'avenir de nos peuples", notamment le devenir de la zone euro, la croissance, le chômage des jeunes et la mondialisation, a-t-il poursuivi.

    S'il a souhaité voir la Pologne, pays charnière entre l'Ouest et l'Est de l'Europe, jouer un rôle accru, M. Schmidt s'est aussi déclaré "plus convaincu que jamais de la nécessité de l'amitié entre la France et l'Allemagne pour donner un avenir à l'Europe", selon Jean-Marc Ayrault.

    Cette rencontre, présentée comme "amicale" par l'entourage du Premier ministre, s'inscrit dans le cadre d'un réchauffement général des relations franco-allemandes, marqué par la présence jeudi dernier à Leipzig de François Hollande aux 150 ans du Parti social-démocrate allemand (SPD) et par l'initiative bilatérale pour l'emploi des jeunes en Europe lancée mardi par le chef de l'Etat à Sciences Po.

    Après 1 heure d'entretien Ayrault-Scmidt

    Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et la première femme ambassadrice d'Allemagne en France, Susanne Wasum-Rainer. Photo Réveil FM

    La séquence trouvera jeudi son point culminant avec l'inauguration par François Hollande et la chancelière Angela Merkel de l'exposition "De l'Allemagne 1800-1939" au Louvre, la remise d'un rapport franco-allemand sur "la compétitivité et la croissance" et la présentation de la "contribution commune" de Paris et Berlin en vue du conseil européen de juin.

    e Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, qui s'exprimait aujourd'hui à l'issue d'une rencontre à Matignon avec l'ancien chancelier allemand Helmut Schmidt, a répondu à la Commission européenne qui demandait à la France de prendre des mesures dès cette année pour réformer son système de retraites et le ramener à l'équilibre "pour 2020 au plus tard".

    "Nous sommes dans la droite ligne de ce qui avait été annoncé (...) Nous ferons les réformes à notre manière", a déclaré le chef du gouvernement.

    "La France va respecter ses engagements. (...) Nous sommes dans le concret, dans le réel, nous affrontons les réformes structurelles nécessaires, nous voulons que notre pays soit fort sur le plan économique, qu'il soit juste sur le plan social et qu'il soit en même temps un fer de lance de la relance du projet européen et que la France retrouve (...) son rôle leader en Europe", a ajouté le Premier ministre.

    Jean-Marc Ayrault au point de presse

     

    Jean-Marc Ayrault répond aux questions des journalistes. Photo Réveil FM

    Les grandes lignes, en préparation, sont déjà connues. Il n'y aura ni réforme globale du système, ni nouveau recul de l'âge légal, mais un allongement de la durée de cotisation. La recommandation faite par Bruxelles s'inscrit dans le cadre des six mesures demandées mercredi à Paris pour doper sa compétitivité (réforme du marché du travail, ouverture de certaines professions comme les taxis ou les notaires, simplifier la législation sur les heures d'ouvertures des magasins, levée des prix réglementés sur le gaz et l'électricité et l'ouverture du secteur du transport ferroviaire domestique des passagers).

    Échanges cordiales entre Jean-Marc Ayrault et Susanne Wasum-Rainer. Photo Réveil FM

    Jean-Marc Ayrault quitte la résidence de l'ambassadrice d'Allemagne. Photo Réveil FM

    L’hôtel Beauharnais est un hôtel particulier à Paris, qui est la résidence de l'ambassadeur d'Allemagne en France. Photo Réveil FM

    Le porche de style égyptien de l’hôtel Beauharnais. Photo Réveil FM

    Trackbacks

  • ONU-Genève: Valérie Trierweiler a plaidé la cause des femmes violées en République démocratique du Congo

    ONU-Genève: Valérie Trierweiler a plaidé la cause des femmes violées en République démocratique du Congo

     

     

    ONU-Genève, Valérie Trierweiler, a ouvert à 13 h 30 une conférence sur la situation en République démocratique du Congo, organisée en marge de la session du Conseil des droits de l’homme.

    Genève, jeudi 30 mai, Paul Nsapu, Secrétaire général de la FIDH et Valérie Trierweiler à l'ONU.

    Suivie par une cohorte de journalistes et photographes, c’est en tant qu'Ambassadrice de la Fondation France Libertés que Valérie Trierweiler est intervenue. «Cela fait trop longtemps que ça dure. En 16 ans, 500 000 femmes ont été violées», a expliqué Valérie Trierweiler juste avant la projection d’un film.

    Il y a quelques mois, la compagne du président français avait signé une tribune libre pour interpeller l’opinion publique. Cet après-midi, elle a plaidé en faveur de l’adoption en septembre d’une résolution de l ‘ONU dénonçant l’utilisation du viol des femmes comme arme de guerre.

    A l'occasion de son déplacement à Genève, Valérie Trierweiler a eu plusieurs entretiens privés.

  • RDC: Valérie Trierweiler à Genève pour défendre la cause des femmes violées du Nord et Sud-Kivu !

    RDC: Valérie Trierweiler à Genève pour défendre la cause des femmes violées du Nord et Sud-Kivu !

    La Première dame française participera, le 30 mai 2013, à la 23e session du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies à Genève, où elle défendra la cause des femmes violées du Kivu en République démocratique du Congo. «Il s’agit de convaincre les différents ambassadeurs qu’une résolution doit être prise dans les plus brefs délais», a précisé un conseiller de Mme Trierweiler qui interviendra en tant qu’«ambassadrice» de la Fondation France Libertés, fondée par Danielle Mitterrand. Elle devrait ainsi parler des viols et des massacres qui sont perpétrés dans la région du Kivu. Une intervention à l'occasion de la 23ème Session du Conseil des Droits de l'Homme, co-organisée par la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme(FIDH), en présence de la mission permanente de la France auprès des Nations-Unies à Genève.

    Kinshasa, 14 octobre 2012, Valérie Trierweiler avec les enfants de la rue.

    Kinshasa, 14 octobre 2012, Valérie Trierweiler très émue en compagnie des enfants de la rue.

    Kinshasa, 14 octobre 2012, Valérie Trierweiler embrasse une congolaise, enfant de la rue.

     

    Valérie Trierweiler, une première dame engagée

    "On ne peut pas rester insensible au cas de 25 000 enfants qui sont dans la rue et qui souffrent", avait déclaré Valérie Trierweiler en octobre, à Kinshasa, en marge du XIV sommet de la francophonie en République démocratique du Congo. Après la visite d'hôpitaux et la rencontre des membres d'une association dédiée aux enfants de la rue à Kinshasa, la première dame indique savoir désormais ce qu'elle veut faire: "Je suis bouleversée, ce problème là il faut le prendre à la racine". Une démarche visiblement appuyée par François Hollande qui a pour sa part déclaré: "C'est bien lorsqu'elle m'accompagne dans un déplacement qu'elle puisse être utile elle aussi".

    En décembre 2012, Valérie Trierweiler signait une tribune dans le Monde, avec plusieurs autres personnalités - notamment Jacques Chirac, Muhammad Ali et Yamina Benguigui - pour dénoncer les viols et les massacres des populations civiles dans le Kivu, malgré la présence de 17 000 hommes de la Mission de l'ONU pour la stabilisation du Congo (Monusco). « Il lui suffirait de donner l'ordre aux dix-sept mille soldats [de la Monusco, NDRL] de faire leur métier et de remplir leur mandat. Leur métier de soldat. Et leur mission de garantir la paix et la dignité de l'espèce humaine », exigeaient-ils.

    Depuis 2012, les violences sexuelles contre les femmes ont connu une inquiétante recrudescence dans l’est de la République démocratique du Congo, où le viol est utilisé comme arme de guerre aussi bien par les groupes rebelles que l’armée régulière.

    Aux femmes congolaises de la société civile au Congo comme celles de la diaspora de comprendre la portée de l'engagement de Valérie Trierweiler. La République démocratique du Congo est le plus grand pays francophone en Afrique, le viol y est banalisé, les guerres oubliées, les victimes ignorées, les massacres perpétuels, les seigneurs de guerre récompensés, l'impunité instaurée en mode de gouvernement et la barbarie magnifiée. La loi de la kalachnikov finira-t-elle par céder la place à la paix et justice juste ?
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu