Avertir le modérateur

  • Francophonie à Kinshasa: Tribune de 3 sénateurs des Français établis hors de France !

    Francophonie à Kinshasa: Tribune de 3 sénateurs des Français établis hors de France !

    François Hollande et la Sénatrice Claudine Lepage (PS). Elle est Secrétaire de la commission de la culture, de l'éducation et de la communication.

    La Sénatrice Kalliopi Ango Ela (EÉLV). Conseillère à l'AFE depuis 2009, élue dans la circonscription du Cameroun, de la République de Centrafrique et du Tchad, Kalliopi Ango Ela réside à Yaounde depuis 23 ans où elle est enseignante en histoire-géographie au lycée Français. Âgée de 49 ans, elle dirige également un centre de recherche indépendant en géopolitique pour l’Afrique centrale, la fondation Paul Ango Ela.

    Richard Yung (PS).

    L’actualité qui nous parvient de la République démocratique du Congo n’est guère réjouissante : Guerre civile aux Kivus et au Katanga, rebelles qui pillent et tuent (soutenus par le Rwanda et sans doute par l’Ouganda) qui exploitent et détournent les ressources naturelles, des millions de morts, des dizaines de milliers de personnes déplacées, des viols en série commis dans des conditions particulièrement atroces, des crimes contre l’humanité selon l’ONU. De plus absence de transparence et de démocratie lors des élections en novembre 2011 violemment contestées par l’opposition, puis les dates des élections des députés provinciaux repoussées une fois de plus de 2012 à 2013 puis 2014.

    Cependant, en raison de sa grande superficie, de sa localisation au centre de l’Afrique, de ses énormes richesses naturelles et de son importante population, la République démocratique du Congo est l’un des « géants » de l’Afrique, avec le Nigeria, l’Égypte, et l’Afrique du Sud. C’est le quatrième pays le plus peuplé d’Afrique ainsi que le pays francophone le plus peuplé.

    C’est dans ce contexte particulier que se prépare le 14ème Sommet de la Francophonie prévu à Kinshasa du 12 au 14 octobre 2012. Il n’est pas superflu de se demander si la présence de François Hollande dans ce contexte est bien opportune.

    Qu’est-ce que la Francophonie et quel rôle peut-elle jouer dans ces circonstances ?

    La Francophonie est une des rares organisations internationales qui dispose d’une définition consensuelle de la démocratie. La Déclaration de Bamako (2000) définit la « démocratie comme un idéal vers lequel les pays membres de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) s’engagent à converger volontairement et à leur rythme, à travers l’affirmation de l’État de droit, l’organisation d’élections libres, fiables et transparentes, la promotion d’une vie politique apaisée, d’une culture démocratique et du respect des droits de l’homme. »

    La déclaration de Bamako a été suivie de la Déclaration de Saint Boniface (2006), sur la prévention des conflits et la sécurité humaine qui a élargi l’acquis francophone en matière de démocratie et droits de l’Homme en introduisant la notion de responsabilité des États de protéger les civils sur leur territoire. La Francophonie rappelle sa disponibilité à aider ses membres à faire face à cette responsabilité et propose de nouvelles voies de coopération (lutte contre le trafic illicite d’armes légères de petit calibre, participation accrue aux opérations de paix et question des enfants associés aux conflits).

    La politique de Joseph Kabila est loin de s’inscrire dans le cadre de la déclaration de Bamako et de celle de Saint Boniface, textes fondateurs de la Francophonie. Pour rendre crédible l’organisation du sommet de la Francophonie à Kinshasa, il serait urgent que le président Kabila, dans les semaines à venir, fasse un geste et prenne des mesures concrètes en matière de justice, de respect des Droits de l’Homme, de démocratie pour que la francophonie lui vienne en aide selon ses principes affichés, pour que François Hollande puisse, sans se renier, sans renier les valeurs sur lesquelles il a été élu se rendre à Kinshasa.

    Ajoutons que de nombreux Chefs d’Etat et de gouvernement de pays africains et francophones souhaitent cette réunion pour mieux connaitre la politique africaine de François Hollande et bâtir une nouvelle relation avec la France. En faisant de la démocratie et de la défense des Droits de l’homme un sujet central, ils contribueraient au succès du Sommet.

    Dans ce cas donc, et dans ce cas seulement, aller à Kinshasa pour défendre les valeurs de solidarité, de démocratie, de diversité culturelle, pour soulever ne serait-ce qu’un peu la chape de plomb qui pèse sur les populations, pour ne pas laisser le terrain libre à la dictature d’un côté, aux rebelles de l’autre serait un devoir. Peser de l’influence du monde francophone pour que les droits fondamentaux, les valeurs de démocratie, de justice et de recherche de paix dans cette partie de l’Afrique soient respectés serait une mission.

    Peser de l’influence du monde francophone pour que les droits fondamentaux, les valeurs de démocratie, de justice et de recherche de paix dans cette partie de l’Afrique soient respectés serait une mission.
  • Racisme: Un magazine dénude Michelle Obama

    Racisme: Un magazine dénude Michelle Obama

    La dernière couverture du supplément «Magazine Fuera de serie» du journal espagnol «L'Expansión» montre la première dame américaine à moitié dévêtue.

    La couverture du dernier "Magazine Fuera de Serie", supplément du journal espagnol "L'Expansión".

    L'oeuvre originale "Portrait d'une négresse", de Marie-Guillemine Benoist, reprise par Karine Percheron-Daniels.

    Le montage de Karine Percheron-Daniels, repris par le magazine espagnol.

    «Michelle mange Obama» titre le dernier numéro du magazine espagnol Fuera de serie . L'illustration n'est pas moins surprenante que le texte. La première dame est exposée en esclave africaine, à moitié dénudée, laissant apparaître un sein.

    Ce montage intitulé Michelle, petite fille d'esclave, dame de l'Amérique est l’œuvre de l'artiste Karine Percheron-Daniels. L'artiste franco-anglaise n'en est pas à son coup d'essai. Elle a déjà souvent placé la bouille d'une personnalité politique sur un tableau original, présentant un personnage dans le plus simple appareil. Le doux visage de «celle qui n'aurait pas seulement conquis le cœur de son époux», selon Fuera de serie, a été apposé sur la peinture datant de 1800, Portrait d'une négresse de Marie-Guillemine Benoist.

    Pour le moment, aucune réaction n'a été relevée outre-Atlantique.

    Mais le montage de Karine Percheron-Daniels n'a certainement pas fini de faire parler de lui.
  • Un boulot à 92 euros la seconde pour Sarkozy

    Un boulot à 92 euros la seconde pour Sarkozy

    La banque d’investissement américaine Morgan Stanley propose à Nicolas Sarkozy la coquette somme de 250'000 euros pour une conférence de 45 minutes.

    Nicolas Sarkozy.

      250'000 euros, ou 300'000 francs: c’est ce que Morgan Stanley, ( 14.69-0.81%) banque d’investissement américaine, offre à Nicolas Sarkozy pour 45 minutes de conférence, selon le Canard Enchaîné. C’est-à-dire que l’ex-président de la République gagnerait 92 euros par seconde.

    D’autres anciens leaders se sont reconvertis avant lui à l’expertise internationale, dont notamment Bill Clinton et Tony Blair, rappelle Le Parisien. Qui souligne que pour l’heure ni Nicolas Sarkozy ni Morgan Stanley n’ont confirmé l’information.

    Dossier à suivre !
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu