Avertir le modérateur

Freddy Mulongo Réveil FM International

  • Port de Cherbourg: Cazeneuve pour la construction de la future usine de pâles d'éoliennes ! Reportage 47 photos !

    Port de Cherbourg: Cazeneuve pour la construction de la future usine de pâles d'éoliennes ! Reportage 47 photos !

    Etre journaliste rime avec la curiosité. Comment Bernard Cazeneuve qui a été Président de la Communauté urbaine de Cherbourg, de 2008 à 2012, Maire de Cherbourg-Octeville (Manche), de 2001 à 2012, sera-t-il reçu à Cherbourg ? C'est la question qui taraude notre esprit dans ce train intercités qui amène à Cherbourg avec une correspondance à Caen. Il faut dire que le jeudi dernier, le Premier ministre Bernard Cazeneuve était de retour chez lui, à Cherbourg-en-Cotentin. La construction de la future usine de pâles d'éoliennes sur le port de Cherbourg débute symboliquement, avec la traditionnelle pose de la première pierre. Un véritable événement que ne comptait pas rater l'ex-maire de la commune, Bernard Cazeneuve. Car l'actuel Premier ministre a connu et accompagné la genèse du projet lorsqu'il était Maire de Cherbourg-en-Cotentin. Avec la fabrique de pâles d'éoliennes de l'industriel LM Wind Power associé avec la branche énergie de General Electric, avec deux ans de retard, mais elle va se faire pour 50 millions d'euros (dont huit millions financés par les collectivités) avec à la clé 550 emplois directs.

    Avant l'arrivée du Premier Ministre Bernard Cazeneuve au port de Cherbourg

    Sous la pluie, des élus locaux se préparent pour l'accueil républicain du Premier ministre Cazeneuve

    Sous une pluie, arrivée du Premier ministre Bernard Cazeneuve au port de Cherbourg !

    Sous la pluie, le Premier ministre Bernard Cazeneuve avec des élus locaux au port de Cherbourg

    Pose de la première pierre par le PM Bernard Cazeneuve au port de Chebourg

     

    En posant la première pierre d’une usine géante de construction de pales, le chef du gouvernement a réaffirmé la volonté de la France de diversifier ses sources d’énergies et d’en profiter pour créer de l’emploi : Le potentiel des énergies marines renouvelables a été estimé à 30 000 emplois d’ici 2030 Mais l’ancien maire de Cherbourg en a aussi profité pour se réjouir de ce développement économique pour le territoire manchois, normand.

    Cherbourg est en effet bien décidé à prendre sa part dans cette nouvelle aventure industrielle puisque le Danois LM Wind Power vient donc de lancer la construction de « l’un des plus grands sites mondiaux de construction de pales d’éoliennes en mer ».

    Lire la suite

  • Guyane en grève: Le Premier ministre Bernard Cazeneuve décide d'envoyer plusieurs ministres sur place !

    Guyane en grève: Le Premier ministre Bernard Cazeneuve décide d'envoyer plusieurs ministres sur place !

    Face à la grève en Guyane, Bernard Cazeneuve a assuré vouloir signer un "pacte d’avenir" dans "les meilleurs délais". Il a promis la venue "d’ici la fin de la semaine" d’une délégation de ministres.

    Déclaration de M. Bernard CAZENEUVE , Premier Ministre Situation en Guyane

    La Guyane connaît actuellement une crise sociale d’ampleur. Depuis les premiers jours, je suis personnellement la situation, en lien avec le ministre de l’Intérieur et la ministre des Outre-Mer. J’ai un attachement profond à ce territoire, que je connais bien et où je me suis rendu à de multiples reprises, y compris comme ministre de l’Intérieur. Je mesure parfaitement les attentes car chaque difficulté que connaît ce territoire de notre République fait l’objet de la plus grande attention du gouvernement que je dirige.

    Mais mes liens sont suffisamment étroits avec la Guyane et avec les Guyanais et les Guyanaises pour ne pas céder à la démagogie ou à l’électoralisme. Le respect que l’on doit à la Guyane commence par une exigence de vérité et de responsabilité.

    Les solutions aux problèmes que connaît la Guyane ne se construiront pas dans le désordre ni hors du cadre républicain. Depuis 2012, les outre-mer n’ont jamais cessé d’être une priorité gouvernementale. Le budget de la mission outre-mer a été augmenté dès 2012 et porté à plus de 2 milliards d’euros par an durant tout le quinquennat. Des lois importantes ont été votée : la loi de régulation économique outre-mer votée en 2012 a permis par exemple une baisse de prix d’environ 12 % sur un panier d’une centaine d’articles de grande consommation. La loi égalité réelle outre-mer portée par Ericka BAREIGTS et publiée le 1er mars dernier, rattrapera les retards pour tendre vers une convergence avec la France Hexagonale.

    En matière de sécurité, là aussi, des efforts significatifs ont été faits. Je me suis rendu en Guyane comme ministre de l’Intérieur pour annoncer des renforts importants sur le territoire, notamment la création d’une nouvelle Zone de Sécurité Prioritaire à Saint-Laurent du Maroni. Alors que la précédente majorité avait supprimé plusieurs milliers de postes parmi les forces de sécurité, 563 policiers et 310 gendarmes ont été affectés ou projetés dans les outre-mer en 2016 et 2017.

    S’agissant plus spécifiquement de la Guyane, 75 gendarmes et policiers supplémentaires y ont été affectés depuis l’année dernière. Depuis 2012, les effectifs y ont augmenté de 12% pour la Gendarmerie et de 10% pour la Police nationale.

    Il reste aussi beaucoup à faire pour développer la Guyane. C’était la volonté du Président de la République lorsqu’il a annoncé de conclure un Pacte d’Avenir avec la Guyane.

    Depuis, l’échange avec les élus guyanais a été constant, et je souhaite pouvoir le signer avec les élus guyanais dans les meilleurs délais.

    Face à la crise que nous traversons, mon Gouvernement fait le choix du dialogue et du respect. La ministre des Outre-Mer a dans un premier temps invité l’ensemble des parties à dialoguer avec elle à Paris.

    Elle a par ailleurs multiplié les contacts avec l’ensemble des acteurs guyanais. Afin d’échanger de manière constructive et apaisée, j’ai décidé d’envoyer en Guyane une mission interministérielle de haut niveau pour enrichir et conclure au plus vite le Pacte pour la Guyane.

    Cette mission conduite par le préfet Jean-François CORDET, travaille sans relâche. Elle a commencé à rencontrer des personnalités politiques et du monde économique.

    Une série de réponses concrètes ont déjà pu être préparée : des projets de protocole ont été examinés par la délégation, notamment dans le secteur agricole. Un centre pénitentiaire et un tribunal de grande instance seront construits à Saint-Laurent du Maroni ; un scanner sera déployé à l’aéroport de Cayenne.

    Le projet de cession du Centre médical de Kourou est suspendu. Les bases d’une négociation structurée et apaisée doivent être établies avec tous les acteurs du territoire.

    C’est pourquoi une délégation ministérielle sera sur place avant la fin de la semaine pour conclure ces discussions, si, j’insiste sur ce point, si les conditions du respect et de l’ordre républicain sont réunies.

    C’est la raison pour laquelle j’appelle une fois encore au dialogue, à la responsabilité et à l’apaisement. Il est crucial que dans ce délai, la mission interministérielle ait pu travailler pour que le déplacement des ministres soit fructueux.

    Mesdames et Messieurs,

    Je le dis aujourd’hui avec force, la Guyane est un territoire de la République française. Et dans la République, chaque citoyen doit pouvoir bénéficier du soutien et de la solidarité de l’Etat. Comme je l’ai fait dans le Pas-de-Calais ou dans la Somme, je veux apporter en Guyane des réponses concrètes et rapides.

    Aucun des assauts de démagogie que la période électorale favorise, dans un abaissement qui me consterne, ne détournera le gouvernement de sa volonté d’aboutir à des solutions concrètes pour les Guyanaises et les Guyanais.

    Lire la suite

  • Photos. Vidéos. Bernard Cazeneuve a planté un "Magnolia kobus" à Matignon !

    Photos. Vidéos. Bernard Cazeneuve a planté un "Magnolia kobus" à Matignon !

    Le mercredi 22 mars 2017, le jardin de Matignon s'est enrichi avec le 14e arbre des Premiers ministres, celui de Bernard Cazeneuve, qui a planté du magnolia kobus.

    Le jardin de Matignon est situé derrière l'hôtel, il se compose d'une immense pelouse savamment entretenue, bordée d'une double allée de tilleuls. Sa particularité réside dans la présence de très beaux arbres, qui créent une série de jardins dans le jardin.

    D'une taille de trois hectares, il est le plus grand parc privé de Paris, et sans doute parmi les plus beaux. Il fut d'abord dessiné en 1724 par Claude Desgots, petit-neveu de Le Nôtre, lors de la construction de l'hôtel (qui n'appartient à l'État que depuis 1922). Il fut ensuite remanié, en 1902, par Achille Duchêne.

    Pour son «arbre de Premier ministre», Bernard Cazeneuve a choisi un magnolia à floraison précoce, un «symbole de fidélité». Pour perpétuer la tradition initiée par Raymond Barre, l'ancien maire de Cherbourg a choisi un «magnolia kobus» ou magnolia de Kobé, originaire du Japon, un des premiers magnolias à fleurir au printemps.

    Planter l'arbre de son choix dans le superbe jardin de Matignon est une tradition inventée par Raymond Barre et suivie par tous les locataires de Matignon depuis, à l'exception de Jacques Chirac lors de son deuxième passage au 57 rue de Varenne (1986-1988), pour la première cohabitation avec François Mitterrand, n'a pas sacrifié à la tradition.

    En 1992, le jardinage a même été intense à Matignon. Edith Cresson, qui était restée un peu plus de 10 mois au poste de Premier ministre, avait planté un arbre aux quarante écus, également connu sous le nom de Ginkgo Biloba. Selon le site du Jardin des Plantes, l'arbre doit son nom à un botaniste montpelliérain qui, en 1788, «acheta 5 plants de cet arbre à un collègue anglais pour la somme faramineuse de 40 écus d'or chaque plant».

    Quelques mois plus tard, la même année, c'est un nouveau Premier ministre, Pierre Bérégovoy, qui plante un tulipier de Virginie. En 1994, son successeur de droite, Edouard Balladur, choisit un érable argenté, originaire d'Amérique du Nord.

    Alain Juppé, lui, se tourne vers l'Est, lorsqu'il plante en 1996 un cercidiphyllum, arbre d'origine asiatique. Lionel Jospin, l'année d'après, apparaît tout sourire, pelle en main, lorsqu'il creuse la terre pour installer son orme.

    En 2002, Jean-Pierre Raffarin a opté pour un parrotie de Perse, dont le nom vernaculaire l'a sans doute inspiré : l'arbre de fer, ainsi baptisé pour la dureté de son bois, souligne le Jardin des Plantes. Dominique de Villepin, en 2005, a choisi un chêne pédonculé. François Fillon, en 2007, a choisi un cornouiller des pagodes.

     

    Cinq ans plus tard, Jean-Marc Ayrault a planté un magnolia grandiflora, dont Matignon avait souligné à l'époque que l'espèce est arrivée en France il y a trois siècles... par le port de Nantes, la ville dont Jean-Marc Ayrault fut le maire pendant 23 ans.

    A Matignon, les arbres des Premiers ministres successifs sont plantés à différents endroits du parc. Tous les arbres plantés sont toujours debout, assure-t-on à Matignon. Manuel Valls avait choisi, comme Pierre Mauroy, Laurent Fabius et Dominique de Villepin, un chêne. Il s'agit d'un chêne fastigié qui ressemble à un cyprès !

     

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu